Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

accident nucléaire majeur / la p2r refuse de publier un communiqué !

Entre les boursicoteurs qui quittent le navire alors qu’il est soumis à forte gite …

[ on appréciera à sa juste valeur le patriotisme de ces minables personnages qui vendent de la “ valeur nucléaire ” pour acheter de la “ valeur renouvelables ”, guidés exclusivement par des intérêts qui ne sont même plus à court terme tant l’instantanéité permise par les techniques cybernétiques parvient à rendre illusoire la notion de temps ; c’est qu’ils se sentent protégés par celles et ceux qui font rempart de ce qui leur tient lieu de morale et nous abreuvent de rappels à la décence, de délais convenance, ou de nécessité de mesure ]

… et les clones du professeur Pellerin, le héros du nuage ukrainien, et de Madame Lauvergeon, la voyageuse – représentante – placière [ c’est la signification de l’acronyme V.R.P. ] du lobby nucléaire, qui se relaient sur les antennes pour nous dire que tout va bien, que tout va mieux, que les Japonais, c’est vraiment autre chose que les Français …

[ eux, les Japonais, ils croient ce qu’on leur dit, ils ne se mettent pas tout le temps en grève, ils font confiance au gouvernement, eux les Japonais ; il y a même les inévitables “ spécialistes du Pays du Soleil Levant ” qui nous débitent leurs poncifs, lieux communs et autres banalités selon lesquelles les Japonais, en plus de toutes les qualités que nous n’avons pas, sont, comme disent ces ignorants de la langue française, “ dans ” le fatalisme actif ; sans doute ces incultes veulent-ils parler de stoïcisme, ce qui est bien autre chose et bien différent du fatalisme, pauvres barbares ! ]

…, on peut dire que cette semaine aura été d’une intensité peu commune, chaque jour, chaque heure apportant son lot de mauvaises nouvelles qualifiées d’apocalyptiques …

[ on rappellera seulement qu’apocalypse, ça signifie accomplissement, et rien d’autre ; tous ces bavards qui parlent parce qu’ils n’ont rien à dire, qui improvisent sur les reflets d’une réalité mouvante, qui entretiennent, cultivent et suscitent le doute et la confusion en faisant mine de comparer catastrophes naturelles ( tremblement de terre et tsunami conséquent ) et fautes de réflexion dans l’installation d’une centrale nucléaire à proximité d’une zone qui a connu il y a cent ans une vague de … 28 mètres de haut ne se rendent même pas compte qu’en parlant d’apocalypse, ils se (dé)jugent eux-mêmes ! ]

… sur fond de reconnaissance de l’héroïsme des employés de la centrale qui se sacrifient pour nous. Au passage, ces gens qui ne nous ressemblent pas inventent un nouveau concept, celui des "doses héroïques". Quelqu'un peut-il dire ce que cela veut dire ? Et au fait, ils se sacrifient pour qui ?

Pour le président-directeur général d’EDF, ce personnage qui ne craignait pas de cumuler les “ responsabilités ” tant dans le public, ou ce qu’il en reste, que chez Véolia, l’ex-Générale des Eaux, qui doit beaucoup de sa réussite commerciale aux relations qu’elle a pu nouer avec les décideurs politiques, c’est le moins que l’on puisse dire ?

Pour Monsieur le ministre de l’Industrie, ce personnage arrogant, prétentieux, orgueilleux, affecté, revenu de toutes les volte-face, dont la rhétorique s’inspire des pages les plus noires de l’Histoire, qui nous raconte le samedi que tout ne va pas si mal pour se démentir le lundi suivant [ d’ailleurs, il est quoi vraiment pour avoir un avis technique et scientifique sur ce qui se passe au Japon, il a quelle légitimité ? ] ?

Pour les “ journalistes ” spécialistes de l’environnement [ ? ] qui pérorent en boucle pour nous raconter ce que tout le monde sait déjà, en en remettant perpétuellement une couche sur les mesures prises par les autorités ou en organisant ces “ débats ” au cours desquels les antis sont toujours priés de faire la preuve de ce qu’ils avancent dans leur contestation quand les pros peuvent aligner tous les mensonges avec la tranquillité de ceux qui n’ont même plus besoin de préciser qu’ils n’ont plus de parole puisqu’il y a longtemps qu’ils l’ont déjà donnée. Un exemple en a encore été donné hier soir mardi 15 mars 2011, à la radio d’État, quand Monsieur Y. Cochet devait affronter l’ancien président d'Areva - Japon, ancien conseiller nucléaire de l'ambassade de France [ ? ], un économiste, qui a publié "EDF : les dessous du scandale" [ et que l’on n’a pas entendu dire autre chose que tout n’allait pas si mal que ça ] et un porte-parole d'EDF, ancien Directeur adjoint du parc nucléaire. C’est ce que l’on appelle respecter la diversité des avis, et surtout ne prendre aucun risque quand il s’agit de ne pas risquer de mécontenter le pouvoir. Où va se nicher le courage !

