Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace – Yolande B., l’approximative – J + 1 jour ! – § 59

Maintenant qu’il n’y a plus rien à perdre, elle ne craint pas d’écrire dans "L’Alsace" d’aujourd’hui que, "ce qui peut apparaître comme un péché originel, "les négociations entre les trois présidents UMP, Messieurs Ph. Richert, G.-D. Kennel et C. Buttner ont traîné trois ans pour aboutir à un montage complexe, avec une double présidence, une assemblée qui se réunirait à Strasbourg et un exécutif qui siégerait à Colmar. Ces polémiques ont miné les fondements même du projet, instillant dans l’esprit des Haut-rhinois l’idée qu’ils seraient moins bien traités que leurs voisins, et plus éloignés du centre de décision qui ne pouvait être que Strasbourg." On ne saurait mieux dire. Mais pourquoi as-tu attendu la fumée des cierges pour écrire enfin ce que tu pensais de cette usine à gaz ?
Mais ce n’est fini car elle continue avec un "Faut-il rappeler aussi que cette barre des 25 % a été introduite à la demande du Haut-Rhin ?" Alors, Yolande, tu exagères parce que tu n’as relu ni tes notes ni tes confrères !

Cette barre des 25% est dans la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales portant la signature de pas moins de sept ministres, dont … Monsieur Ph. Richert ! Eh oui, Yolande, et à moins que tu aies une trace de l’intervention directe du Haut-Rhin dans l’énoncé de la loi, il vaut mieux s’abstenir d’avancer de telles assertions. Le Haut-Rhin semble en tout cas bien éloigné de tout cela. Ce quart des inscrits est une constante qui figure d’ailleurs dans au moins trois articles, celui traitant des regroupements de communes mitoyennes [ § III, Art. 21 ], celui traitant des regroupements de départements [ § IV, Art. 27 L 3114-II ], et enfin celui qui concerne le projet boulangien [ § IV, Art. 29 L 4124-II ]. Le reste, c’est du bavardage de mauvais joueur.

Tu aurais dû aussi relire tes confrères, en particulier Monsieur F. Buchy, qui, dans un article des Déhaina du 20 novembre 2012 rapportait que la demande, ridicule, de suppression du seuil des 25% des électeurs inscrits nécessaires pour que le oui l’emporte au référendum sur le Conseil d’Alsace, avait été rejetée par la commission des lois du Sénat par 17 voix contre et 13 voix pour. Défendu par les sénateurs alsaciens Catherine Troendlé (UMP) et André Reichardt (UMP), dit "le résistant", il a été rejeté "au motif qu’il ne fixait pas un nouveau seuil et qu’il n’y avait pas d’urgence". "Il est discutable de supprimer le seuil alors qu’il s’agit de réaliser un projet qui supprime deux départements. Si nous maintenons un référendum, il faut maintenir un seuil crédible d’approbation, même si on l’abaisse en dessous de 25%. Je suis opposée à baisser le seuil car nous ne serions pas du tout crédibles sur la fusion et la création du Conseil unique d’Alsace", avait alors affirmé Madame P. Schillinger, sénatrice socialiste.
L’excellent Monsieur F. Buchy ajoutait, ce que Pumpernickel a vérifié, que c’est la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales qui prévoit que pour être approuvée, le oui à la fusion d’une région avec les départements qui l’a composent doit recueillir la majorité absolue des suffrages exprimés et atteindre au moins le seuil de 25 % des électeurs inscrits dans chaque département.
Si on cherche en vain la marque du Haut-Rhin, on trouve en revanche celle de l’ex-futur prince-électeur qui a laissé son siège à la sinécure du Palais du Luxembourg au furtif président de la région Alsace, à l’issue des élections régionales de 2010. Monsieur A. Reichardt y a été envoyé pour représenter un Monsieur Ph. Richert qui s’y croyait déjà. Hélas, ces imbéciles d’électeurs n’ont rien compris à la manœuvre et ont contrarié un déroulement de carrière pourtant bien balisé.

Tout cela fait tout de même désordre, chère Yolande, et met à mal le sérieux de toutes les "analyses" que tu nous a servies ces six derniers mois. Peut-être faudrait-il envisager une reconversion professionnelle plus en phase avec tes capacités réelles. En tout cas, question pronostic, c’est plutôt raté.

Malheureusement, cet épisode grotesque est à la mesure du tourment que nous avons dû subir ces derniers temps, avec un niveau de propagande, on peut l’affirmer, jamais atteint compte tenu des enjeux réels. Des gens du calibre de Madame Y. Baldeweck ou de Monsieur Ch. Bach, qui s’obstine à ne pas répondre aux courriels, ont amené le débat à une degré de nullité rarement atteint. À leur décharge, invoquons les demandes pressantes des autorités politiques boulangiennes, qui viennent leur reprocher maintenant de ne pas en avoir fait assez, comme si c’était possible, pour promouvoir ce que Yolande appelle maintenant un projet entaché de péché originel.

On est en plein délire de persécution venant de gens qui ont perdu toute notion de la réalité et qui sont entrés dans le processus de la confusion. Ce n’est pas de bon augure pour une région qu’à l’évidence ils n’aiment que pour l’étreindre à l’en étouffer.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article