Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace – le "non" du front de gauche – J - 27 jours ! – § 37

Même si l'abstention reste le plus sûr moyen de faire capoter le projet boulangiste, et pour s'en persuader, il suffit de les voir s'agiter pour que le maximum d'électeurs se déplacent le 7 avril prochain, les voix du "non" s'expriment. En dépit des moyens mis en œuvre par l'armada boulangiste. Pumpernickel a ainsi été destinataire de la prise de position de ses amis du Font de Gauche de la 7ème circonscription du Bas-Rhin.

La collectivité territoriale d’Alsace est présentée comme un outil de l’unité, de la proximité et de l’efficacité pour répondre aux besoins de la population et même pour sortir de la crise économique. Bonne échelle, optimisation, efficience, simplification… sont avancés comme arguments. Comme si la fin l’emportait sur les moyens !
Or, l’objectif annoncé d'une réduction des dépenses publiques n'indique en rien un changement en profondeur des logiques territoriales, sauf à vouloir s'inscrire de fait dans le cadre idéologique d’une "Europe des Régions", visant à mettre en concurrence des territoires "autonomisés", dont la formation professionnelle ne répondrait qu’aux besoins du marché local et où la compétitivité deviendrait une fin en soi.
Pour le Front de Gauche, ce projet est une mystification. Il ne peut répondre en soi à la surpuissance de la finance, au retrait de l’Etat dans ses missions de solidarité, à la soumission à la logique de profit. Mais surtout il passe sous silence son contenu réel : à l’appui du référendum, la collectivité territoriale d’Alsace voudrait obtenir de l’État des pouvoirs et des moyens inédits pour passer des accords avec d’autres régions, quitte à déroger au droit national pour aller vers "plus de convergence" (par exemple, en matière d’emploi, ni 35 heures, ni SMIC en Allemagne).
Nous n’avons pas peur du changement, bien au contraire, mais cette réforme "alsacienne", avant même l’Acte III de la décentralisation, nous isolerait d’une évolution solidaire et propre à tout le territoire français.
Nous nous opposons à la collectivité territoriale d’Alsace, mais nous défendons l’idée d’une VIème République dans laquelle l’État serait réellement garant de l’intérêt public et de l’égalité d’accès aux droits et aux services. Les collectivités territoriales dans leur diversité pourraient s’appuyer sur une autonomie fiscale et des moyens financiers étendus, un pôle public financier, un scrutin proportionnel, une citoyenneté liée à la résidence, autant de mesures justes et démocratiques propres à répondre aux urgences économiques, sociales et environnementales.
Bénédicte Herrgott, comité Front de Gauche de la 7ème circonscription du Bas-Rhin.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article