Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Semaine 11 – 2119 ± 7 – quelle semaine d'exception !

Il est tout de même permis de revenir sur les résultats de ces "élections européennes" : elles se sont déroulées sur plusieurs jours, les résultats des diverses circonscriptions nationales ont été publiés alors que des "citoyens" devaient encore voter, on désigne les élus avec des "ajustements électoraux" que l’on ferait mieux d’appeler "tripatouillages électoraux", et l’on pourrait bien assister à la constitution, toute participation relativisée, d’un groupe plus ou moins néo-nazi au sein de cette grande aventure pacifique que serait l’Europe. Quelle réussite !
Sans oublier la possible élection de l’ancien premier ministre luxembourgeois, ex-président de l’eurogroupe, et donc grand ordonnateur de la ceinture pour tous et les dividendes pour quelques-uns, au poste de président de la commission, en remplacement de l’ancien premier ministre, et ex-maoïste, portugais. Et après cela, on s’étonne que si peu de "citoyens" se soient déplacés pour aller voter, un peu moins de 360 millions sur un peu plus de 500 millions, on a connu intérêt plus intense, cela en fait tout de même pas mal sur le carreau.
Sur vingt-huit pays, dans neuf d’entre eux, représentant plus d’un cinquième de la population de cet empire austro-hongrois 2.0, on a voté à moins d’un tiers des inscrits, avec la palme aux Slovaques [ abst. : 87% ], aux Tchèques [ abst. : 80% ] et aux Slovènes [ abst. : 79% ]. Ils sont talonnés par les Polonais [ abst. : 77% ], les Croates [ abst. : 76% ], les Hongrois [ abst. : 71% ], les Lettons [ abst. : 70% ] et les Roumains [ abst. : 68% ]. C’était bien la peine de se libérer du communisme pour en arriver là !
Les Portugais ferment la "marche des deux tiers d’abstentionnistes" avec 66% et ce n’est qu’à ce moment qu’arrive l’un des pays fondateurs de l’Europe, les Pays-Bas, où les électeurs n’ont été que 37% à accomplir leur devoir civique. Ah oui, les pays fondateurs, l’Europe des Six : l’abstention n’y est dérisoire qu’en Belgique et au Luxembourg [ 10%, mais le vote y est obligatoire ], alors qu’elle caracole à 40% en Italie, 52% en Allemagne et 57% en France.
Ça, c’est la réalité.
Le plus simple, et le plus honnête serait sans doute, comme cela a déjà été suggéré, d’indexer le nombre d’élus sur le nombre de votants. Ainsi aurait un parlement à taille humaine, chaque envoyant une fraction de délégués, fonction de la participation. On imagine les deux malheureux Slovaques, ou les quatre Tchèques devant affronter le déshonneur d’être les députés de ceux qui se moquent des élections…
Pour le reste, ça n’a à peu près aucun intérêt, surtout depuis que l’on a entendu Monsieur D. Cohn-Bendit se prononcer … en faveur de Monsieur J.-C. Juncker. C’est d’un ridicule qui dépasse l’entendement.
D’ailleurs, on n’en parle déjà plus, tout comme cette démission forcée de deux élues du national-frontisme forcées de laisser la place à leurs suivants de liste : ça dégouline l’antisystème, ou on ne s’y connaît pas.
Dernier mot pour les amis grecs de Pumpernickel [ la Grèce a voté à plus de 56%, juste l’inverse de la France ], qui avec Syriza envoient une bonne poignée de députés de gauche, la vraie, celle qui ne se rend pas, qui résiste, qui lutte et qui pratique la fraternité internationaliste. Heureusement qu’on les a, ils relèvent le niveau.

