Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Compte-rendu préalable du conseil municipal du vendredi 24 février 2012, 18h00

Aujourd'hui, mercredi 22 février 2012, J moins 60 pour le 1er tour, J moins 74 pour le second tour !

Vingt-et-un points cette fois à l’ordre du jour de la séance du conseil municipal qui se tiendra

le vendredi 24 février 2012 à 18h, à la salle communale d’Altenstadt.

Point numéro 1 : adoption du procès-verbal du dernier conseil municipal.
Adopté probablement à l’unanimité, à moins que les hostilités ne démarrent immédiatement. On n’est évidemment pas à l’abri d’une charge de l’opposition qui ne devrait pas hésiter à exploiter les maladresses accumulées ces derniers mois, et, doit-on malheureusement ajouter, ces dernières années.

Points numéro 2 : débat d’orientations budgétaires
Je reste toujours perplexe quant je vois ça et je le compare à la situation d’autres collectivités territoriales, d’accord vouées à la disparition, département et région, qui ont déjà voté leur budget. Mais pourquoi ce qui est possible aux uns ne l’est-il pas aux autres ? On devrait voter le budget en novembre pour qu’il soit exécutoire à partir de janvier.
Passons sur le rappel juridique toujours amusant à entendre. C’est curieux cette manie du cours de droit administratif et de finances publiques donné par ceux qui en deviennent spécialistes en un tournemain. La mue se fait généralement entre la proclamation des résultats de l'élection et l’installation dans des meubles que l’on prend pour une propriété quasi-personnelle, avec l’auto attribution de quelque chef de cabinet dont la présence, plus ou moins insupportable, est d’abord une charge pour les finances locales.[ on peut l’estimer à 400 000 euros sur la mandature, auxquels il convient d’ajouter l’occupation d’un logement municipal dont le loyer est proche de l’habitat social ]. On ne s’étendra pas sur le rôle confié à ce personnage qui échappe à tout contrôle démocratique, et qui se comporte un peu comme celle que des ignorants s’obstinent à appeler la “ première dame ”, concept états-unien que l’on impose en nous matraquant ses allées et venues quotidiennes : nous devons supporter sa présence, et nous n’avons aucun moyen d’en débarrasser la sphère publique. En plus, il a remplacé le directeur du personnel [ euh, pardon, maintenant on dit "drh" chez ces gens qui considèrent les êtres humains avec le même regard que celui que l'on pose sur une tonne de minerai ou une forêt que l'on va "exploiter" ], y compris en convoquant … les élus [oui, vous avez bien lu ] pour les soumettre à un questionnaire de personnalité. À sa décharge, "on" l'a laissé faire, y compris quand il a fait la même chose avec une partie du personnel municipal, histoire sans doute de mettre une bonne ambiance. Sans doute pensait-on que tout cela resterait à l'écart de toute mise sur la place publique, mais comment peut-on accepter de telles mauvaises manières, de tels comportements ? S'agit-il d'une équipe de "managers" qui s'occupe de "Wissembourg société anonyme" ? Tout ce petit monde serait bien inspiré de s'expliquer sur cette question.
Mais revenons à notre “ débat sur les orientations générales ” de notre prochain budget. Peu familier de ce genre de document, je ne puis que vous en livrer des bribes, mises cette fois en rapport avec ce qui avait été noté il y a trois ans. Ça donne un peu d’espace à la comparaison.
En 2011, les dépenses de fonctionnement se sont élevées à 8,53 M€ et les recettes de fonctionnement à 9,58 M€, avec un endettement d’environ 11,5M€ au titre des prêts à long terme soit 1428,46 €/hab. [ si on table sur une population de … 8 050 habitants ! ]. Il convient d’ajouter encore 2,6M€ au titre des prêts à court terme et de préfinancement de la TVA et des cessions d’actifs, soit encore 320 €/hab. de dette.
Pour mémoire, en 2009, c’était 10,5 millions de recettes, il n’y ait eu 9 millions de dépenses, et une dette de 1250€/hab.
Pour 2012, c’est à sorte de quasi-stabilité que nous devrions assister, mais le document est tellement abscons que tout et son contraire peut en découler. En d’autres termes, si ça va mieux, c’est parce que ça n’ira pas moins bien. L’énumération des différentes opérations dites d’investissement n’a aucun intérêt, à se demander si tout cela n’est pas communiqué pour embrouiller toute lecture fouillée de l’ensemble. On cherche en vain l’esprit de synthèse. Mais, en règle générale, et pour vous épargner l’interminable litanie des travaux ici là et ailleurs qui relèvent plus de l’entretien que de l’investissement, il s’agit de gérer, gérer et gérer encore. Rappelons qu’il y a trois ans, on annonçait 7 millions d’euros d’investissement.

