Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Combien ça coûte?

Une petite histoire, qui se passe dans un pays dont les dirigeants disent qu'il faut faire des économies.

L'autre jour, je me trouvais à la Cour administrative d'appel devant laquelle était plaidé un recours contre la décision d'expulsion de Monsieur H., prise il y a quelques mois et appliquée courant novembre 2012. Trois magistrats (pas payés au SMIC horaire), un commissaire du gouvernement, ou son équivalent (pas payés au SMIC horaire), un avocat pour le demandeur (pas payés au SMIC horaire), un avocat pour la défense (pas payé...), au moins un policier en civil (pas payé...), dans la rue devant le bâtiment deux cars de police contenant plusieurs policiers en tenue (pas payés...), mais une demi-douzaine de militants du droit à vivre en famille et à faire scolariser ses enfants (ceux-là, c'est gratuit). La Cour n'a pas rendu son arrêt immédiatement, et il faut compter encore quelques heures de travail de plusieurs personnes (pas payés...) qui délibéreront, écriront, dactylographieront, dupliqueront, diffuseront, notifieront la décision au cours d'une autre audience qui déplacera les mêmes (pas payés...) et aussi les militants (gratuits) cités plus haut.

Combien cela coûte-t-il, rien qu'en salaires et cotisations diverses – je n'évoque même pas les frais de transport, l'amortissement du matériel, la quote-part de chauffage et d’entretien des locaux et tout le reste – pour faire décider d'expulser un homme qui a quitté son pays, sa maison, ses amis, sa famille pour des raisons qui justifient cet effort et ces sacrifices. Sur ce point, je ne connais pas plus qualifié que l'actuel ministre de l'intérieur pour nous donner explications et détails.

Et s'il n'y avait que cela. Monsieur H. a aussi été, pendant un temps, hébergé aux frais de la République par les autorités françaises (foyers, hôtels divers et variés, mais aussi centre de rétention), sa famille a reçu des subsides, ses enfants ont été scolarisés, des dizaines d'heures de travail ont été nécessaires pour "traiter son dossier" dans presque autant d'administrations dont le coût de fonctionnement n'est pas tout à fait nul.

Mieux encore. Un fois le grappin mis sur lui à la fin de l'année dernière, à l'occasion d'une de ces multiples rondes qui sont autant de parties de chasse au faciès et qui font les primes des forces de l'ordre ("établi", comme on dit ici), et comme il était indispensable de l'expulser (c'est sûr, sa seule présence mettait la République en péril, à tout le moins), on a tout simplement affrété un avion qui l'a emmené, tout seul ou avec un ou deux autres "indésirables", jusque sur le hauteurs du Caucase. Combien l'heure de vol du bi-réacteur qui a fait le transport ? Et combien d'heures de vol aller-retour ? Et le retour ? À vide ?

Et tout cela certainement pour rien, car chacun sait qu'un être humain normalement constitué fait tout pour retrouver ceux auxquels il a décidé de lier sa vie. Femme, enfants, amis. A moins que l'affaire ne se finisse pas comme cela. Car si d'aventure la Cour administrative d'appel annulait l'expulsion, il faudrait peut-être affréter un autre avion pour aller le rechercher.

J'ai parlé tout à l'heure d'un pays dont les dirigeants parlaient d'économies. Même si cela n'apparaît pas au premier regard, on doit pourtant être sur le bon chemin. Mais visiblement détourné.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article