Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

en prévision de demain soir, au conseil municipal

Cette fois, je renonce !
Pour une fois, vous n’aurez pas le compte rendu préalable du conseil municipal. Est-ce d’ailleurs bien grave ? Assurément non, compte tenu du caractère de la séance qui va tourner pratiquement exclusivement autour de ces affaires financières qui relèvent de l’administration ordinaire. Enfin, plus ou moins, puisque si des décisions budgétaires modificatives sont prises à cette échelle, avec pas moins de six pages de document quasiment illisibles pour le commun des mortels, c’est bien que des grosses approximations ont été faites quant à la destination de l’argent public, fruit de la collecte de l’impôt. Retrancher € 618 000,00 ou ajouter € 175 000,00 n’est pas tout-à-fait innocent et tend à montrer que le dos de la cuiller était plutôt concave ici quand il était convexe là … ! Mais, soyons rassurés par avance, les “ explications ” ne manqueront, assénées avec d’autant plus d’aplomb que personne n’aura pris la peine de faire la somme du négatif pour vérifier qu’elle est égale à celle du positif. Cet exercice formel n’a à peu près aucun intérêt, sauf celui, essentiel, d’éreinter l’auditoire et de lui ôter toute envie de porter quelque contradiction que ce soit.

On commencera pourtant très fort avec ce marché de dupes qui nous ramène, volens nolens, aux début du millénaire nouveau quand l’ancien équipage “ vendait ” les bâtiments de l’ancien lycée pour … € 275 000,00, une somme qu’il convient maintenant de comparer à cette estimation de l’ancienne commanderie, plus de deux millions d’euros pour 14 ares [ € 14 000,00 l’are, à comparer avec ce que l’on veut pour un bâtiment classé, rénové, entretenu, chauffé, ravalé, etc. ], ou encore aux € 800 000,00 que “ vaudrait ” le bâtiment de l’unité territoriale d’actions médico-sociales place des Carmes. Décidément, tout se vaut, tout est équivalent, et la commune de Wissembourg sait faire des affaires, dans une absolue continuité. On se rappelle cet échange improbable [clic sur le lien ] entre un rossignol architectural, dit DDE route des 4-Vents, et le palais Stanislas [ clic sur le lien ] pour lequel l’ancien équipage [clic sur le lien ] avait des ambitions qui ne cadraient pas vraiment avec les moyens dont il disposait. À tel point que lors du dernier conseil municipal, on a cru bon faire ce que l’on prend pour de l’esprit sur le compte d’un ensemble architectural enviable et envié, qui ne doit l’état que nous lui connaissons qu’à l’incurie dont ont fait preuve ceux qui ont occupé les commandes de l’exécutif municipal ces vingt dernières années ou plus. Par souci de précision, et parce que les informations sont recoupées, on trouvera ci-dessous quelques éléments complémentaires :

25 mai 2008, l’édition locale de la P2R ne craint pas de titrer sur l’avenir du palais Stanislas dont la cession au département a été confirmée par le conseil municipal de Wissembourg, après qu’un premier feu vert eut été donné le 30 janvier 2008 par la précédente majorité. Ce projet, très discuté [ … ] avait aussi alimenté la campagne électorale. [ … ] Le conseil général veut y installer une maison du département, opération qui doit être réalisée dans le cadre d’un échange : le conseil général cèdera à la ville les locaux du service de l’Équipement (rue des Quatre-Vents).
28 mai 2006, l’édition locale de la P2R ne craint pas de titrer sur la rénovation du palais Stanislas, qui accueillera la Maison du conseil général. Le directeur s’y installera dès septembre 2006 et les locaux seront rénovés l’année prochaine. Une réunion d’information et de concertation sur la politique territoriale du conseil général s’est tenue à la mairie mercredi 24 mai 2006. Présidée par Monsieur P. Richert, elle s’adressait aux conseillers généraux et aux présidents des communautés de communes de l’arrondissement de Wissembourg. Il faut voir “ comment on peut gérer les nouvelles responsabilités qui accompagnent le transfert de compétences nouvelles dans le cadre de la décentralisation ”, souligna le président du conseil général.

On prend évidemment pour argent comptant les promesses parues dans la presse locale de ce mercredi 24 octobre 2012 sur la mise en service d’un nouveau centre technique pour l’entretien des routes départementales, déjà annoncé comme pratiquement imminent … en 2007, panneau de propagande faisant foi ! Cela fait irrépressiblement penser à ce dessin paru dans le Canard enchaîné du temps des démêlés judiciaires de Monsieur B. Tapie où on le voit à la barre, levant la main droite qui déclare que “ ce serment annule les précédents ! ”

Une fois la comédie terminée, on passera donc aux choses d’autant plus sérieuses qu’on les rend ou bien ennuyeuses ou bien incompréhensibles, celles de ces affaires financières qui nous occupent beaucoup. On attend avec curiosité et perplexité les explications sur les changements d’affectation de crédits, “ ajustées en fonction des réalisations 2012 ” quand il ne s’agit pas de “ dépenses à réaliser ultérieurement ”. on est maintenant dans l’ordre du pathétique.

La société Topaze Promotion semble peiner à régler ses ardoises. Il n’est pas utile de recommander à tous les conseillers municipaux la (re)lecture de “ Topaze ”, ce petit chef-d’œuvre de Marcel Pagnol, qui décrit la métamorphose d’un maître d’école consciencieux et honnête en un homme d’affaire véreux qui vend des balayeuses municipales !

Passons sur le point 8, et ce relais culturel rénové auquel le nom proposé par une boîte de com’ renvoie à une partie du bâtiment qui n’est absolument pas mise en valeur ! Inculture, quand tu nous tiens !

Les onze demandes de subvention sont intéressantes en ce qu’elles sont destinées à des groupes locaux, et chiffrées pour neuf d’entre elles. Pour simplifier l’affaire, l’association “ ex nihilo ” demande bien 1 000,00 de subvention comme les fois précédentes. Il n’est pas inutile de rappeler que si le premier spectacle déambulatoire organisé en décembre 2011 a rassemblé autour de 500 personnes, celui de l’été 2012 a été suivi et applaudi par près du double. À bon entendeur, … !

Pour le reste, on en est à une sorte d’expédition des affaires courantes comme c’est le cas des cabinets démissionnaires ou minoritaires, ainsi de cette mission, revue à la baisse, portant sur les études préalables et le dossier de création d’une ZAC qui semble se dégonfler, comme s'il s'agissait d'un enterrement de première classe.

Détail amusant : les amis de feu le musée Westercamp veulent avoir accès aux collections et au fonds des archives historiques, probablement dans le but d’organiser une cérémonie de commémoration de ses dix années de fermeture. Qu'en pensent celles et ceux qui en ont pris l’initiative de cette fermeture ?

Pour résumer, on va s’ennuyer ferme, mais comme le chantaient les pontonniers du Général Éblé en construisant les ponts sur la Bérézina, “ courage, courage, camarades ! ”

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article