Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Julien Coupat assigné à résidence : J + 272

25 février 2010

Après 194 jours d'incarcération, Julien Coupat, présumé innocent,
est sorti de prison.
Il a été placé sous un contrôle judiciaire que l'on peut légitimement assimiler à une assignation à résidence
.

p.s. : je vous invite à aller consulter l'article du monde du 25 mai (clic sur le lien) ou encore celui-ci (clic sur le lien) et pourquoi pas celui-là (clic sur le lien); et pour ceux qui seraient encore intéressés, 20minutes.fr (clic sur le lien) a réalisé un très intéressant dossier rassemblant tous les articles écrits sur le sujet depuis il y a presqu'un an. Voir aussi l'excellentissisme Thomas Legrand, conscience morale de la France contemporaine.

Laissé par Régis Hulot mardi 16 juin 2009 à 22h09

J'apprends que Julien Coupat devait se marier aujourd'hui avec sa belle, à la mairie du vingtième arrondissement de Paris. Inutile de dire que je suis extrêmement sensible à une telle nouvelle, car le Hulot qui vous parle se souvient de s'être marié, lui aussi, dans cette mairie, à la fin des années 80. Depuis cette époque, bien de l'eau a coulé sous les ponts de la Seine, et pas seulement sous le pont Mirabeau. Ni temps passé, ni nos amours reviennent...

Il paraît que Coupat et sa chère et tendre ont été contraints d'annuler la cérémonie, refusant d'affronter la meute des journalistes(?) qui les attendaient. Il faut dire que l'administration judiciaire avait eu le bon goût de s'assurer que la presse (et pas celle qui apparaît comme la plus dénuée d'intentions mercantiles) était au courant de l'heure et du lieu de la cérémonie. On se demande pourquoi le lieu où les nouveaux mariés passeraient leur nuit de noces n'a pas été révélé. Quitte à être délicat, il faut l'être jusqu'au bout...

Quoi qu'il en soit, je voulais souhaiter beaucoup de bonheur aux nouveaux futurs mariés, en leur recommandant d'aller faire un petit tour dans les calmes allées du Père Lachaise. C'est tout à côté, il suffit de descendre l'avenue en face, et on y trouve le souvenir de gens qui sont entrés dans l'Histoire avec courage et dignité. Autant dire qu'il n'est pas facile d'y trouver les traces des ministres de l'intérieur qui se sont succédés place Beauvau.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Regis Hulot 25/02/2010 13:50


272 jours, si je compte bien, cela fait dans les neuf mois. Neuf mois, et toujours rien, neuf mois et toujours pas la perspective d'un procès qui permettrait de savoir ce qu'il en est de ces
"attentats" contre les TGV, neuf mois et aucune nouvelle qui nous permettrait de croire qu'une enquête avance.

C'est bien le problème avec ce système qui tire d'abord et pose les questions ensuite. Qui pense que "si on réfléchissait avant de légiférer, on resterait immobile". On sait quand commence
l'incarcération, la privation de liberté, la perte de ses droits fondamentaux... mais on ne sait jamais quand on peut espérer un retour à ce qui nous paraît être la normale.

Il faut dire que tout le monde n'a pas le privilège d'être gouverné par un ancien ministre de l'intérieur dont la réussite dans le domaine de la sécurité est incontestable. Si on ne se retenait
pas, on aurait bien envie de lui dire "Casse-toi, pauvre..."

RH


Regis Hulot 29/11/2009 16:44


Six mois d'assignation a résidence, plus le temps déjà passé en prison...

Et puis voilà que, tout d'un coup, on se dit qu'on en avait oublié un à Tarnac. C'est bête comme on peut faire des bêtises, et comme le port de la cagoule - sur lequel il serait utile de
s'interroger - peut vous rendre étourdi. Alors, rien que pour bien montrer qu'on s'en occupe, des terroristes, que l'enquête progresse(?), qu'il n'est pas question de lâcher le morceau, on refait
le coup du 806 au vitres surteintées, le coup des encagoulés qui vous balancent le gel lacrymogène en pleine face, le coup des portes défoncées au petit matin...

Et pendant ce temps là, l'autre, celui qui rame dans les sondages, qui donne des leçons à tout le monde, et qui reviendra de Copenhague le rictus aux lèvres sans avoir rien obtenu de plus ni rien
imposé à quiconque, l'autre nous refait le discours de la "tolérance zéro".

Sait-il qu'il nous lasse, que nous n'en pouvons plus de ses simagrées, et que nous en avons assez d'être ridicules à cause de lui?