[ c’est par hasard que je suis retombé sur les cartes postales que j’avais achetées à Berlin, au Musée Blindenwerkstatt Otto Weidt, cet homme courageux qui a mis sa vie en danger pour sauver des juifs aveugles en les faisant travailler dans son atelier de brosses ; ça a tout de même une autre tenue que les rodomontades péremptoires et définitives de tous ces velléitaires foireux qui savent bien qu’ils nous envoient dans le mur, mais dont le mépris que leur inspirent ceux qu’ils prétendent gouverner leur interdit de reconnaître, une fois, une fois seulement, qu’ils se sont trompé ]

Ces individus et leurs larbins font irrépressiblement à ces bellicistes nationalistes qui ne dégainent leur patriotisme en peau de lapin que pour envoyer plus et encore de jeunes conscrits à la boucherie. On se rappelle évidemment Clémenceau refusant les offres de paix des Austro-hongrois en 1917 à l’initiative de Charles 1er sous prétexte qu’il fallait en finir avec les empires centraux, comme on disait à l’époque, coupables avant toute chose d’être cléricaux. Tout à l’heure, à la radio d’État, c’était l’un des représentants du bureau de propagande d’Areva, le monstre né de la fusion [ ça ne s'invente pas ] de la Cogema, de la branche industrie du CEA et de Framatome, rien que du beau linge qui ne manie rien d’autre que l’objectivité à condition qu’elle soit conforme au dogme établi selon lequel l’atome nous sauve, l’atome nous développe, l’atome est la condition de notre indépendance. Donc, cette personne s’exprimait encore gravement en slalomant entre les mots qui font mal et nous expliquait, du haut de ses compétences scientifiques, que la vapeur d’eau s’était vaporisée et qu’elle était devenue gazeuse. C’est ben vrai ça, mon p’tit gars, continue comme ça. D’ailleurs pour celles et ceux qui douteraient de l’impartialité de la radio d’État, il suffit de consulter la liste des invités du journal de la demi-journée : quand ce n’est pas Areva, c’est l’autorité de sûreté nucléaire, et vice-versa, autrement dit, on alterne le "contrôleur" avec celui qui paie le contrôleur. On continue à s’infuser les discours lénifiants trempés dans la compassion de composition d’un groupement complètement dépassé par les événements. Ce sont ceux qui créent la catastrophe qui prétendent maintenant nous expliquer comment ils vont réussir demain ce qu’ils ont raté hier.

Et gare à ceux qui voudraient, localement, secouer le cocotier. S’ils s’avisent comme vient de le faire Monsieur J.-L. Piquard, adjoint au maire de Wissembourg, de déposer un communiqué à l’agence locale du 1er quotidien alsacien d’information pour exiger la fermeture de la centrale de Fessenheim, ils se voient opposer un refus même pas poli de publication. C’est-à-dire que “ celui que l’on n’appelle plus que par son prénom ” n’a pas deux minutes pour expliquer les raisons qui l’amènent à ne pas publier le communiqué qui suit :

Face à la terrible catastrophe naturelle touchant le Japon, je m'associe, comme beaucoup, à la peine des familles des victimes. Face aux déchainements de la nature, nous nous sentons désemparés. Bien évidemment, j'encourage l'aide à tous les niveaux, publique ou privé, afin d'aider le peuple japonais dans cette épreuve. Suite à ce tremblement de terre et au tsunami, de graves incidents se sont produits dans des centrales nucléaires au Japon. De ce fait, de nombreuses questions des citoyens alsaciens sont adressées aux écologistes. En 2008, j'étais signataire de l' "Appel solennel des 185 Elus d’Alsace au Gouvernement et au Président de la République pour l’arrêt rapide de la centrale nucléaire de Fessenheim". En regard des évènements, la question se pose brutalement à nouveau. En phase avec le communiqué d'"Europe écologie- les Verts d'Alsace", je renouvelle cet appel. On ne peut que rappeler que la centrale nucléaire de Fessenheim âgée de 40 ans est située en zone sismique avérée et qu'elle se situe en-dessous du niveau du Canal d'Alsace. "

Jean-Louis Piquard, Europe écologie-les Verts

Voilà quelqu’un, “ celui que l’on n’appelle plus que par son prénom ”, qui sait prendre la mesure des événements.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

srg 19/03/2011 23:14



"Tchekhov regretterait sa confiance en l'humanité... "dans deux ou trois cents ans, mille ans peut-être, il y aurait une vie nouvelle, heureuse" car la terre entière se serait transformée en
jardin..."( MRStern) ; raté !!!


Après, je me demande ce que vient "faire" le politique dans cette affaire alors qu'il est nécessaire de passer à l'action, une action efficace, plus ... engagée peut-être (l'action politique
selon A. Sofri ?) ?


Raté, c'est cela !



Régis Hulot 16/03/2011 17:30



C'est vraiment bizarre, cette manière de vouloir "clouer le bec" à ceux qui, comme cela serait assez raisonnable, souhaitent qu'on arrête cette vieille centrale. A moins que, pour des raisons
financières, il faille continuer à la faire tourner pour gagner quelques sous supplémentaires, mais on se demande si ce genre de chaudron est véritablement amortissable, même au sens comptable du
terme, autrement que par les transferts entre une entreprise quasi publique, et un état que se prétend industriel.


 


Pour revenir aux bavards qui se bousculent actuellement devant les caméras, on se demande souvent ce qu'ils étaient venus dire, se contentant de redire ce qui vient d'être dit avant eux, mais de
manière encore moins claire.


A quand un "film des événements", mais surtout un "film des déclarations" des uns comme des autres? Cela nous ferait peut-être rire.


 


Bon courage à tous.