Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

semaine 58 – 1798 ± 7 – ça fait plaisir !

semaine 58 – 1798 ± 7 – ça fait plaisir !

Alors, ça y est, le cap est franchi. Ces 2000 signatures n'auront pas été faciles réunir, mais c'est fait. Lancée début février, cette pétition ne rassemble pas des pseudonymes comme ceux en vogue sur ces soi-disant réseaux soi-disant sociaux, où les uns et les autres exposent leur intimité ou laissent exploser leurs pulsions en prétendant résumer leur pensée en 140 signes. Ceux qui prétendent le contraire, la municipalité en l'occurrence, comme cela a été le cas lors du conseil municipal du 6 mars dernier, le savent bien, puisque la liste des pétitionnaires leur a été remise. Et qu'en bon démocrates ils se sont abstenus d'en faire état.
Que faire maintenant ? D'abord continuer tranquillement à en parler autour de soi, encourager les amis à signer, ne pas perdre son sang-froid, ne pas se mettre au niveau de l'invective ou de l'interpellation bruyante qu'il faut laisser à ceux qui sont en panne d'arguments, solliciter les élus [ en particulier ceux des communes voisines ] et rappeler inlassablement que la culture ne s'emprisonne pas dans le carcan politique. Chacun connaît les pressions qui peuvent être exercées sur un employé qui aurait [ eu ] l'audace de simplement donner son avis, et quelle foudre peut le frapper si cet avis n'est pas en conformité étroite avec celui d'une municipalité qui veut tout savoir, tout contrôler, tout régenter. Chacun sait aussi qu'il est possible pour un service du personnel de manifester sa gratitude à un collaborateur qui aura eu le bon goût de mettre ses convictions sous son mouchoir et de s'abstenir de toute intervention dans le débat public. En passant, rien de nouveau sous le soleil quand on se rappelle que l'ancien bourgmestre déclarait, il y a une quinzaine d'années, à propos de la délivrance des attestations d'accueil des étrangers, préalable à l'obtention d'un visa, qu'il trouvait normal que le maire sache qui était chez qui !
Cette histoire de relais pourrait aussi être l'occasion pour les uns et les autres, créateurs, administrateurs, abonnés et public occasionnel, de se rencontrer, sans a priori, sans cliché, sans stéréotype et pourquoi pas sans arrière-pensée pour fortifier l'existant et manifester autre chose qu'une minute de grommellements [ cf. dessin de Sempé, album "quelques manifestants", pages 7 & 8 ].

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article