RH


Regis Hulot 02/11/2009 20:52



Cela va faire un an. Un an depuis l'arrestation, que Coupat a déjà racontée en détail, et qui fait penser que les artistes qui opèrent encore aujourd'hui dans ce domaine s'en sont donné à cœur
joie, suivie par l'inculpation de gens qu'il a bien fallu remettre dans la nature, suivie par la libération(?) de Coupat et Levy, après les avoir bien "punis" d'être ce qu'ils sont, des gens de
la pire fraction autonome de la pire ultra-gauche de la pire pensée anarchisante, des gens qui détestent notre société au point de ne pas avoir de téléphones portables... Et ils sont toujours
accusés d'être des terroristes, des gens qui voulaient mettre en péril la société en faisant dérailler des trains, des TGV, la fine fleur de l'intelligence française, de l'industrie française, de
la SNCF française...

Et depuis, plus rien, plus un mot de celle qui a su passer des armées à l'intérieur, et de l'intérieur à la justice, en attendant certainement que lui soit attribué un grand ministère digne
d'elle: armées+intérieur+justice+santé+éducation...

Bref, tout cela va nous fournir une occasion supplémentaire d'être ridicules (nous commençons à en avoir l'habitude) devant les instances européennes. Une fois de plus, nous allons être épinglés
pour le mauvais fonctionnement de notre administration judiciaire. Mais tant pis, puisque nous avons un président qui va (dans les deux ans et demi qui lui restent) tout réformer, tout changer,
tout remettre en ordre.

C'en est à pleurer - de rage.






pumpernickel 02/11/2009 22:56


rien à ajouter, si ce n'est … le communiqué de la sncf, d'il y a un an :
Paris, le 11 novembre 2008

Le Ministère de l’Intérieur a annoncé ce matin l’interpellation d’une dizaine de personnes dans le cadre des investigations menées sur les actes de sabotage qui ont touché les installations du
réseau ferroviaire samedi 8 novembre 2008.
La SNCF se félicite de la célérité avec laquelle ces opérations ont été menées. Les décisions de Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de centraliser l’ensemble des enquêtes auprès
du directeur Général de la Gendarmerie, et de Madame Rachida DATI, ministre de la Justice, de centraliser le traitement de l'affaire par la section anti-terroriste du parquet de Paris ont permis un
aboutissement rapide des recherches.
La SNCF exprime ses plus vifs remerciements à la Gendarmerie et à la Police Nationale qui ont conduit les investigations ainsi qu’aux magistrats qui ont instruit les dossiers.
C’est un grand soulagement pour l’entreprise et les voyageurs car les atteintes aux installations et donc au service rendu vont ainsi cesser.
L’entreprise réaffirme son indignation envers les atteintes au service public qui sont intolérables dans la société moderne.
Sans commentaire, bien entendu !


Régis Hulot 20/09/2009 21:41

105 jours et plus d'assignation à résidence, cela commence à faire beaucoup, je trouve, surtout qu'il ne semble pas qu'on a beaucoup avancé depuis la commission des faits (c'était l'an dernier, n'est ce pas?), et depuis que les robocop, GIPN, GIGN et autres commandos d'élite sont allés chercher ces dangereux terroristes qui n'ont pas de téléphone portable.Est-ce à dire qu'il n'y a rien à trouver, ou que nos fins limiers sont incapables de trouver quelque chose parce qu'ils sont plus compétents en descente en rappel le long d'un immeuble que pour faire sortir la vérité du puit où elle est le plus souvent cachée? Une fois de plus, beaucoup de bruit, de bruit, et de bruit semble avoir été fait pour nous occuper l'esprit et faire oublier le reste. Le reste? Quel reste?Alors, tout cela va-t-il se terminer comme l'affaire des Irlandais de Vincennes, ou comme cette affaire Trébert, où un homme, sur qui pèsent certes des accusations, mais qui est en prison depuis cinq ans et plus (qu'on me corrige si je me trompe) et qui, INNOCENT aux yeux de la loi, devient COUPABLE par la grâce d'une évasion... et les revoilà, les super-gendarmes, qui lui courent après en vain depuis dix jours.Mais jusqu'à quand allons-nous les supporter?

Jacques 23/08/2009 17:31

Voilà ce que j’écrivais moi-même le 24 décembre 2008 sur
www.lamauragne.blog.lemonde.fr
La grâce accordée à l’ex-préfet du Var intervient alors que Julien Coupat est maintenu en détention dans l’enquête sur le sabotage de lignes SNCF.                          Je vois que la presse fait exactement le même parallèle que moi. Vive Noël et la justice du nouveau “monarque républicain” (qui fait une nouvelle fois le contraire de ce qu’il a promis…).
Ainsi on peut maintenir en détention une citoyenne et un citoyen contre lesquels on n’a trouvé aucune preuve et faire libérer un CONDAMNé, qui plus est toujours MIS EN EXAMEN dans d’autres affaires. On soupçonne seulement M. Coupat. M. Marchiani, lui, est un trafiquant d’armes !
On peut trouvé aussi :
http://lamauragne.over-blog.com/article-27402081.html
ou encore :
http://lamauragne.over-blog.com/article-31974465.html
Bien cordialement,
 
jf.