Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace – capharnaüm et embrouillement – J - 33 jours ! – § 30

Il devient de plus en plus difficile de suivre ce qui se passe au "sommet" de notre Alsace en mal d'unification à défaut d'unité quand on doit poursuivre les avis des uns, les protestations des autres et les dénégations des troisièmes ! Quand on pense qu'il paraît qu'ils sont tous d'accord, que serait-ce s'ils ne l'étaient pas !
Rien qu'aujourd'hui, on apprend que ce sont les socialistes haut-rhinois qui vont faire une campagne de gauche pour un oui différent ! Sera-ce le même que celui qui nous était promis par une brochette, tendance pâté d'alouette, d'élus EE-LV, socialistes et "indépendants" et de responsables associatifs qui posaient l'autre jour, c'était début février, pour annoncer "l’autre oui" de "l’Appel des 18" pour "un oui différent, lucide et exigeant".
Cela nous fait au moins deux différences au sein de ceux qui ont, on aurait tendance à l'oublier, tout de même été envoyés au conseil régional pour se situer dans l'opposition à la droite locale.
Le temps fait son œuvre et les querelles, de préférence de clocher, réapparaissent beaucoup plus vite qu'on ne le pense. C'est venu de Colmar hier soir semble-t-il quand le maire a bien pris soin de dire que la fusion, il n'était ni pour ni pour, bien au contraire ! Bel exercice dans lequel Monsieur Gilbert M. a pris la défense de "sa" ville qui serait naturellement malmenée si les électeurs suivaient, au moins pour plus de la moitié du quart des inscrits, les visées impérialistes de l'ex-futur prince-électeur. Il pose même la question de son statut de préfecture, après qu'une salve, nous venant de Strasbourg, eut été envoyée qui remettait en cause le statut de la cour d'appel de Colmar, dont "on" aurait proposé la suppression en même temps que celle de Metz, déjà dans le collimateur de la plus nulle des gardes de Sceaux que la France ait jamais connue, pour la transférer dans la capitale régionale. C'est vrai que les démentis des uns et des autres ont été tellement convaincants qu'un comité de défense pour le maintien de la cour d’appel de Metz a déjà été mis sur pied par Madame M.-J. Zimmermann, également députée UMP de Moselle. Ambiance ! Les 600 personnes présentes lors de cette réunion "pour le oui" ont donc eu le bonheur d'entendre l'ex-futur prince-électeur dire qu'il ne fallait pas agiter de chiffon rouge, et que la situation politique et administrative de Colmar devait être maintenue et confortée. Il est important de rapporter ce genre de lieu commun qui ne veut strictement rien dire, n'engage personne, et nous renvoie irrépressiblement à ce "je vous ai compris" d'un autre temps, phrase que chacun a interprétée à sa façon, permettant à son auteur d'affirmer p ar la suitequ'il 'était ni pour ni contre, bien au contraire.
Il ne manquait plus, après les "universitaires" de l'autre jour, que l'avis des dépositaires et des exégètes de l’Institut du droit local alsacien-mosellan pour en remettre encore une louche, au cas où on aurait commencé à y comprendre quelque chose. Eh bien, ça y est, la pythie a délivré son oracle, et les prêtres en sont maintenant au décryptage de ses borborygmes. Les juristes de cet institut se sont penchés sur la constitution de 1911, dont il a déjà été question ici, qui était, semble-t-il bien autre chose que le robinet d'eau tiède qui nous a été pondu par les constitutionnalistes en peau de lapin du cabinet de l'ex-futur prince-électeur. Pumpernickel est heureux d'entendre que si le droit est en vigueur sur tout le territoire de la République, il ne s'y applique pas partout de la même façon et en particulier dans les territoires d'outre-mer où c'est le droit local qui l'emporte, avec des pouvoirs législatifs qui ont été transférés, en particulier d'ordre fiscal en Polynésie et en Nouvelle-Calédonie. On se rappelle en effet que Mayotte a envoyé à la Chambre un député favorable … à la polygamie, et à l'époque, puisqu'il était de droite dans un régime de droite, ça ne gênait pas la droite. Eh oui, les temps changent !
Était-il bien nécessaire de reproduire dans l'article de L'Alsace cette étonnante saillie du président de l'IDL selon qui, dans un cadre européen, tout droit national est local. On peut alors multiplier à l'infini les comparaisons irraisonnables du genre "dans un cadre mondial, tout droit national est indigène", et pourquoi pas "dans un cadre universel, tout droit terrien est régional", ce qui n'a à peu près aucune signification.
Nous voyons maintenant, petit à petit, à mesure que l'on se rapproche du terme, les uns et les autres sortir du bois, se faire remarquer et entendre, prendre date, et, pourquoi pas, placer leur petit pion en vue de la distribution des prix que ne manquera pas de récompenser les braves petits soldats qui auront fidèlement servi les intérêts de notre général Boulanger local. Comme dirait un bon ami de Pumpernickel, ça devient intéressant !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article