Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Compte-rendu préalable du conseil municipal du mardi 29 mai 2012, 18h00

Une vingtaine de points à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal qui se tiendra le mardi 29 mai 2012 selon les organisateurs, ou le vendredi 25 mai 2012 selon les rédacteurs de la note de synthèse. C’est une première, on n’avait pour l’instant jamais constaté ce genre de télescopage des dates. Espérons que ce soit celle du 29 mai qui soit la bonne.

Point numéro 1 : adoption du procès-verbal du conseil municipal du 5 avril dernier.
Adopté probablement à l’issue d’une sorte de cessez-le-feu provisoire entre une “majorité” mal en point et une opposition qui se sent à tel point pousser des ailes que les appétits s’aiguisent pour se partager les dépouilles du cadavre encore chaud : pas moins de cinq têtes de listes plus ou moins à l’ouvrage pour constituer les équipages qui solliciteront nos suffrages dans deux ans. Entre les clubs services, les anciens recalés, les officiers ministériels ou les ambitions momentanées, il y aura le choix au moins des personnes. Pour les projets, nous repasserons, puisque l’un des maître-mots de la réussite électorale est de ne pas en avoir, et surtout de s’abstenir de tout engagement, même et surtout moral. Attendons-nous donc à quelques effets oratoires qui ne manqueront pas d’être remarqués par les journalistes de permanence, et attendons-nous au pire, même s’il n’est jamais sûr.
Point numéro 2 : la présentation du SDEA va probablement mobiliser les foules. Nous sommes donc particulièrement reconnaissants à deux sommités issues de cet organisme mondialement reconnu de s’être déplacées pour nous délivrer leur oracle, voir point numéro 3. Nous n’irons pas sur le site de ce syndicat car nous n’avons rien à y faire d’autre que de constater que si une mission lui a été déléguée, cela s’est fait sans que jamais quiconque nous ait demandé notre avis. Les “informations” qui sont disponibles sur ce site n’ont par conséquent aucun autre intérêt que d’occuper le terrain et d’amuser la galerie.
Point numéro 3 : le rapport sur la qualité de l’eau promet d’être un grand moment d’ennui, et de redite, puisque nous venons d’être destinataires de notre facture d’eau et que nous avons pris connaissance de la feuille qui y était jointe ; comme d’habitude, tout va de mieux en mieux, et nous aurons bientôt à boire de l’eau dont la qualité n’existe pas encore, tellement elle sera extraordinaire.

