Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace – rendez-vous à J + 1 ! – § 55

À partir de lundi, le jour d’après, quand les commentateurs en seront à nous expliquer ce que nous avons fait et pourquoi nous l’avons fait, parce que, eux, ils le savent mieux que personne, et naturellement mieux que nous-mêmes, à partir de lundi donc, Pumpernickel mettra en téléchargement les articles parus dans la presse de propagande régionale, du moins ceux qui étaient à la disposition gratuite des internautes. Pour les autres, les choses ont été plus compliquées et ont nécessité un travail de recopie qui a pris beaucoup de temps. Ainsi aurez-vous la faculté de comparer, chronologiquement, sur un document "ouorde" les discours qui ont été tenus par les uns et les autres, de retrouver les reniements des uns et les accommodements des autres, la servilté des troisièmes ou la "souplesse" des derniers, il y en aura pour les goûts, car on n'oubliera pas la constance de ceux qui ont résisté à toutes les pressions, tous les arrangements, toutes les combinaisons. Ceux qui le voudront pourront chercher à qui s’adresse les substantifs, et dans quels registres ils sont puisés : grogne et fronde vs efficacité et union, passion et enthousiasme vs complication et gabegie, fidélité et tradition vs jacobinisme et archaïsme. En fait, là est l’essentiel, dans cet incessant ballet de plumes plus ou moins mal assurées qui se sont relayées dans les colonnes de journaux achetés à coup d’encarts publicitaires ou sur les ondes d’une presse audio-visuelle qu’on a connue plus incisive. Vous y trouverez également en document"ouorde" téléchargeable l'intégrale des articles paru dans la catégorie "conseil d'alsace".

Deux grandes épreuves nous ont été infligées : la première avec ce débat sans intérêt au cours duquel on a laissé un futur ex-prince électeur raconter à peu près n’importe quoi sans qu’aucune contradiction ne lui soit opposée, et la seconde avec ce sondage qui n’a même pas été suivi d’un autre tant son résultat a inquiété toute la Boulangie et ses affidés. Il est tout de même surprenant que ce qui nous était présenté comme un élément majeur de la campagne électorale passe aussi vite à la trappe, signe du couac dans le déroulé de la pièce.
Cela n’étonnera personne, Pumpernickel n’est pas abonné aux Déhaina. Il leur préfère l’Humanité qu’il va acheter cinq fois par semaine au dépôt de presse. Cela a plusieurs avantages : il fait vivre le commerçant et il fait vivre un journal sans publicité qui relate des faits, en particulier ces luttes sociales dont les Déhaina parlent si peu, leur préférant la soupe ordinaire de la normalité médiatique.
Cela dit, Pumpernickel, à l’instar de tous les habitants de la région, "de souche", "d’origine", "d’occasion", "de passage", "de devoir", "d'identité" ou "de hasard", payé, avec ses impôts locaux, départementaux et régionaux, les pages et les bandeaux de propagande qui s’étalent, malgré nous, dans une presse qui aura bien du mal, maintenant, à faire la preuve de son indépendance. N’eût-il pas été courtois de la part de ceux qui se sont fait gaver de deniers publics qu’ils aient la courtoisie de mettre tous les articles relatifs à ce soi-disant referendum, pour lequel on aura dépensé des millions d’euros, en consultation libre, même pour une durée limitée ? Ils y auraient gagné en sympathie, et n’y auraient sûrement perdu grand-chose.
Mais on ne se refait pas, et on n’est pas pour rien dans la main d’une banque qui possède une grande part de la façade Est de la presse quotidienne régionale.
P.S. : Pumpernickel confirme que le "débat" qui nous a été imposé a bien du mal à passer au-dessus de la ligne bleue des Vosges, ou au-delà de la rive gauche du Rhin. Contrairement à ce qui nous est avancé avec quelque outrecuidance, aucun de ceux qu'il a rencontrés ces dernières semaines n'est au courant de quoi que ce soit. N'en déplaise à celles et ceux qui voudraient faire de leur région le énième centre ou nombril du monde.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Hulot 06/04/2013 18:46


A propos du PS final.


Mercredi, questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Un élu du Haut-Rhin, me semble-t-il, interroge le ministre de l'intérieur sur le fameux referendum, et Manuel Valls de lui répondre
quelque chose comme si ce referendum était un encouragement, un exemple, un modèle offert aux autres départements et régions françaises...


Inutile de commenter les reniements de cette gauche de social-défaitisme, comme le titre le Monde diplomatique. Il y aurait tellement à dire, hélas.