Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

cantonales : l'ancien directeur de campagne écrit à ses amis.

Pumpernickel a été destinataire indirect de la correspondance qui suit. C’est évidemment le jeu de la campagne électorale que de solliciter l’adhésion des uns et des autres au projet présenté par le candidat qui a vos faveurs.
Les choses sont néanmoins moins simples que prévu, puisque la multiplication des candidats issus de la majorité du conseil municipal envoie aux électeurs, qui ont fait confiance à ce qu’ils prenaient pour une liste de changement et de renouveau, un message brouillé de désunion et de cacophonie.
Qu’un ancien directeur de campagne pour les élections municipales éprouve le besoin de suggérer aux uns et aux autres de voter pour son champion d’il y a 3 ans est somme toute assez logique. Qu’il en profite pour scier les pattes du candidat du parti dont il a été un membre emblématique ces trente dernières années, et dont il a porté les couleurs, avec courage et persévérance, peut légitimement surprendre.
Cette initiative que l’on veut croire personnelle ne peut qu’introduire un supplément de doute et de perplexité dont nous nous serions bien passés. Si ces manœuvres de dernière minute sont au mieux improductives, ne sont-elles pas le témoignage de la fébrilité qui gagne le camp de ceux qui disent en savoir tellement plus que nous sur tout mais qui semblent s’apercevoir de l’inanité de leurs discours. Ce n’est pas sans rappeler le comportement du futur battu des  élections municipales de 2008, hélas.

De Jean-Louis Gliech, le 16 mars 2011

Objet : Élections cantonales

Chers amis,
Compte tenu de l'actualité, je me permets de vous adresser ce message en faveur de la candidature de Christian. Je n'irai pas vanter ses qualités, le bilan après trois années de mandat de maire est assez parlant pour lui. Par contre je veux vous donner des informations que la presse locale a oublié de vous donner. Le candidat sortant, chef de file de l'opposition municipale n'a pas assisté aux trois dernières réunions du conseil municipal.
- En janvier, il a quitté la salle avec ses colistiers après une déclaration préliminaire. Un des points à l'ordre du jour était la construction d'une nouvelle station d'épuration. L'ancienne n'est plus aux normes et la Ville de Wissembourg avait déjà été alertée par les services départementaux depuis au moins 7 ans donc à l'époque où l'ancienne municipalité était au pouvoir. Pas un cent de provisions ni d'ailleurs un plan de financement pour cet investissement d’importance. Est-ce une preuve d'efficacité et d'anticipation ? N'oublions pas que le Conseil Général sera appelé à subventionner les travaux, cela fait partie de ses compétences.
- En février, il était absent. Point délicat à l'ordre du jour: le déficit de l'office de tourisme. Là encore nous savons que le problème remonte à plus de trois ans.
- En mars, il était absent. La séance avait pour objet le débat d'orientation budgétaire. La presse a relevé l'absence de débat. C'est une séance importante et l'opposition devrait normalement se faire entendre et faire des contre propositions. Mais non, les trois malheureux conseillers de l'opposition étaient là, muets, abandonnés comme des orphelins.
Nous savons aussi que M. Bertrand, en sa qualité de conseiller général, réunit les maires du canton. Or celui de Wissembourg n'a jamais été invité, pourtant les Wissembourgeois représentent 45% de la population du canton. Que peut-on en conclure ? Que ce monsieur qui dit ne pas avoir besoin de faire ses preuves en la matière (DNA du 15.03.2011), se désintéresse de la vie de la commune dont il est l'élu. Qu'il ne respecte pas le vote de 49,5% des Wissembourgeois qui ont voté pour lui en 2008, en refusant de les représenter au conseil municipal ; est-ce ainsi qu'il s'engage "par passion" ? En n'invitant pas le maire de Wissembourg aux réunions des maires du canton, il refuse le jeu de la démocratie et a un comportement revanchard.
Est-ce un comportement digne d'un candidat qui, après les élections doit se comporter en élu de tous ? Où est l'éthique républicaine ? Enfin notons "l'impartialité" de la presse qui ne relève pas les absences du chef de l'opposition au conseil municipal, et qui lui donne la parole en dernier, la dernière semaine avant les élections.
Voilà ce que je voulais vous donner comme informations. Tout est vérifiable, je me suis juste permis de porter un jugement personnel sue ces faits. N'oublions pas la soirée de fin de campagne qui aura lieu le vendredi 18 mars à partir de 19 heures à la salle polyvalente de Schleithal. Ambiance musicale. Petite restauration. Buvette. Entrée libre.
Bien cordialement à tous, Jean Marie
PS [ sic ! ] Il n'y a pas de droits d'auteur, vous pouvez diffuser ce message à tous vos amis, si vous pensez que c'est utile.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article