Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Fin 2016, par Régis Hulot

Je crois avoir bien entendu. Le président de la République a dit l’autre jour qu'il renonçait, et nous avec, à toute initiative exploratoire ou industrielle dans le domaine des "gaz de schiste". C'en est donc fini de la fracturation hydraulique dont on sait les dégâts – même si certains prétendent qu'il n'en est rien. Ce sont les électeurs d'EELV (Europe écologie-Les Verts) qui vont être contents.

Dans le même temps, le même président a annoncé la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, la plus ancienne centrale nucléaire en fonctionnement en France, qui déplait tant aux écologistes français, allemands et suisses (En RFA comme dans la Confédération, on a renoncé au nucléaire). Cette centrale qu'on dit vieillie, usée et fatiguée, voire dangereuse, sera donc fermée, fin 2016, soit quelques mois avant la prochaine élection présidentielle d'une part, et après qu'EDF aura réalisé, sur injonction des autorités compétentes, d'importants et coûteux travaux de "remise à niveau" dont cette entreprise ne manquera pas de demander une légitime indemnisation.

Ce sont les mauvaises langues qui diront que le président de la République se prépare ainsi un vert étendard du plus bel effet, fort utile quand il faudra rassembler les voix des écologistes, alors même qu'on aura sinon inauguré, du moins posé l'une des premières pierres de l'indispensable aéroport Notre-Dame-des-Landes si cher à son actuel premier ministre.

Et cette fermeture (d'une vieille petite centrale) – car il faut bien faire un minimum de crédit à un homme à la popularité déjà passablement amoindrie – ne sera pas de trop pour faire oublier la probable ouverture, si jamais elle a lieu, de cet EPR de Flamanville qui aura coûté deux ou trois fois son prix annoncé, et pris quatre ou cinq ou six ans de retard. On peut rappeler qu'à ce jour quatre seulement de ces réacteurs sont en construction  : celui de Flamanville, celui de Olkiluoto en Finlande (célèbre pour ses retards, ses dérives de coûts, et ses multiples malfaçons), et deux autres en Chine (RPC) dont on ne peut rien dire, ce pays n'étant pas connu pour sa pratique de l'information libre et honnête.

Après la mésaventure d'une éphémère ministre de l'environnement qui sait mieux que quiconque ce qu'il en coûte de déplaire aux intérêts "hydrocarburiques", et le retour à une saine gestion de l'écologie politique et de la politique écologique, on comprend mieux ce que signifie l'alliance du faible avec le fort, du grand parti riche et bien implanté avec le petit parti mal organisé et impécunieux, et on se félicite de constater qu'il suffit d'avoir pu placer deux ou trois ministres pour être heureux quand on est aussi pauvre qu'on est ambitieux.

Nous savons maintenant ce qu'il en sera de l’écologie, du développement durable, de la transition énergétique et autres fadaises, et on se félicite de se compter au nombre de ceux qui n'ont pas à se reprocher d'être, pour si peu mais incontestablement, pour quelque chose dans la présence de M. Hollande à l’Élysée.

On en recause dans cinq ans  ?

Régis Hulot

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Guy-Antoine 22/06/2013 19:34


Pour savoir tout ce qui reste encore à fermer, un petit tour par ici


http://energeia.voila.net/nucle/france_58_reacteurs.htm


Rien ne vous empêche de lire le reste.