Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

économies d'énergie_rallye_maires_prr

Rien de tel que d’ouvrir les locales du premier quotidien d’information d’Alsace pour trouver ici et là quelques sources d’inspiration propre à alimenter un blog en quasi-déserrance.

Un point particulier sur cette dernière page consacrée aux jardins familiaux que les lecteurs de Pumpernickel connaissent bien puisqu’ils ont été présentés dans le numéro 61 de septembre 2010. La tonalité enthousiaste est tout à fait appropriée, la réalisation étant largement à la hauteur des espérances des utilisateurs et habitants d’un quartier en pleine requalification. On retrouvera donc ce qui pouvait être écrit à l’époque : “ Toute la partie nord-est de la commune est en cours de réhabilitation, il était temps après ces années durant lesquelles l'énergie municipale a été concentrée sur des projets d'autant plus vides de sens qu'ils étaient pharaoniques ou improvisés. Passons. Et là aussi, ne boudons pas notre plaisir en mettant à l'honneur celles et ceux qui joignent l'utile à l'agréable et donnent d'eux-mêmes et de leur quartier une image positive, joyeuse et constructive ! ”

Une autre page, intérieure, du cahier local, a retenu l’attention, quand on rend compte de la réunion, à Mattstall, des maires et adjoints des cantons de Wissembourg et Lauterbourg. Passons sur l’inévitable couplet sur la mutualisation des moyens qui doit permettre de faire les non moins incontournables économies d’échelle, et écoutons-les, ces braves gens.
D’abord, ils découvrent le diagnostic énergétique qui fait l’objet d’une consistante prise en charge par l’agence pour les économies d’énergie. S’agissant de gens qui sont pour la plupart au pouvoir depuis trois ou quatre lustres, ce type d’intervention a quelque chose d’irréel.

S’agit-il bien des mêmes que ceux qui ricanaient, il n’y a pas si longtemps, de ces échevelés irresponsables qui les adjuraient de mettre un terme à leur comportement ?
Sont-ce ceux-là mêmes qui n’avaient pas assez de mépris à exprimer pour vilipender ceux qui remettent en cause un système de production et d’échange sans avenir ?
Est-ce ceux qui ne manquaient jamais de déclarer doctement, comme s’il s’agissait de masquer leur propre incurie, qu’il ne fallait pas oublier de parler de l’économie si on parlait d’écologie, manière de remettre aux calendes toute décision propre à mécontenter les lobbies au service desquels ils se sont mis ?

Bref, cet aréopage [ aéropage, aurait écrit sans ciller celui que la plupart de ceux qui figurent sur la photo n’appellent que par son prénom ] se met au vert, et, sorte d’hommage du vice à la vertu, va s’engager dans un grand plan de mise à niveau “ basse consommation ” des installations communales. Attendons pour voir, puisque c’est leur manière de faire.
On peut d’ailleurs mesurer le niveau de leur engagement à celui des arguments qu’ils font mettre en avant par leur porte-plume : ça va nous coûter moins cher ! Voilà des gens qui ont de réelles convictions et qui sont prêts à mettre le prix [ à condition que ce soit l'argent des autres ] pour se mettre en accord avec leurs idées.

Ce doit être la raison pour laquelle la communauté de communes, décidément inconfortablement installée dans une ancienne école [ aménagée pour 600 000 euros, pas moins, du temps de Prince Joseph ] dont on s’attache à effacer toute trace d’existence, a décidé de faire installer … des climatiseurs ! Non, ou plutôt, oui, la voie de l’éternité leur est largement dégagée puisque chacun sait qu’il y a bien longtemps que le ridicule ne tue plus !

Une fois l’intermède “ nous sommes de vrais écologistes ” passé, qui résonne avec autant de sincérité que lorsque les mêmes ou leurs clones ânonnaient qu’ils étaient de vrais démocrates, nos compères sont passés aux choses sérieuses et intéressantes. Toujours à la pointe de l’actualité, le conseiller général, et futur président territorial de Wissembourg comme a aimé l’appeler celui que la plupart de ceux qui figurent sur la photo n’appellent que par son prénom, s’est fendu de l’une de ces annonces qui en disent long sur sa capacité réelle à anticiper les événements.

À ce titre, on n’oubliera pas que lors du débat précédant les élections cantonales, il a annoncé qu’un repreneur s’apprêtait à réoccuper les locaux de Wimétal. Et c’en est où ?

Notre homme, le préféré de Pumpernickel, aurait donc annoncé deux choses à l’assemblée d’élus : d’une part que Bitche se rapprocherait de l’espace Pamina, ce qui est en soi une nouvelle d’importance universelle [ au moment où la même Bitche est écartée de ce qui va suivre ] et d'autre part, et c’était là le clou de son intervention, ce que tout le monde savait déjà, qu'une épreuve du championnat du monde de rallye allait être organisée à quelques encablures de la cave de Cléebourg. Ça le rajeunira un peu, lui qui, quelques semaines seulement après sa première élection au conseil général [ qu’il doit essentiellement au fait d’avoir reçu l’onction de Saint François Grussemeyer ], a donné le départ de la dernière course de côte de Wissembourg, lui qui s’honorait d’être un fan de “ sport automobile ”, lui qui aime manifestement bien les pétarades dérisoires du plus alsacien des exilés fiscaux helvétiques. Bref, mais y est-il pour quelque chose, nous aurons, nous aussi, notre lot de personnages déguisés en panneaux publicitaires, gratifiés de cachets financiers extravagants, roulant à tombeau ouvert sur des routes dangereuses où la vitesse est strictement limitée ou consommant des quantités invraisemblables de carburant [ que des hypocrites veulent “ compenser ” plantant des arbres et en équipant des maisons de capteurs solaires, alors que le plus simple et le plus intelligent, c’est de ne pas attendre le gaspillage pour organiser la sobriété ].
Et comme il faut être cruel, y compris avec ceux qui ne comprennent rien à rien, on rappellera que cette dernière course de côte de Wissembourg, en 1985, a été endeuillée, comme le sont la plupart des courses automobiles, et qu’à chaque occasion on accuse la fatalité ou l’imprudence des spectateurs, quand c’est l’irresponsabilité la plus souvent cupide des organisateurs qu’il faut incriminer.
Mais monsieur le 6ème vice-président du conseil général est content, il pourra agiter le drapeau de l’envolée de la course, il sera là à humer les vapeurs d’essence et il fera semblant de croire [à moins qu'il n'y croie vraiment, et c'est encore pire !] au régionalisme d’un champion qui repartira retrouver les habitants de Gstaad en se gaussant de la crédulité de tous ceux qui l’auront applaudi et qui croient aux “ retombées économiques ” de ses tours de piste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article