Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

hier soir, 1er étage du relais culturel, … précisions

Vous avez pu lire ceci dans l'article d'hier :
"Petite digression assez indigne quant à l’avenir du Palais Stanislas, que l’ancien adjoint à la prospective a proposé d’acheter € 1,00 au conseiller général [ ? ] : cet immeuble historique mérite mieux, et depuis longtemps, qu’un soi-disant bon mot de l’un ou de l’autre, chacun ayant sa part de responsabilité dans la ruine probable de ce joyau qui devrait être une grande cause mobilisant élus et citoyens dans une fondation qui collecterait fonds privés et publics pour lui redonner son lustre. N’oublions pas les générations de Wissembourgeois nés dans cette bâtisse quand c’était un hôpital, n’oublions pas non plus ceux qui y ont terminé leur vie, dans un cadre prestigieux et rassurant. Nous leur devons à tous de ne pas laisser s’en aller ce témoignage d’un pan prestigieux du patrimoine collectif local."
Cette idée de fondation a été soufflée par un ami de Pumpernickel qui se désole de voir dans quel état erre ce bâtiment prestigieux qu'une dizaine de millions d'euros suffirait à réhabiliter. Il fait d'ailleurs le lien avec les sommes du même ordre de grandeur qui ont été engagées pour refaire un relais culturel qui avait tout juste 30 ans.

[ Pumpernickel se permet d'ajouter que c'est une somme équivalente, à raison de 3 millions d'euros par an, que les collectivités territoriales régionales et d'autres institutions publiques ont déboursées pour dérouler le tapis rouge à un "enfant du pays" qui, à l'instar des émigrés qui fuyaient la Révolution, emportant leur patrie à la semelle de leurs souliers, s'est courageusement domicilié en Suisse, contrée d’accueil des exilés fiscaux, et viendra en Alsace en hélicoptère pour faire son "kéké vroum-vroum" à 150km/h sur des chemins où la prudence élémentaire commande de rouler au pas. ]

Le "travail" d'une mairie, à l'heure où l'argent est moins facile que naguère, c'est bien de mobiliser les bonnes volontés pour trouver les ressources humaines et financières qui redonneraient un peu d'allure à l'une des constituantes majeures du patrimoine local. Puisse les presqu'innombrables prétendants à la succession d'une municipalité finissante s'emparer de cette idée et en faire l'un des axes de leur prochaine mandature.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article