Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

fête du 8 septembre 2013

Comme tout le monde a pu le lire dans les dernières nouvelles de la semaine dernière ou l'entendre des nombreux participants, au nombre de 107 au dernier pointage, la fête de l'anniversaire de Pumpernickel a été un succès qui sera commenté dans la prochaine édition de l'irrégulomadaire, à paraître, si tout va bien, le 13 octobre prochain. Car cette date, vous le lirez, est très importante dans l'histoire contemporaine de notre village. Vous y trouverez des photos qui ne donneront que partiellement une idée de ce que les participants ont vécu autour d'une merveilleuse Catherine-Aziza Le Forestier qui est parvenue, sans trop forcer son talent, à enchanter un auditoire et à le mettre sous le charme. Le grand Aimé Césaire était avec nous, mis en valeur, plus qu'en scène, mis en relation avec notre monde, en rapport avec nos engagements et en perspective avec nos projets. J'exagère à peine.
Les rencontres ont été surprenantes pour les uns, intéressantes pour les autres, chaleureuses pour tous, dans une atmosphère détendue, où la conversation avec autrui n'est jamais du temps perdu.
Comme l'a dit il y a quelques années l'une des premières plumes de Pumpernickel [ c'était Tata Tartine dans le numéro 1 ! ] "à voir la tête de ceux qui étaient là, on voyait tout de suite qu'on était à la bonne adresse !". On ne peut pas faire de plus beau compliment !
Autre sujet de satisfaction, les enfants ont trouvé une place dans ce groupe protéiforme, où personne n'est de trop. Ainsi est-il possible d'en faire tant avec si peu, pour peu que l'on se mobilise autour d'un beau projet. Mais tout cela est en train de s'écrire.

Une semaine plus tard, c'était hier, changement de décor avec les portes ouvertes des installations municipales qui coïncidaient avec les journées nationales et européennes du patrimoine. À Wissembourg, on avait décidé de montrer sa maison que les Wissembourgeois, tous les Wissembourgeois, ont rénovée à grands frais. On pouvait s'y promener partout, de la terre [ le rez-de-chaussée ] jusqu'au ciel [ le troisième étage ]. Enfin partout, à peu près puisqu'un bureau était fermé, c'était le "cabinet". Sur la porte, ni nom ni photo ni signe distinctif. Mais il suffisait d'en pousser la porte, et l'on pouvait apercevoir, malgré l'obscurité, la fameuse télévision dont le transport a mobilisé deux hommes forts, c’était le 17 juin dernier. D'ailleurs, à quoi peut-elle bien servir ?
Et puis basta, qu'est-ce que ça peut bien faire, "passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps". 

Mais on attend les communiqués de victoire, avec des milliers de personnes qui sont allées visiter la station d'épuration en construction [ patrimoine revu et corrigé par celles et ceux qui, ignorant tout, pense que le savoir se limite à leurs petites connaissances ] pendant que le palais Stanislas attend d'être vendu à l'encan, comme l'a été l'ancienne inspection primaire. Probablement au nom de la protection du patrimoine. Mais personne n'a oublié, on espère, que l'un des bâtiments des casernes Abel-Douay a été détruit au lendemain des fêtes de Pentecôte 1992, n'est-ce Monsieur l'ex-adjoint aux permis de construire, et que lorsque l'on est allé demander des comptes aux démolisseurs, ils ont répondu que cela ne faisait pas partie du patrimoine. Alors, "tout est possible, tout est permis".
Et puis basta, qu'est-ce que ça peut bien faire, "passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps".

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article