MARCHÉS PUBLICS ET CONVENTIONS
Point numéro 4 : station d’épuration
C’était l’arlésienne de l’actualité municipale : elle n’apparaissait jamais, mais on en parlait sans cesse ! En plus, elle est devenue transfrontalière avec les années, histoire de pouvoir capter encore quelque subside bruxellois. Mais, il semble que l’on touche au but et que la concrétisation soit pour après-demain ! L’attelage du groupement qui comprend quelques acteurs locaux, pour un total de plus de sept millions d’euro, devrait réserver quelques surprises que l’on espère les meilleures possible…
En prime, nous devrions avoir une station de compostage des boues des stations d’épuration de Wissembourg et de Betschdorf avec le traitement des végétaux que nous amenons aux déchetteries. Pour récompense, et comme cela se fait ailleurs, nous devrions pouvoir une fois par an avoir quelques sacs pour notre consommation personnelle. Là, il y a un réel changement, c’est vraiment autrement. Alors, soyons positif et beau joueur !
Point numéro 5 : ZAC du Steinbæchel
Ne devrait-on pas parler du “sac du Steinbæchel” ? Ou bien de “et tout ça pour ça !” ?
Seront réunis autour de la table commune, à ma droite, ceux qui étaient pour le “sac du Steinbæchel”, ceux de naguère, qui l’avaient dans leurs cartons depuis 1993 avec l’ancien POS, et à ma gauche, ou presque, ceux qui n’avaient pas dit qu’ils étaient pour le “sac du Steinbæchel”, au nom d’une conversion aux thèses mégalomanes d’un syndicat mixte, appelé SCoT-AN, dont la particularité est de décider hors de tout contrôle démocratique en ne consultant que ceux qui sont d’accord avec lui, à quelques très rares exceptions près que l’on peut qualifier d’alibis. Vous en trouverez le détail d’un clic sur le lien, en vous référant à ce blog à la page du 1er novembre 2009.
Ce qui va être voté par le conseil municipal ressemble à une capitulation en rase campagne avec l’abandon d’une phase 2 qui préfigure probablement le renoncement à une phase 1 dont on se demande à quoi elle ressemble. Au départ, il était question de quoi, au fait ? Citons-les :
“ La zone d’aménagement concerté de Steinbæchel offre la 1ère tentative (sic) alsacienne d’application de l’approche environnementale de l’urbanisme. Sur 25ha traversés par un fossé et une coulée végétale, l’architecte et paysagiste Catherine Linder propose de construire 500 à 700 logements. Le projet préserve les vergers et jardins caractéristiques du site de départ des randonnées dans le parc naturel régional des Vosges du Nord. ” [ voir ce blog, à la page du 28 octobre 2010 ]. Et malheur à ceux ou celles qui prétendaient se mettre en travers de cette marche du progrès que l’on ne saurait contrarier ! Vilipendés, moqués, humiliés, rien ne leur a été épargné, y compris et surtout lors des séances du conseil municipal, quand ils étaient privés de moyen de répondre. Puis, c’est la retraite en bon ordre sur des positions solidement tenues et préparées à l’avance, avec le cortège de ces cérémonies rituelles intitulées “ concertation ”, substantif fourre-tout dont le grand mérite est d’être compris de façons contradictoires par les protagonistes de l’affaire. Ceux qui en auront le courage n’ont qu’à aller faire un tour sur le site de la commune, et chercher les documents [ bon courage ! ]. Ils y trouveront l’avis de la Préfecture qui souligne que si l’étude d’impact analyse correctement les différents enjeux environnementaux et propose des mesures d’évitement, de réduction ou de compensation des impacts généralement adaptées, elle souffre de plusieurs imprécisions : mesures de compensation à la destruction des zones humides, point de rejet des eaux pluviales de la ZAC, impact de l’augmentation du trafic routier et protection contre les coulées de boue. Mais tout cela, la mairie n’en a cure et entreprend de répondre point par point. Un exemple : puisque le trafic routier est déjà de 5 000 voitures par jour sur la route, que pèseraient un peu plus de 700 véhicules supplémentaires, soit trois voitures toutes les deux minutes ? C’est vrai que de tels “ arguments ” sont absolument imparables, sans oublier qu’il faut sans doute aussi intégrer l’âge du capitaine et le temps que met le fût du canon à refroidir.
Ça fait trois ans que ça dure, et que l’atmosphère est plombée par cette affaire qui nous est tombé dessus sans crier gare. L’intelligence, c’est d’arrêter les frais, en reconnaissant que tout cela procède d’une conception dépassée d’un progrès dont nous ne voulons plus parce qu’il est insupportable, dans tous les sens du terme.
Mais vu le rapport de force, vu les non-dits, vu les entêtements, vu l’aveuglement, vu les ego, vu les intransigeances, vu l’autoritarisme, vu le caporalisme, tout ce fatras pseudo-environnemental forcément durable “ pour les générations futures ” sera sans doute voté d’une seule voix par des antagonismes de façade, en fait d’accord sur l’essentiel. Quel gâchis !
Point numéro 6 : avenants aux marchés de la restauration des toitures de l’hôtel de ville
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion administrative ordinaire.
Point numéro 7 : attribution des marchés pour l’aménagement d’un giratoire allée des Peupliers
Allée des Peupliers ? Allée des ex-Peupliers !
Ouf, enfin un giratoire, il nous manquait ! Comment envisager la vie sans cet accessoire essentiel à la vie sur la route ? Encore quelques dizaines, centaines de milliers d’euro dépensés pour pas grand-chose. Mais, que ne ferait-on pour soutenir l’activité, participer à l’expansion et consolider la croissance ?
Ce point sera complété à l’issue de la commission d’appel d’offres qui doit se réunir le jour même du Conseil Municipal (soit le 25 mai 2012).
Point numéro 8 : lancement des consultations route des Vosges
Comme il faut se préparer à une augmentation de la circulation automobile dont on a dit au point numéro 5 qu’elle serait quasi-négligeable, il faut bien lancer les consultations pour les travaux d’élargissement de la route des Vosges ! Oui, c’est un peu contradictoire, mais il faut s’y faire. Comme il faudra que les riverains s’habituent à voir le nombre des voitures passant sous leurs fenêtres passer à plus de 6 000 véhicules par jour ! C’est le progrès, c’est inéluctable, on ne peut pas faire autrement, c’est la loi de la vie. Ben voyons !
Point numéro 9 : inscription au PDIPR [ plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée ] des sentiers et itinéraires de randonnée sur le ban communal
Longue présentation pour un point qui devra faire l’unanimité. Qui osera être contre les sentiers de randonnée et s’aliéner le club vosgien ? Sans commentaire, sauf qu’après le point 4, c’est de l’humour noir de très mauvais goût.
Point numéro 10 : coordination de la police municipale et des forces de sécurité de l’État
Ouf, nous allons nous sentir encore plus en sécurité. Cela permettra-t-il de faire intervenir les uns et les autres pour déloger les motos qui encombrent systématiquement trottoirs, terre-pleins et rampes d’accès aux bâtiments publics, en particulier les weekends ? Sans oublier les pétarades incessantes de mal élevés qui en prennent à leur aise avec la tranquillité des autres.

