Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

attention, fermeture des "petits" labos !

Dès 2014, vous devrez parcourir 10, 20, 50, 100 km ou plus pour faire vos prises de sang, et ce au mépris de plus de 500 000 signatures sur cette pétition : touchepasamonlabo.com .
En effet, c'est en 2013 que seront FERMÉS l'immense majorité des laboratoires d'analyses médicales de proximité en France, à l'instar des maternités et avec les mêmes dangers pour votre santé (en particulier pour les analyses urgentes), conformément à l'ordonnance n°2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale qui devrait être ratifiée en procédure accélérée - donc sans véritable débat - fin janvier 2013 ; et cela pour le plus grand profit de quelques grands groupes financiers. Patrick LEPREUX, biologiste marseillais, est en GRÈVE DE LA FAIM depuis le 15 janvier pour protester contre cette réforme.

Contre ce nouveau massacre annoncé et supplémentaire d'un service de proximité, vous pouvez signer ici [ clic sur le lien ].
C'est parce que très peu de gens sont au courant que cette réforme peut passer ; il faut donc la REVELER au grand jour : DIFFUSEZ CE MESSAGE, DIFFUSEZ LE LIEN DE LA PETITION !
clic sur le lien ].

Un exemple de fermeture de laboratoire : clic sur le lien letelegramme.com.
 à Saint-Guénolé, le laboratoire d'analyses médicales va fermer ses portes à la fin de l'année. En cause, la réforme de la biologie médicale.
Installé depuis dix ans, le laboratoire d'analyses médicales de Saint-Guénolé va fermer ses portes à la fin de l'année. . En cause, la réforme de la biologie médicale. Dès janvier 2011, c'est donc à Pont-l'Abbé que les patients devront se rendre pour les soins. C'est une des conséquences de la réforme de l'hôpital et de l'ordonnance du 15 janvier dernier, qui a précisé les orientations pour la biologie médicale.
Une obligation légale
«On ferme. Tout ce qui est petit laboratoire, moins de 350 dossiers jour, doit disparaître», souligne Cécile Vuillemot, l'un des deux pharmaciens biologistes de l'établissement. Le site ferme. Par obligation. En effet, selon les textes, les laboratoires, ceux exploités en société anonyme (SA) ou en société à responsabilité limitée (SARL), doivent être transférés au sein d'une structure autorisée. Un transfert qui doit se faire dans un délai d'une année à compter de la publication de la loi ratifiant l'ordonnance (avant le 15 janvier 2011).
D'autre part, les laboratoires doivent également s'engager avant novembre 2013 dans une démarche d'accréditation et s'y conformer en 2016. Cette procédure doit garantir aux patients la qualité des examens de biologie médicale. Installé rue de la Joie depuis une dizaine d'années, le laboratoire de Saint-Guénolé, qui emploie six personnes, va donc fusionner avec un laboratoire quimpérois. Le personnel - biologistes, techniciens, secrétaire et aide ménagère - va lui aussi fusionner en profitant de départs à la retraite dans la structure d'accueil. Une chance.
Une évolution pas une révolution
Deuxième ville du Pays bigouden, Penmarc'h et ses 5.600 habitants vont devoir apprendre à vivre sans laboratoire. «C'était une chance pour eux d'avoir un laboratoire à proximité», reconnait Cécile Vuillemot. «C'est dans l'ordre des choses». La professionnelle assure que les patients «comprennent», même s'«ils sont un peu résignés». «Ils ne sont pas tellement surpris, même si ça ne les arrange pas». Ils devront prendre la voiture. Ce que faisait déjà ceux qui venaient du Guilvinec, de Plomeur. «Cela ne va rien changer».
Ils iront à Pont-l'Abbé dont le laboratoire n'aura pas de difficulté, selon elle, à accueillir cet afflux de patients. «Aujourd'hui les résultats des analyses sont postés, les services seront rendus dans les mêmes délais. Ils ne seront plus à côté du laboratoire mais pour le suivi cela ne change rien». Une évolution, mais certainement pas une révolution. «On va tout faire pour qu'il y ait une continuité de soins», note Cécile Vuillemot.
Mais sous quelle forme? Nombreux sont les patients qui, comme c'est déjà le cas aujourd'hui, devraient donc se tourner vers les infirmières. Après avoir vu ses commerces déserter la rue, c'est au laboratoire de mettre la clé sous la porte. Demain, il ne restera plus que La Poste. Et, encore, elle n'est ouverte qu'à mi-temps. Pas la joie.

La proposition de loi en procédure accélérée : clic sur le lien.

Bonne journée quand même...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article