Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Quel beau mercredi pour la saison ! – semaine 7 – 2146 ± 7

Cette fois, ça y est, on est entré dans le coriace, la campagne en vue des élections européennes est ouverte, avec le défilé des prétendants qui vont sillonner les "circonscriptions" pour tenter de convaincre les électeurs de voter pour eux. On en a eu un exemple dernièrement avec une ex-maire de Strasbourg, affublée d’un ancien héros du syndicalisme sidérurgique lorrain, venus visiter ces provinces qu’ils ont si vite oubliées y rencontrer ces forces inévitablement vives auxquelles ils promettent des gestes assurément forts en direction d’une Europe forcément sociale à la une démocratie nécessairement renforcée. Signalons-leur que pendant qu’ils font leur pitoyable numéro, les marchands d’illusions nationalistes font des gorges chaudes sur le sauve-qui-peut qui prévaut dans les sphères des pouvoirs passé et actuel, prêts à ramasser la mise sans même à avoir à faire tapis. Il leur suffit de regarder ces gens complètement déconnectés de la réalité, issus des mêmes écoles, biberonnés à la même mamelle, ahuris de découvrir que l’on peut encore survivre sans avoir de liste civile, de chauffeur, de notes de frais, de personnel appointé et servile, d’obligés et de prébendés. Oui, c’est vrai que pour la plupart d’entre eux, il y a si longtemps qu’ils ont été des militants, s’ils l’ont jamais été.
Et que peuvent-ils vraiment nous proposer alors qu’ils ne parviennent à s’entendre ni sur un jour commun pour les élections auxquelles ils sont candidats, ni sur un mode commun de désignation des élus ?
Chez nous, c’est une proportionnelle avantageant les plus forts [ car à la plus forte moyenne ] dans des circonscriptions inégales [ dans les unes, 8% des voix suffisent pour avoir un "élu", alors que 20% sont nécessaires dans les autres ], ailleurs c’est la proportionnelle intégrale avec report des restes dans une circonscription unique, on a évidemment le vote préférentiel [ qui remet les petits ego à leur juste place ] dont on ne veut surtout pas entendre parler en France, parce que ça dérange, donc on n’en dira rien. Avec tout ça, on voit rappliquer au parlement européen autour de sept cent cinquante députés, élus selon une bonne dizaine de combinaisons, dont environ septante-cinq Français qui sont majoritairement des sortes de recasés des déconvenues électorales précédentes, tous partis politiques confondus.
D’ailleurs pourquoi autant d'élus alors que les électeurs sont si peu nombreux à se déplacer pour les élire ? Car là est aussi le problème : tout ce petit monde ne parvient à mobiliser au mieux qu’une petite moitié du corps électoral, les autres ayant compris la vacuité de la mise en place de tout ce capharnaüm où les alliances contre nature le disputent aux coalitions de déraison. Le grand sujet n’est-il pas de savoir si oui ou non les nationalistes de tous poils, nostalgiques des ordres totalitaires discriminatoires vont ou non pouvoir former un groupe et disposer alors des moyens matériels de bloquer, si l’on s’en tient à leurs prétentions, le fonctionnement de la machine. Car là n’est pas le moindre des paradoxes de cette Europe qui nous aurait amené les paix : non seulement elle a laissé massacrer environ 200 000 ex-Yougoslaves, et s’apprêtent à laisser envahir la partie orientale de l’Ukraine, mais en plus, elle favorise l’éclosion des pires courants xénophobes et égoïstes, comme on le constate en Hongrie, en Grèce, aux Pays-Bas, en Belgique, au Royaume-Uni, au Danemark, en Finlande, dans les pays baltes, et on en passe. Quel bilan !
Pour en revenir au nombre d’élus, pourquoi ne pas l’indexer sur le nombre de votants ? À participation réduite, représentation réduite, et l’affaire est réglée. En fait, un parlement deux fois moins nombreux serait-il deux fois moins utile, deux fois moins efficace ou deux fois moins respecté ? Sans compter que ceux qui ne se seraient pas exprimés n’auraient alors rien à dire [ on pense à cette antienne sur le thème de ces grosses indemnités versées à tous ces fainéants ] et que le élus se sentiraient d’autant plus motivés par leur mission qu’ils auraient la lourde responsabilité d’être à la hauteur de la confiance qui leur aurait été témoignée.
On peut aussi imaginer le porte à porte compulsif de tous ces gens qui n’auraient que la durée de la campagne électorale pour nous persuader d’une part de nous déplacer pour leur donner une chance d’être élu et d’autre part de voter pour eux.

Et pourquoi ne pas transposer ça au niveau local ? 60% de votants, 60% d’élus, soit pour Wissembourg un conseil municipal ramené à dix-sept conseillers, dont un maire et quatre adjoints indemnisés à 60% du maximum possible, ça calmerait tout le monde, non ?

Je vous laisse réfléchir là-dessus, et que la fête continue !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article