Point numéro 3 : débat d’orientations budgétaires eau 2012
C’est du même ordre, donc même commentaire.

Point numéro 4 : débat d’orientations budgétaires assainissement 2012
C’est du même ordre, donc même commentaire.

Point numéro 5 : débat d’orientations budgétaires - budgets lotissement artisanal ex-allée des ex-Peupliers 2012
Première tranche OK, y compris la dernière parcelle, seconde tranche OK, avec un fermier général, la SAS SCHMITT, qui s’occupe de tout [ c’est le chef de détention à joindre pour se voir attribuer une cellule, voir blog du 5 octobre 2011 ]. Tout ira bien, et il n’y a pour l’instant que 150 000 € à régler, dont on oublie trop que c’est un million de francs, auxquels il conviendra d’ajouter encore 100 000 € pour le énième giratoire qui nous manquait trop.

Point numéro 6 : débat d’orientations budgétaires - budget lotissement gumberle 2012
Un montant total de 40 000 € H.T. qui seront financées en 2012 par un prêt-relais dans l’attente de la vente des terrains. L’affaire avance bien qu’elle ait réussi à faire l’unanimité des riverains contre elle. On a trouvé ici, là et encore ailleurs des gens qui voulaient bien vendre, et petit à petit, cette zone va se trouver construite d’un ensemble mitoyen d’une route où passent des milliers de voitures par jour, sans que cela gêne quiconque. C’est une affaire mauvaise en ce qu’elle traduit l’entêtement de celui qui veut construire à tout-va, quelle que soient les conditions, croyant que l’offre de logements, de préférence vides, provoquera l’arrivée d’emplois pour ceux qui les occuperont. C’est sur cette base, irréaliste, que s’est construite la bulle immobilière espagnole. On voit le résultat.

Point numéro 7 : débat d’orientations budgétaires - budget lotissement Z.A. La Pépinière 2012
Autre contexte puisque l’on est sur une friche industrielle, un véritable chancre urbain. La vente à l’église évangélique qui déménage du centre-ville va permettre les différents aménagements nécessaires à la requalification des lieux.
Cela dit, la mairie ne peut pas s’empêcher de s’en remettre une fois de plus à un aménageur ou à un promoteur immobilier [ en d'autres temps, on n'hésitait pas à parler de spéculateurs immobiliers, “ … mais maintenant, c'est plus pareil, tout change, tout change,… ” ] pour les 36 ares d’un terrain constructible situé sur le site. On rappellera pour mémoire l’opération gagnant pour lui et perdante pour la commune qui a consisté à vendre pour 15 000 € une maison sur un terrain de 6 ares qui est maintenant requalifiée, les promoteurs disent valorisée, de fait.

Point numéro 8 : débat d’orientations budgétaires - budget quartier Steinbaechel 2012
On reste étonnamment dans le vague avec ce qui devait être l’une des réalisations phares de cette équipe qui allait tout exploser en nous faisant travailler ensemble et surtout autrement. On ne résiste pas à retranscrire ce qui figure sur la note on ne peut plus synthétique :
“ Les acquisitions foncières ont débuté et se poursuivront en 2012. Les études de création d’une ZAC à usage principal d’habitation intégrant une approche environnementale se poursuivront. Des frais d’études (géomètre…) compléteront les dépenses qui peuvent arriver en 2012. Ces dépenses seront financées en 2012 par un prêt-relais dans l’attente de la vente des terrains. ”
Ça dégouline l’enthousiasme !

Point numéro 9 : subvention au FCW
Sans dommentaire.

Point numéro 10 : musée Westercamp et réserves historiques : lancement des consultations de maîtrise d’œuvre
Attention, le musée se transforme en “ un équipement culturel qui doit se traduire dans un projet de rénovation ”. On redoute déjà le pire. Dans cette perspective, un groupement composé du bureau Vade Mecum (mandataire) et de Monsieur J.-C. Goepp, architecte et muséographe a été constitué et a reçu une mission de programmation. On redoute déjà le pire. Ça commence assez fort avec 2,2M€ de coût, dont 668 000 H.T. d’honoraires et de frais divers. Quand on pense à l’ancien musée, on reste complètement interdit devant ce déluge d’argent.
Mais pour faire quoi ? Depuis près de 10 ans que ce musée est fermé, quand a-t-on demandé des comptes à ceux qui l’ont fermé, à ceux qui disent y avoir travaillé, à ceux qui ont pris les rênes d’une rénovation dont on ne connaît même pas les contours ? Il apparaît que, localement, la mairie a sélectionné ses interlocuteurs, y compris lorsque des opérations culturelles sont organisées [ type nuit des musées en mai prochain ]. Une association dite des amis du musée Westercamp a été portée sur les fonds baptismaux fin avril 2010, il y a près de deux ans. On ne doute pas que ses membres aient ardemment travaillé à l’affinage du projet scientifique et culturel pour le rendre plus attrayant et plus attractif. Encore faudrait-il d’abord le rendre tout court !
Tout cela est cousu de fil blanc : nous aurons l’une de ces vitrines dans lesquelles on se déplace au milieu d’écrans tactiles en écoutant les “ commentaires ” de quelque bavard plus ou moins mal inspiré. On sera loin de ce que maintenant tout le monde a oublié, d’autant que la mairie fait tout ce qu’elle peut pour écarter de son jeu – mais rassurons-nous, y en a-t-il encore pour longtemps ? – celles et ceux qui n’ont pas l’heur de lui plaire. Pour celles et ceux qui ont la mémoire qui porte au-delà de ces cinq dernières années, c’est à une véritable régression que l’on assiste.

