Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Demain, le président des rats des champs !

Eh oui, c'est demain que le représentant des rats des champs va être élu président de la région bleue, l'exception orientale, la particularité singulière, l’étrange bizarrerie.
Est-ce une surprise ? Assurément non !
Est-ce une bonne nouvelle ? Assurément non !
L’Alsace ira-t-elle mieux ? Assurément non !

On va retrouver tous ces anciens jeunes, tous ces faire-valoir, toutes ces cautions plus ou moins incroyables, en quête de crédibilité, dans un assemblage hétéroclite de tendances plus ou moins droitières, plus ou moins dures, plus ou moins extrêmes, tous ces cumulards de sièges et de strapontins, ça promet. Et le président, Pumpernickel l’aime particulièrement. C’est un homme présenté par l’un de ses hagiographes, Monsieur C. Kleiflin, dit le talentueux, comme un bosseur ambitieux. Certes plus l’article est dépourvu d’intérêt plus il est nécessaire de lui trouver un titre qui claque, mais il aurait été plus exact de dire de l’ancien président du conseil général du Bas-Rhin qu’il s’agissait d’un roué besogneux. C’est un qualificatif qui lui va comme un gant. Durant toutes les années qu’il a passées à la tête de cet échelon administratif, il aura tout de même eu la bonne idée d’avoir, parmi sa garde rapprochée, Monsieur le président territorial de Wissembourg [ oui, à partir de maintenant, on ne l’appellera plus que comme ça, puis que ce sont ces amis de la P2R local qui l'ont affublé de ce titre de pacotille ] au titre de 1er-vice-président de l’assemblée départementale. Et cela ne s’oublie pas, jamais !
Il n’est pas besoin de revenir sur le dithyrambe du lundi 22 mars des dernières nouvelles d'Alsace quand notre homme est présenté par le “ journaliste ” comme un spécialiste de l’environnement [ si on se demande encore ce qui porte effectivement sa marque dans les initiatives du conseil général du Bas-Rhin, on sait déjà que le grand hamster a intérêt à s’adapter au grand contournement ouest de Strasbourg, pa’ce que, comme dirait l’impopulaire, le minoritaire et par conséquent l’autoritaire président de la République, l’écologie, ça commence à bien faire ! ] ou d’en remettre encore sur sa carrière au sénat où il a occupé le poste envié, très envié pour tous les avantages qu’il procure, à la questure [ on fera aussi observer que cet ambitieux bosseur n’a pas levé le petit doigt lors de la discussion sur la future mise en place des conseillers territoriaux, élus à un tour, à la majorité même très relative, système qui aurait permis à la droite impopulaire, minoritaire et par conséquent autoritaire d’emporter une dizaine de régions si on s’était contenté du vote du 14 mars 2010 ]. Emporté par son élan, le “ journaliste ” n’omet pas de rappeler que le futur président des rats des champs a publié un impérissable recueil de lieux communs et de stéréotypes aux éditions de la Nuée-Bleue, “ Passion d’Alsace, pour une région audacieuse et unie ” [ mais où va-t-il chercher tout ça ? ] qu’il n’hésite pas à qualifier de manifeste de futur président. Vous avez dit “ manifeste ” ? Voilà qui va en intimider plus d’un !

Inaugurant une forme particulière d’opposition, ceux qui se partageaient déjà les vice-présidences ont annoncé qu’ils ne présenteraient pas de candidat. En voilà une qu’elle est bonne et qui augure bien d’un avenir consensuel, lisse, et de bon aloi. Entre nous, il aurait été sans doute plus expédient d’activer tous les réseaux locaux et de demander que celles et ceux que la présence d’une droite sclérosée, usée jusqu’à la corde et engoncée dans ses certitudes indispose prennent une demi-journée de leur temps pour aller sonner aux portes et manifester la vitalité de l’autre Alsace, celle qui ne se satisfait pas de l’immobilisme, du conservatisme et du conformisme dominants. En allant chercher ici et là les voix qui manquent, en étant présent, en occupant le terrain, sans doute y aurait-il eu quelques dizaines de milliers d’abstentionnistes du premier tour à se déranger qui auraient alors fait la différence. Encore faut-il solliciter les bonnes volontés ! Les rats des villes auraient alors tenu leur chance de transformer l’essai et de concrétiser le vœu que nous sommes si nombreux à former de renvoyer ces caciques, représentants de groupes de pression financiers, agro-industriels ou corporatistes dans une minorité qui leur ferait le plus grand bien.

En lieu et place, on observera côté majorité un raidissement des postures parce que, au-delà de la mythologie complaisamment relayée par Monsieur le “ journaliste ” de la P2R, c’est la marque de fabrique du futur président du conseil régional.

Comme il n’est pas question de charger la mule, contentons-nous de rigoler à la lecture de l’interview le lendemain de celui qui déclare sans rire qu’il s’occupera en priorité des enjeux stratégiques. En fait, pour lui, l’important, c’est l’essentiel. C’est sûr qu’avec des gars de cette trempe la barre de l’Alsace est bien tenue. Bien entendu, personne n’a pu lire que l’encore président, natif de Wissembourg, celui qui ne craignait de déclarer à la radio qu’il fallait savoir qu’est-ce qu’on voulait (sic) va bénéficier de la démission du sénat du futur président pour intégrer le palais du Luxembourg. Encore toutes nos félicitations.
Et tous nos regrets aux lycéens qui continueront à payer leurs livres de classe, aux usagers des transports publics qui ne verront pas les tarifs baisser, aux acteurs de la culture qui devront batailler ferme pour obtienir des financements, aux victimes de la politique économique qui seront laissées pour compte par les idéologues libéralistes dogmatiques, à notre environnement qui fera les frais de l'aveuglement des “ hommes de dialogue ” comme ils s'autoproclament, et malheureusement, etc.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article