Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Bourrage de crânes, “sport automobile" & sous-préfecture

Aujourd’hui, “ l’innocenté ” de Nouillorques a retrouvé son modeste galetas [ au numéro 13 ] de la place des Vosges. Il pourra ainsi bénéficier de la conversation de celui qui, tout en étant député du Pas-de-Calais, semble préférer la compagnie des galeries des “ beaux quartiers ” à celles des loqueteux des friches industrielles, on parle de son voisin, Jack Lang, qui crèche quatre numéros plus loin. Laissons-les à leurs innocences respectives, et leur souhaitant de trouver chaque soir motif à s’endormir du sommeil du juste, celui qui a fait, dans la journée, au moins une bricole pour alléger la peine de son prochain. Et comme dirait l’un des “ amis ” de “ l’innocenté ” de Nouillorques : “ – Que cesse maintenant tout ce tapage médiatique… ” Comme cette personne manquait de temps, elle n’a pu ajouter “ – … que nous avons organisé nous-mêmes ! ”

Plus près de chez nous, c’est le feuilleton de l’épreuve française du championnat du monde des rallyes qui mobilise les rédactions de la P2R, deux ou trois fois par semaine. Ce dimanche, nous étions priés de nous intéresser à la visite de Monsieur D. Serieys, venu s’intéresser à la sous-région, avant d’envoyer ses escouades de véhicules en tous genres s’amuser sur ce qu’il prend pour son terrain de jeu. Monsieur D. Serieys est coutumier du fait, puisqu’il a participé aux côté de Monsieur T. Saby à l’une des courses les plus indécentes qui ait jamais été organisées, tout le monde a reconnu ce que l’on appelle le Paris-Dakar, dont l’une des particularités actuelles est de se jouer maintenant entre Mar del Plata, en Argentine et Lima, au Pérou, tout en conservant son nom, comprenne qui pourra.
Ce monsieur est venu dans le coin, il a visité le musée du pétrole, après avoir passé quelque temps à la cave de Cléebourg, et tout cela est très intéressant. Surtout si le porte-plume de service démarre son papier d’un “ Dans le cadre de la préparation du rallye d'Alsace avec Sébastien Loeb… ”, histoire probablement de nous mettre l’eau à la bouche. Mauvaise pioche quand on fait référence à l’un de ces évadés fiscaux résidant à Gstaad, voisins de quelque chanteur, tennisman / -woman ou réalisateur de film soucieux d’échapper à la justice nord-américaine.
Ça, c’était ce dimanche, mais on avait déjà eu droit en semaine, à l’expédition ordinaire des affaires commerciales courantes avec deux articles, en pages locales :
l’un pour nous dire ce que l’on savait déjà sur le parcours Haguenau intra-muros des cascades sur fond de “ power stage ” [ il s’agit des points supplémentaires qui vont être octroyés aux 3 premiers pilotes ; on pourrait appeler ça “ bonification , mais personne n’fait plus ça, et “ power stage ”, c’est moins banal, et c’est plus cher ] qui coûtera tout de même encore 150 000 euros aux Haguenoviens [ mais, doit-on compter quand on aime ? ]
l’autre pour nous faire partager le ravissement de la maire de Rott qui se réjouit de ce que 70 voitures de compétitions, escortées d’une trentaine d’hélicoptères et d’une noria de véhicules d’assistance vont faire joujou au milieu du vignoble, en pleine période de vendanges, en gaspillant force et énergie pour satisfaire les caprices des commanditaires de ce qui est réellement une épreuve, à commencer par les malheureux riverains.
Comment peut-on dire que, citons-la, “ c’est un honneur d’accueillir une épreuve du championnat du monde de rallye ” au prétexte que l’on  “ s’attend à une marée humaine de spectateurs. ”
Toutes nos félicitations aux courageux rédacteurs localiers qui ne ménagent ni leur temps ni leur talent pour nous maintenir en haleine à l’approche de cette affaire planétaire, dont l’adjoint de la cité de Barberousse n’hésite pas à dire, en bon français, que “ en terme événementiel, il est difficile de faire mieux ! ” Voulait-il parler de pire ?

Pour résumer, ce seront des millions d’euros de cet argent public dont on nous dit, quotidiennement, que nous le dépensons trop, qui vont être donnés à des conducteurs qui sont eux-mêmes de mauvais exemples ainsi qu’à des entreprises qui préfèrent engloutir l’argent dans le financement de “ bolides ” plutôt que de payer leur personnel, quand elles ne l’ont pas encore délocalisé.
Il nous reste un mois pour dénoncer cette dilapidation de richesse collective et cette opération de décervelage qui consiste à amuser le Peuple en lui montrant des bagnoles qui n’ont rien à voir avec celles qu’il utilise pour aller chercher du travail pour qu’Il oublie la sauce à laquelle on l’accommode avant de la manger. Ceux qui se prêtent à cette opération sont ou bien ignorants [ et dans ce cas ils n’ont rien à faire aux postes de responsabilité qu’ils occupent ] ou bien malveillants [ et dans ce cas ils n’ont rien à faire aux postes de responsabilité qu’ils occupent ].

Et puis, il y a le feuilleton de la sous-préfecture ! Comment croire une seconde à la fable des deux jours semaine qui vont être consacrés à Wissembourg quand Haguenau occupera le reste de la semaine ? Où les permanences du weekend se feront-elles ? Quels seront les interlocuteurs du nouveau représentant du gouvernement ? Où les réunions se tiendront-elles ? En bref, quelles sont les réelles priorités du préfet de région, véritable patron et cheville ouvrière d’une politique de désertification du territoire national en matière de services publics ? Qu’a-t-on à nous dire, par exemple, sur le déménagement imposé au personnel, du C.I.O. à Haguenau, quand les conseillers d’orientation et psychologues doivent intervenir dans les établissements de l’arrondissement ? Toutes ces questions restent en plan. Bien entendu, la nouvelle sous-préfète a sans doute bien d’autres choses à faire que d’y répondre, surtout lorsqu’elles sont formulées sur un blog. Mais peut-on imaginer que les élus aient peut-être quelques instants pour les lui poser en exigeant qu’on leur donne de vraies réponses. Après tout, l’épisode tragique de la fermeture plus ou moins rapportée du service de pédiatrie de l’hôpital de Wissembourg a montré que les services de l’État sont aussi capables de mesurer l’ampleur de la démesure de leurs décisions, surtout quand elles sont prises au hasard, sur fond de politique comptable libéraliste. Tout reste par conséquent, on l’espère, ouvert, avec des responsables qui comprennent enfin qu’ils ont autre chose à nous proposer que l’énumération navrante et dérisoire de tous les titres dont ils se sont parés.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article