Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

dernier mercredi du mois : dîner du siècle (des riches)

Mercredi 24 novembre 2010, les membres de l'AMAP de la ferme d'Hélène, rue des Prés à Hatten, iront chercher eux-mêmes ou feront rapporter par leurs amis le panier mensuel de 4kg de viande de porc qu'ils achètent par abonnement. On ne présente plus le système des AMAP qui consiste en un contrat bilatéral entre l'acheteur, qui avance le paiement des produits sur une période de 6 mois à 1 an, et le producteur, qui s'engage à respecter un cahier des charges rigoureux [ en l'occurrence, il s'agit d'animaux élevés de façon respectueuse et nourris avec des aliments bios produits autour de l'élevage, histoire de ramener au minimum l'empreinte carbone de la production ]. Tout l'après-midi, ce sera l'occasion d'échanger avec les uns et les autres, et de constater que nous sommes nombreux à ne plus en pouvoir du modèle économique de consommation qui nous est imposé.

Mercredi 24 novembre 2010, les membres de l'amicale des petits frères et des petites sœurs des riches se réuniront, comme à l'accoutumée au restaurant “ Le Crillon ” à Paris, capitale de la Snobinardie, pour leur “ dîner du siècle ” mensuel. Outre qu'il est d'un ridicule consommé de vouloir tous les mois poser un acte séculaire, cette franc-maçonnerie de la prétention va deviser gravement sur les gands problèmes de l'heure en feignant de s'y intéresser. Cela ressemble comme deux gouttes d'eau à ces “ m'as-tu-vu ” du groupe des Bilderberg au sujet desquels vous avez pu lire quelques lignes au mois d'août dernier et que vous pouvez retrouver d'un clic. Pour en savoir un peu plus sur ce regroupement d'intérêts croisés, de féodalités discrètes et d'ambitions (de) médiocres, rien de tel qu'un clic sur ce lien. Là non plus, vous n'en reviendrez pas. Vous retrouverez tout ce que comptent les petit et grand écran de larbines, cireurs de pompes, lèche-bottes et autres flagorneurs. Comme cela ne suffit pas, on y ajoute une grosse pincée de presse écrite, une louche d'administration centrale et on ajoute la touche finale avec quelques éminences du bestiaire politique.

Laissons au grand Monthéus le soin de conclure en mettant sa chanson, évocation des retraites ouvrières dont les premières furent votées … en 1910 [ il n'aura pas fallu plus d'un siècle aux “ sabre-peuple ” pour leur faire un sort, le plus funeste bien entendu ! ] à l'honneur :

Enfin, ça y est ! On est en République !
Tout marche bien, tout le monde est content !
Le président, ça c'est symbolique !
Ne gagne plus qu'douze cent mille franc par an.
Aussi on a les retraites ouvrières
Dix sous par jour, ça c'est le vrai bonheur !
La nation française peut être fière
Vive les trois couleurs !

Enfin, ça y est ! On est en République !
Tout marche bien, tout le monde est content !
Le directeur de l'Assistance Publique
Ne touche plus que quarante-cinq mille francs.
Aussi l'on donne maintenant aux filles mères
Afin qu'elles soient à l'abri du malheur
Trois francs par mois: c'est humanitaire !
Vive les trois couleurs !

Enfin, ça y est ! On est en République !
Tout marche bien, tout le monde est content !
Les députés, ça c'est magnifique !
Ne gagnent plus que quinze mille francs par an
Aussi on peut augmenter les salaires
Des cantonniers et des pauvres facteurs:
Cinquante sous par jour, j'crois qu'ça peut leur plaire;
Vive les trois couleurs !

Enfin, ça y est ! On est en République !
Tout marche bien, tout le monde est content !
Monsieur Deibler, avec sa mécanique
Nous coûte à peine soixante mille francs par an.
Ah  s'il fallait qu'il coupe toutes les têtes
De tous les gens qui furent amant d'coeur
De Madame Steinheil, faudrait vingt lunettes
De toutes les couleurs !

Enfin, ça y est ! On est en République !
Tout marche bien, tout le monde est content !
Nos cuirassés, ça c'est magnifique !
Ne coûtent plus que trente millions par an.
Ils sont d'une force extraordinaire
Même en temps d'paix, ils sèment la terreur,
Les canons éclatent ainsi qu'les chaudières !
Vive les trois couleurs !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article