Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Dans la boîte à lettres

Il y en a pour tous les appétits, qu’il s’agisse de ceux à qui la victoire de la gauche en Alsace “ permettra de participer pleinement à l’élaboration de ces politiques [ d’emploi, de développement économique, de tourisme, d’agriculture, d’aménagement du territoire et de développement des énergies nouvelles ] et à leur déploiement en Alsace du Nord. ”. Ça, c’est Monsieur P. Mammoser, maire de Soultz-sous-Forêts, conseiller régional sortant, et numéro 7 sur la “ liste Bas-Rhin de rassemblement soutenue par le Parti socialiste ” qui nous le dit. Croyons-le, et pour ceux que cela intéresse, rendez-vous mardi soir, au foyer avicole, la salle des réunions politiques de Wissembourg, où Monsieur J. Bigot, tête de liste “ L’Alsace plus juste, une région plus forte ”, nous entretiendra de son projet en vue des élections régionales.
Tiens justement, c’était hier matin, ils étaient là, Monsieur l’Ex, les tracts à la main, tentant d’engager la conversation, le plus fort possible, en alsacien, ce dialecte dont il a hérité et dont il faudrait lui demander s’il en fait profiter les autres, et Madame la 1ère-adjointe, elle aussi, le paquet de tract à la main, tentant d’engager la conversation, mais en français, cette fois.
Pumpernickel était là aussi, des journaux plein son panier de vélo, comme d’habitude tous les deux ou trois mois, prêt à faire la tournée des boites à lettres [ 125 à Wissembourg, trois heures à pédaler, et ce dimanche matin, il ne faisait pas très chaud ] parce que l’envoi postal était terminé [ près de 130 destinataires, répartis de par la vaste Europe, près de deux heures à mettre sous bande, et encore une petite heure à affranchir ]. C’était évidemment le bon moment pour comparer nos anciennetés et mérites respectifs de distributeurs de tracts et de militantisme. Il est vrai que Pumpernickel a beaucoup à apprendre, lui qui ne fait cela que quatre ou cinq fois par an depuis près de 15 ans. Merci.

A part ça, et c’est beaucoup plus intéressant, toujours dans la boîte à lettres, le bulletin N°1 de Heimbach 2012, l’association qui s’est constituée contre le projet d’installation d’hôtel de luxe à Petit-Wingen. On y reprend, en les complétant, les informations disponibles sur le site.
Le mot du président est intéressant : 226 adhérents à l’association qui a demandé à être reçue par les élus. Réponse de la mairie par lettre avec AR : vous aurez ¼ d’heure pour vous exprimer, et il n’y aura aucune discussion, aucun débat. Ça, c’est d’la démocratie !
Autrement dit, le maire de Wingen, au lieu de se rendre compte qu’il devrait convaincre en argumentant, s’entête dans une démarche autocratique qui ne peut être que source de discorde, comme le mentionne un panneau reproduit en photo. On dirait celui qui a été battu à Wissembourg… !
Toujours dans ce bulletin, un retour sur les approximations municipales quant au chiffrage du coût de l’eau qui coule : là, la mairie est franchement ridicule, et c’est bien dommage, surtout pour tous les habitants de Wingen.
Page 3, quelques mots sur le non-sens de ce projet d’hôtel, et le compte à rebours des emplois créés, qui ne seraient plus que 33, alors que l’on annonçait fièrement que pas moins de 100 emplois étaient susceptibles de voir le jour. Transmis bien entendu à l’ancien maire de Wissembourg qui se croit bien inspiré en la ramenant sur le sujet, reprochant à la municipalité locale de ne pas avoir donné aux promoteurs de cette entreprise les espaces naturels réservés dont nous avons tant besoin.
Pumpernickel vous invite à vous procurer ce bulletin d’informations et à soutenir l’association créée afin de faire triompher la raison face à l’obstination d’un homme seul.

Les amis du Steinbaechel ne sont pas en reste.
Ils se mobilisent, et c’est très bien comme ça. Qu’ils trouvent ici le témoignage d’une sympathie qui n’a pas lieu de se démentir. Ils font circuler en ville un tract dans lequel ils disent

non à l’urbanisation excessive de 25 hectares pour la construction de 450 maisons ou logements
non à la destruction des espaces naturels [ vergers, bosquets, champs cultivés et prairies ]
non au gaspillage des terres agricoles les plus fertiles du ban
non aux expropriations injustifiées pour la construction d’un hôtel de luxe [ décidément, on n’en sort pas ! ndlr ].

Ils constatent
le départ du tribunal [ merci les amis politiques de Monsieur P. Bertrand ],
le départ de l’ONF [ merci les amis politiques de Monsieur P. Bertrand ]
et s’attendent  [ à juste titre ] à la fermeture de la Sous-préfecture [ merci les amis politiques de Monsieur P. Bertrand ],
que la population diminuant, de nombreux logements inoccupés sont à vendre
,
que le chômage a beaucoup augmenté et que les emplois restant sont menacés [ merci la politique des amis politiques de Monsieur P. Bertrand ].
Ils s’interrogent sur les moyens de payer loyers et mensualités qu’aura une population affluant dans une sous-région délaissée par de nombreuses entreprises.
Ils réaffirment leur volonté de garder à Wissembourg son cachet, son authenticité, sa ceinture verte [ ou du moins ce qu’il en reste, merci la politique de Monsieur P. Bertrand ] et sa quiétude.
Enfin, ils ne veulent pas d’une ville de 10 000 habitants, quand les 8 000 qui y sont n’ont pas tous, loin s'en faut, les moyens d’y survivre.

Ce sont exactement les mêmes choses qui ont été dites lors d’une conversation avec les infortunés habitants du Roesselmühle qui, après qu’on leur a imposé une construction de tennis couverts qui se révèle une vraie catastrophe écologique [ merci la politique de Monsieur P. Bertrand ] voient avec effroi se profiler une rue d’accès au lycée qui anéantira définitivement toute possibilité de conserver à cet ensemble déjà morcelé et mité la diversité florale et faunistique qui f(ais)ait sa richesse.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article