Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

distributeurs d'énergie : méfiance ! – 2

"Antoine M., qui désire garder l’anonymat, n’a pas de chance avec son fournisseur d’énergie gazière." C'était la première phrase de cet  article du 28 août dernier dans lequel vous étiez mis en garde face aux agissements du fermier général à qui un ancien président de la République a confié le soin de se faire le maximum d’argent sur le dos de ses infortunés ci-devant usagers [ on parle maintenant de clients ]. Arriverait-on au dénouement de cette lamentable histoire de laquelle ces prestigieux personnages ne sortent pas particulièrement grandis ?
Au passage, on n’oubliera pas ce qu’ils font pour obtenir, quasiment de vive-force, ces augmentations de tarifs largement surestimées qu’ils ne manquent de répercuter, avec effet rétroactif, sur leurs infortunés ci-devant usagers [ on parle maintenant de clients ].
Depuis ce dernier article, pas mal d’eau a coulé dans le Schlupf wissembourgeois, et, comme il fallait s’y attendre, cela n’a pas vraiment tourné à l’avantage de ces gens qui n’ont que mépris et indifférence à l’encontre de celles et ceux dont ils n’ont de cesse de vider le portemonnaie.
Début août, il y aurait eu la visite, inopinée, d’un agent venu relever le compteur au domicile d’Antoine M.. Malheureusement, aucune trace de ce passage n’a pu être produite par qui que ce soit, y compris par celles et ceux qui se trouvaient au domicile d’Antoine M. lors de cette hypothétique visite.
Il en est découlé une "facture" "estimée" selon les bonnes habitudes de la maison, c'est-à-dire 37% de plus que la réalité. Si, si, c’est absolument vrai, et notre fermier général a dû envoyer un correctif un peu précipité pour tenter de rattraper le coup. Autant dire que son capital de sérieux et de professionnalisme déjà bien entamé a été un peu plus écorné par ce qui n’est plus une maladresse puisque c’est une habitude.
Avec tout ça, toujours pas de lettre d’excuses… !
Puis est venue une autre facture, à nouveau estimée, probablement à la louche, qui faisait apparaître cette fois une surestimation de … 38% ! Quand on vous dit que l’on n’arrête pas le progrès, et que plus c’est gros, plus ça marche !
Là, ça n’allait plus du tout, et il aura fallu l’hypothèse d’un dépôt de plainte pour harcèlement pour que le prestigieux médiateur de cette entreprise se rappelle enfin qu’il était peut-être temps d’en finir avec ce dossier sensible comme il a été qualifié par le fermier général lui-même. Antoine M. peut enfin produire cette lettre qui les écorchait tant parce qu’ils doivent y écrire qu’ils se sont trompés, qu’ils ont eu recours à des expédients, qu’ils ont voulu jouer le pourrissement au nom de cet orgueil qui les étreint jusqu’à les étouffer.
Ce n’est pas joli-joli tout ça, et surtout, que se passe-t-il lorsqu’un infortuné client se trouve confronté à des problèmes financiers ? Que se passe-t-il lorsque les agissements du fermier général entraîne des désordres sur le compte bancaire ? Que se passe-t-il lorsqu’il n’est pas facile de trouver les mots pour signifier à ces gens qu’ils ont le devoir, on n’ose pas l’adjectif "moral" tant il leur semble étranger, du respect des autres, de la réponse polie, de l’attention à la remarque. Rien de tout cela ne semble les habiter, occupés qu’ils sont à faire de l’argent avec ce qu’ils vendent au prix fort ce qu’ils achètent si bon marché pour en reverser tant et plus à ceux qui leur ressemblent, le 1%, et qui ne savent rien de la vie des 99% qu’ils pressurent.

Pour information, voici la lettre envoyée le 8 octobre dernier à l’un des membres de l’armée mexicaine du fermier général :
A l’attention de Monsieur É. Lestanguet, directeur clients
aux bons soins de Monsieur B. Dumez, service consommateurs
102 avenue Aristide-Briand, 92220 Bagneux
Monsieur,
Je n’ai toujours pas reçu la lettre dans laquelle vous devez me prier de bien vouloir accepter les excuses que vous me présentez quant aux contrariétés que vous m’infligez depuis maintenant des mois et des années ; cela fait maintenant plusieurs mois que cette affaire est pendante, et je vous rappelle que la falsification de chèques est passible d’une forte amende assortie d’une consistante peine de privation de liberté. Je ne comprends toujours pas votre entêtement d’enfant capricieux qui sait très bien qu’il a tort, mais qui pense qu’en niant les évidences il finira par l’emporter. Malheureusement pour vous, et tant que l’on prête vie, force et courage, je n’ai pas l’intention de me laisser faire. À moins que l’un de vos collaborateurs vous ait rapporté, comme je le lui ai dit, qu’il vous suffise d’être patient, pariant peut-être sur l’extinction du plaideur pour éteindre la plainte. Ce serait assez cohérent compte tenu de tout ce que vous m’avez infligé ces derniers mois et années.
Comme si cela ne suffisait, et que la presse ne cesse de complaisamment relayer les exigences d’augmentation de tarifs émanant de l’entreprise que vous servez, ce qui contribue à ma mauvaise humeur, je ne cesse d’être harcelé par les services de l’entreprise que vous servez avec l’envoi de factures toutes plus grotesques les unes que les autres. Ce qui m’amène, paraphrasant cet aphorisme selon lequel la guerre est chose trop sérieuse pour être confiée aux militaires, à devoir constater que la fourniture de gaz est choses trop sérieuse pour être confiée à des professionnels de votre acabit.
Une fois on affirme qu’un agent serait passé chez moi pour relever la consommation de gaz et que rien n’atteste de son passage, une autre fois, on m’envoie une facture estimée dont le montant est, comme la fois précédente, largement à l’avantage de ceux qui déterminent les prix d’une denrée qu’ils vendent sans l’avoir achetée et encore moins acheminée. Je vous laisse le soin de qualifier cette pratique.
Si j’ai fini par obtenir que l’on revienne à des proportions sensées pour l’avant-dernière facture surestimée de 37%, excusez du peu, voilà que l’on m’envoie une facture fantaisiste reposant sur les index estimés par le distributeur, comme je peux le lire sur le document qui m’a été envoyé. Mauvaise pioche, un coup d’œil à mon compteur fait apparaître une surestimation de … 38% cette fois. Enfin quelque chose qui augmente !
Vous vous exposez à une plainte pour harcèlement, et compte tenu de l’ancienneté dans le comportement, vous n'êtes pas en position tout à fait favorable.
Vous aurez sans doute compris que ma patience est à bout, ce dont d’ailleurs les lecteurs de mon blog, visité quotidiennement par une bonne centaine de personnes, seront informés.
Antoine M.

 

gaz gEt voici maintenant cette lettre tant attendue qui devrait arriver au plus tôt par la poste :

Clic sur l'image pour l'agrandir.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article