Et chez nous ? On en pleine pacification doublée d’introspection sur fond de surveillance généralisée.
Pacification : une déléguée à l’intercommunalité s’est fait dire par le maire de Wissembourg qu’il ne fallait qu’elle recommence à parler des rythmes scolaires [ imposés ] parce que cela nuisait à la cohérence de la délégation du bourg-centre. Comme elle faisait remarquer que les rythmes qui lui seront imposés l’obligeront à recourir à une garde supplémentaire, il lui a été délicatement répondu qu’elle n’avait qu’à faire à, au choix, rayer les mentions inutiles, grand-mère, tante, sœur, connaissance, enfin bref, se débrouiller. Si ça ce n’est pas cultiver le consensus, on se demande bien à quoi ça ressemble.
Autre chose, ex nihilo retournera sans doute au néant duquel cette association n’aurait jamais dû s’extraire. On lui a tout de même alloué € 1 000,00 de subvention, mais on se demande bien pourquoi, car lors du vote de cette aumône, uns conseillère municipale s’est laissée aller à dire, enfin, tout haut ce que tout le monde pense tout bas [ ça ne vous rappelle rien ? ] : ces spectacles ne valent pas tripette, et si on l’a bien comprise, si ça ne tenait qu’à elle, il y a longtemps que le robinet à subvention serait coupé. Merci pour ceux qui font les frais de la nouvelle politique municipale de soutien aux associations et qui voient leur subvention réduite substantiellement, quand une ribambelle d’autres sollicite, avec succès, une aide le plus souvent pour combler le manque à gagner d’une manifestation déjà tenue.

Introspection : à ce qu’il paraît, les élus d’Altenstadt déchantent, déjà, eux qui ont fait élire le funambule. S’ils avaient su que c’était vraiment Monsieur J.-M. Tyburn qui menait la liste concurrente [ qui a gagné à Wissembourg et à Weiler, ndlr ], ils seraient bien allés avec lui. Mais, comme ils n’étaient pas sûrs, et qu’ils voulaient vraiment être sur la liste qui allait gagner, ils ont préféré se munir d’une grande cuiller, mais tout le monde ait que ça ne suffit pas. Peut-on leur suggérer pour la prochaine fois de signer un pacte avec leur sang… ?

Surveillance : "jean-pierre" aime jouer la comédie, ça on le savait déjà. Mais jusqu’à présent, c’était au sens figuré pensait-on. On l’a donc découvert avec bonheur l’autre soir à Steinseltz, accompagnant la troupe, faisant son numéro et avec quel brio, récitant dans un dialogue encore plus vrai que nature, à se demander si ça n’avait pas été écrit sur mesure, tant il semblait habité par le personnage, manifestant un entrain qu’on ne lui connaissait pas, n’hésitant pas à marcher en mesure, à chanter avec enthousiasme, bref, à n’être là que parce qu’il savait que les forces positives qu’il mettait au service du groupe étaient seules susceptibles d’assurer le succès de cette œuvre collective. Ah oui, vraiment tout cela dégoulinait de sincérité, et pour la plupart, les spectateurs enviaient les autres membres de cette belle équipée de compter en son sein un si prestigieux personnage. Voilà, tout est dit.

C’est une raisons personnelle qui m’a empêché d’assister au conseil municipal du 27 mai dernier. Je le regrette, mais les élèves du groupe 41 de l’école d’art dramatique du TNS avaient mis en scène "le vice-consul" de Marguerite Duras. Bon, on aime ou on n’aime pas l’écriture palimpseste de l’auteur, comme cela était précisé dans le dépliant remis à l’entrée, mais le déplacement valait le coup.
C’est une raison publique et sociale qui m’a amené à participer au trente-neuvième cercle de silence wissembourgeois le 30 mai dernier. Je ne le regrette pas car les victimes de la politique xénophobe, au vrai sens du terme, menée à l’échelle de toute l’Europe à l’encontre des "sans-papiers" vaut bien que l’on consacre une heure par mois à se réunir, en silence, en cercle, pour protester contre les traitements infligés à ceux qui sont d’abord des victimes [ des passeurs, de la misère, de la guerre, du changement climatique, de la cupidité des possédants, etc. ]. Le prochain cercle de silence se tiendra le 30 juin prochain, de 18h00 à 19h00, ce qui me fera arriver en retard au conseil communautaire qui se tiendra le même soir à partir de 18h30 à Climbach.

Les journées n’ont que vingt-quatre heures. C’est la raison de ce long silence que j’espère bien avoir rompu. Il ne reste qu’à se mettre résolument au numéro 72 de Pumpernickel. Les idées d’articles sont les bienvenues.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article