Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Quel beau mercredi pour la saison ! – semaine 6

Lundi, c’était la fête du Funambule, et de ceux qui l’accompagnaient dans son infortune, qui n’ont rien vu venir, ou pas su comment endiguer la vague qui allait les submerger.

En rejouant le match, on pourrait imaginer un maire de Wissembourg qui s’efface devant l’une de mes membres de sa liste et la propose à sa place comme première vice-présidente, au nom de cette parité invoquée en fin de partie par l’adjointe wissembourgeoise aux affaires sociales et aux écoles. Ça aurait eu de l’allure, et un certain panache.

En rejouant le match, on pourrait imaginer un maire de Wissembourg convoquant le 31 mars le chef de file de l’opposition, majoritaire dans la commune principale du bourg-centre, et lui proposant une organisation semblable à celle des grandes métropoles, avec des maires d’arrondissement nantis de prérogatives [ quand ils jargonnent, ils parlent de compétences ], avec rang d’adjoint et des moyens de fonctionnement. Après tout, on paie bien un maire-délégué à Altenstadt alors qu’il ne s’y passe pas grand-chose, à l’initiative du maire-délégué tout du moins. L’affaire aurait été réglée en bonne intelligence entre gens qui ont tout intérêt à s’entendre, sachant que certains aménagements auraient pu être mis en place, comme l’élection d’une commission consultative dans les trois composantes du bourg-centre. Il y a fort à parier que les maires des autres communes de l’intercomm’ auraient été sensibles à cette construction qui aurait manifesté, de la part du maire du bourg-centre, une bonne dose d’ouverture d’esprit, on est tenté de dire, sur le mode de la boutade évidemment, une bonne dose d’ouverture et une bonne dose d’esprit. Dans ces conditions, la stratégie mise en place par le front TSG extérieur au bourg-centre aurait sans doute fait long-feu.

Mais passons à autre chose, car une bonne nouvelle vient rarement seule. Le juge du tribunal administratif vient d’annuler la délibération de la création de la ZAC. Il n'a pas tenu compte de l'intervention de Me Gillig, le conseil de la commune de Wissembourg. Ce dernier, dans une ultime manœuvre, sans doute désespérée, a tenté de remettre en cause l’un des arguments qui avait été retenu pour donner finalement, au terme d’une longue, pénible et difficile procédure, raison à l’association des Amis du Steinbaechel et à Monsieur É. Orth qui s’était constitué partie dans le dossier. On peut en effet parler de manœuvre puisqu’au prix d’une acrobatie argumentaire digne des plus grandes figures du cirque mondial, Monsieur le conseil de la commune de Wissembourg contestait la validité du nombre de logements vacants tel qu’il figurait … dans le document de synthèse du PLUI ! Oui, c’est vrai qu’il y est écrit qu’il y a à Wissembourg 405 logements vacants, dont 349 datant d’avant 1949. Et notre conseil de nous dire que l’existence de logements vacants ne saurait s’expliquer exclusivement par une absence de besoins en logements. En fait, nous n’avons pas compris ce que nous ont dit les statistiques : les logements sont dans un tel état qu’il est impossible de les mettre soit à la vente, soit à la location. C’est la raison pour laquelle, toujours selon le conseil de la commune, il est nécessaire de construire du neuf afin de répondre à la vraie demande, dont il connaît, lui, les termes. Il ne lui vient d'ailleurs pas à l'idée de faire rénover tout ce parc de logements insalubres, pour ne pas dire ruinés.
Malheureusement, ce qui relève plus de l’argutie que de l’argument n’a pas réussi à emporter la décision du juge, tout comme Madame la sous-préfète ne s’était pas non plus laissé intimider par les informations péremptoires émanant de la commune. Au bout du bout, la commune de Wissembourg est bel et bien prise en défaut et devra s’acquitter d’une somme de € 1 000,00, bien peu de chose en vérité, s’il faut la mettre en rapport avec la peine des bénévoles lorsqu’ils sont allés glaner les informations, qui leur ont été "données" le plus souvent avec un élastique, encaisser les innombrables attaques dont ils ont été la cible, affronter l’arrogance et la suffisance de ceux qui ont tous les moyens, d’autant qu’ils les tiennent de ceux qu’ils attaquent.
Oui, je sais que ce que j’écris n’est pas toujours facile à comprendre, mais je sais aussi dans quelles réserves il faut puiser pour s’opposer à l’injustice, au caporalisme et à l’obscurantisme.
Au bout du compte, que de temps perdu, que d’animosité déversée, que d’énergie gaspillée, que de conflits engagés, que de rancune accumulée, que d’ignorance étalée, que de désunion, de fragmentation, de ruptures suscitées au sein d’une commune qui ne demande rien de plus que d’avoir le droit de vivre à son rythme en offrant à tous le cadre le plus agréable possible. Ah, on est loin de ces plans improbables sur ces inaccessibles comètes dont il a déjà été question ici. À quoi bon se lancer dans de fumeuses réalisations dont on ne voit la concrétisation qu’au travers des nuisances qu’elles génèrent quand l’essentiel reste à faire ?
Sans le savoir, c’est tout cela qui vient d’être sanctionné, en attendant la suite.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article