Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Comment réécrire l’histoire…

…, même la plus dérisoire !

Prenant pour argent comptant les assertions du maire de Strasbourg, que l’on a connu plus et mieux inspiré, surtout quand il n’était encore que sénateur du Bas-Rhin et qu’il venait signer à Wissembourg, dans une certaine solitude, son livre “ L’Alsace à Gauche ! ”, selon qui les bus à haut niveau de service sont un “ mode de transport situé à mi-chemin d’un tram et d’un bus, d’où son appellation de Busway à Nantes où ce concept a été inventé ”, l’Alsace [ clic sur le lien ] nous annonce que l’offre de transport en commun s’étoffe à Strasbourg, avec une ligne reliant la gare à l’Espace européen de l’entreprise à Schiltigheim. Il ne s’agit évidemment pas de discuter le bien fondé de ce nouveau moyen de mettre un peu moins de nuisance au centre ville, mais tout de même, attribuer la paternité de ces bus à haut niveau de service à la ville de Nantes a de quoi interroger.

Et ce ne sont pas les lecteurs du blog de Pumpernickel qui diront le contraire, eux qui savent, depuis belle lurette, le 6 mars 2009 précisément, qu’il n’en est rien. Ce concept fonctionne depuis 2002 entre l’aéroport de Schiphol et le quartier Schalkwijk de Haarlem (Hollande septentrionale) une ligne régulière régionale, en site propre, baptisée " De Zuidtangent ” (tangente méridionale), qui est l’une des solutions à l’engorgement de la circulation dû à l’usage abusif de la voiture particulière. Ce concept, novateur il y a plus de 10 ans, repose sur quatre critères : haute fréquence, confort, confiance et vitesse. La fréquentation a invariablement dépassé les prévisions depuis la mise en service. En 2007, environ 12 millions de voyageurs l’ont empruntée. Elle est évidemment connectée avec les autres moyens de transport en commun.
Comme tout le monde n’avait bien compris, Pumpernickel en a reparlé, toujours à propos de l’attentisme qui prévaut quant à la liaison entre Wasselonne et Strasbourg, qui traîne depuis une petite dizaine d’années. C’était le 16 octobre 2010 ! On en avait déjà reparlé le 18 mars 2010, mais est-il bien nécessaire de charger la barque, et de demander aux journalistes-sic, comme les appelle la presse satirique, de bien vouloir lever les yeux de leur carnet de notes quand ils prennent sous la dictée des “ décideurs ” ? La dernière fois qu’il en a été question sur ce blog, c’était le 31 mars 2013, on était en pleine campagne préfiguratrice de la déconfiture référendaire du Boulanger.
Dans ce contexte, Alvezio Buonasorte, le rédacteur de L’Alsace, est impardonnable. À moins qu’il n’ait pas l’habitude de s’intéresser au blog de Pumpernickel, ce qui ne fait qu’aggraver son cas !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Hulot 29/11/2013 12:37

Ah! le Busway nantais - il paraitrait même que le nom serait devenu une marquen déposée, donc ne pourait être utilisé que contre paiement de royalties... Inutile d'insister sur le fait que ce
Busway est un bonne idée, rendant enfin le transport public en commun rapide, relativement confortable, presque indépendant des aléas de la circulation automobile, et incomparablement moins
polluant (encombrement, rejets divers) que cette dernière. Mais il est en effet bien dommage, et encore plus en Alsace où se trouve(rait?) une des capitales de l'Europe, de constater que bien peu
de gens savent ce qui se passe ailleurs, à quelques centaines de kilomètres, dans un des pays fondateurs de ce qu'on a appelé "l'Europe des Six", quand ce n'est pas à quelques dizaines de
kilomètres chez nos voisins suisses. Merci donc à Pumpernickel d'avoir rappelé l'existence de la "tangente méridionale" en Hollande septentrionale, mais on peut également rappeler que cette idée du
chemin ("way" en anglais) réservé à une ligne de bus rapide, confortable (je m'intéresse peu au fond sonore et aux écrans plats dits informatifs)et comportant des correspondances (on dit "pôles
d'échange" en novlangue) avec le reste du réseau est quasiment universelle. Un petit tour sur Wikipédia permet de découvri que, dans ce domaine, si les nuances sont nombreuses, le pricipe reste le
même, et ce n'est pas à Nantes que se trouve la source, n'en déplaise aux "communicants municipaux". Jusqu'à 20 à 25.000 voyageurs par jour, la solution est plus appropriée que le tramway, et on
peut monter jusqu'à 35.000 en utilisant des bus à cabine triple (24 mètres de long pour 200 passagers - voici le lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Hess_lighTram), sans oublier les insuffisants mais
pourtant réels progrès réalisés dans les modes de propulsion. Au-delà, dès qu'on atteint les 50.000 voyageurs par jour, le tramway retrouve sa primauté, et il est heureux de constater que, dans la
plupart des cas, la voie dévolue à ces bus "à haut niveau de service" (novlangue-bis) est calibrée en fonction des (futures) contraintes du tramway. Mais restera toujours une question à laquelle il
y a bien peu de réponses: comment feront ceux qui ne vivent pas dans des agglomérations importantes, quand abordera-t-on le problème du transport public individuel?