AFFAIRES IMMOBILIERES
Point numéro 11 : servitude de conduite de liaison (station d'épuration)
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion administrative ordinaire.
Point numéro 12 : acquisition d'un terrain dans le secteur du Gumberle
Ah, on vous l’avait bien dit qu’on finirait par tout acheter, pour peu qu’on en ait le temps !
Vous avez aimé le Steinbæchel, vous adorerez le Gumberle. Tout cela n’est pas très joli et donne une image particulièrement détestable d’une municipalité qui passe en force, qui circonvient, qui presse, qui oblige et qui contraint. C’est tout le contraire de ce que l’on attendait.
Point numéro 13 : cession d'un terrain / Obertor
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion administrative ordinaire.

AFFAIRES FINANCIERES
Point numéro 14 : renouvellement de la ligne de trésorerie
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion financière ordinaire qui consiste à “ acheter ” le droit au découvert.
Points numéros 15 & 16 : demandes de subventions
Qui s’opposerait à € 1 000,00 pour ex-nihilo et  "Le Grimoire de Firmin, € 3 437,00 pour le Basket-club, une aide substantielle [ ou consistante ] pour que le football-club paie son gaz, € 2 040,00 pour que les enfants des écoles aillent en sortie scolaire, ou € 2 000,00 pour que les façades des maisons soient plus belles ?

PERSONNEL COMMUNAL
Points numéros 17, 18 & 19 : création de poste – besoins occasionnels / piscine municipale – saison 2012 – maîtres nageurs sauveteurs / cours de natation / emplois municipaux saisonniers 2012
Marronniers des beaux jours !
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion administrative ordinaire.

Point numéro 20 : modification de la durée hebdomadaire de service – accompagnatrice scolaire
Marronniers des beaux jours !
Rien à dire ni à commenter, cela relevant de la gestion administrative ordinaire.

Point numéro 20 : divers… ?!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article