Point numéro 11 : convention de partenariat du réseau de villes Vesta 2012-2014
On les connaît bien ceux-là. Ils sont apparus sur le blog de Pumpernickel les 9 janvier 2008 et 25 avril 2009. Pour 1 500 €, on devrait renouveler l’adhésion au club. Le seul problème, c’est qu’en fin de mandature, il sera bien difficile à la municipalité de nous faire croire que le bilan carbone de la commune a évolué dans le sens de l’économie des ressources énergétiques ainsi que dans la pris en charge globale des questions liées à la préservation de notre milieu de vie. Alors on continue à se gargariser de mots, ça ne coûte rien : “ … meilleure connaissance du domaine du développement durable, … prise de contact avec les autres villes du réseau de la région, … ”

Point numéro 12 : avenant n°01 : études préalables et dossier de création d’une ZAC à usage principal d’habitation, comprenez Steinbaechel
“ Le projet d’avenant a pour objet des prestations complémentaires relatives à une étude de faisabilité concernant le potentiel de développement en énergies renouvelables de la zone pour un montant de 1 700 euros HT et un complément de prestation et d’assistance dans le cadre d’une deuxième phase de concertation pour un montant de 1 200 euros HT et prend également acte de la suppression de la phase relative à l’établissement d’un dossier de déclaration d’utilité publique pour un montant de 4 200 euros HT. ”
Les choses se passeraient-elles autrement que prévu ? Tout cela est bien curieux, et devrait exciter la curiosité des conseillers municipaux, quel que soit leur bord.

Point numéro 13 : avenant n° 2 - convention précaire d’occupation du domaine public
En fait, comme l’un des régisseurs du relais s’en va [ car on ne doit pas dire que c’est une incompatibilité d’humeur entre le maire et un employé municipal qui a décidé l’employé municipal à partir, sinon le maire n’est pas content, d’autant qu’il avait demandé que personne n’en parle, donc on ne le dira pas, et on en dira encore moins sur la personnalité de celles ou de ceux qui auraient pu rapporter une conversation qui de toute façon n’a jamais existé, d'ailleurs on se demande pourquoi on dit tout ça ], son logement se libère et il est loué au gérant de la buvette du relais culturel pour 1 000 francs pas mois.

Point numéro 14 : acquisition de parcelles - lieudit “orzelgrund”
Trente-cinq ares de bois pour mille six cent quinze euros. Voilà.

Point numéro 15 : vente terrain ZA allée des peupliers / Mlle Gerold
La zone artisanale se remplit, la zone artisanale est remplie !

Point numéro 16 : procédure des biens vacants et sans maître lotissement
Si vous omettez de payer les contributions foncières [ maintenant, on parle de “  produits locaux de la collectivité territoriale municipale ” ] pendant plus de trois ans, vous risquez de vous faire déposséder de votre bien. Attention !

Point numéro 17 : acquisition d’une parcelle - projet life Lauter Donon
On va favoriser la préservation et la restauration des milieux naturels et des espèces animales et végétales, présents sur le site Natura 2000 de la Lauter en achetant vingt-neuf ares de terrain pour 8 500 euros.

Point numéro 18 : échange ville et communauté de communes du pays de Wissembourg complément délibération du 25 novembre 2011
Le Conseil Municipal est informé que les parcelles acquises par la Ville de Wissembourg seront “définitivement destinées à la conservation de la nature”. Ah ? Bon !

Point numéro 19 : chantier d’insertion des remparts
On poursuit le travail entrepris en 2006. il est probable que tout le monde sera d’accord.

Point numéro 20 : régime indemnitaire filière technique, prime de rendement et de service
Gestion administrative ordinaire.

Point numéro 21 : divers
Ça fera comme d’habitude, on verra.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

srg 23/02/2012 13:30


MAZETTE !!!