Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

"je suis un beignet !", dit le pot de fleurs.

Visiblement très inspirée, la talentueuse Anne-Camille Beckelynck, journaliste au prestigieux premier quotidien d’Alsace a pensé bien faire en reproduisant les propos du président du conseil européen à l’occasion du dernier acte du trait d’humour norvégien, donc incompréhensible a confirmé un ami danois de Pumpernickel, la remise du prix Nobel de la paix à l’union européenne. On se rappelle que le Canard enchaîné avait titré, en 1973, “ Kissinger, prix Nobel … de la dynamite ! ” [ À l’époque, celui qui venait de fomenter le coup d’état au Chili contre le président S. Allende, venait d’être honoré, conjointement avec Lê Đức Thọ, négociateur pour la partie vietnamienne des accords de paris mettant fin à la guerre ; Lê Đức Thọ refusa le prix car pour lui, la paix n’avait pas été réellement établie ]. Cette fois, c’est dans un autre registre avec une institution européenne démonétisée, aux dirigeants carbonisés qui assomment des peuples décontenancés qui est honorée par un comité Nobel complètement décalé. On a l’impression d’une sauterie conjointement organisée par l’amicale des copains de Bilderberg au profit des coquins de Davos, le staff du FMI assurant l’intendance. On sait que la présence de Monsieur T. Jagland, actuel secrétaire général du conseil de l’Europe à la présidence du comité n’est évidemment pour rien dans le geste qui est fait en direction d’une union européenne qui peut s’honorer d’avoir mis à la misère, dans la pauvreté et l’exclusion sociale près de 120 millions de personnes en 2011 ! C’est l'agence de statistiques Eurostat qui est obligée de le reconnaître.
Pour mémoire, on rappellera cette caricature de Fokke en Sukke, un canard et un canari mis à contribution quotidiennement par RGvT [ John Reid, Bastiaan Geleijnse, en Jean-Marc van Tol (dessinateur) ] dans le NRC-Handelsblad, parue au lendemain de la nomination de ce conservateur néerlandophone [ dont la femme menait une liste aux dernières municipales dans la banlieue de Bruxelles, avec comme second un ancien du Vlaams Belang, voir ci-dessous ] mis là pour ne faire d’ombre à personne, promenant son ennui dans un trio formé avec Madame C. Ashton complètement oubliée et Monsieur P. de Boissieu que personne n’est capable de situer.
f&s[ sur le dessin que l'on peut agrandir d'un clic, Fokke et Sukke prolongent la soirée bien arrosée du dîner de l'union européenne, le 19 novembre 2009 ; bien éméchés, ils décident de nommer ce pot de fleurs comme président ! ]
Tout cet assemblage
a un dénominateur commun, celui de la défense des intérêts des financiers en pressurant les peuples. On y retrouve systématiquement les mêmes théories fumeuses comme celles défendues l’autre matin à la radio de service public par Monsieur J. Attali qui n’avait pas de mots trop méprisants pour brocarder les sidérurgistes de Florange et pas de brosse trop douce pour cirer les pompes de ces moteurs de la croissance personnifiés, selon lui, par les représentants du grand patronat. On voit des gens qui fonctionnent en circuit fermé, qui éjectent systématiquement tous ceux qui n’adoptent ni leur vocabulaire snobinard ni leur soi-disant méthodes de soi-disant pensée. Au bout du compte, par l’exaspération qu’ils engendrent, ils font le lit des totalitarismes et nous amènent les dictatures. Et si nous les critiquons, ils nous traitent de populistes, nous enfermant dans leur néant idéologique. C’est tout ça qui a obtenu le prix Nobel de la paix hier à Oslo.
Et la cerise, c’est quand Meneer de Bloempot s’est lancé dans un “ ich bin ein Europäer ” en référence à Kennedy, qui s’est comparé à un beignet, ein Berliner ! Ça ne pouvait pas mieux tomber.
––––––––––
Geertrui Windels-Van Rompuy, membre du parti démocrate-chrétien CD&V comme son mari, figure en première position d'une liste baptisée “Respect” qui se présente à Rhode-Saint-Genèse, une commune proche de Bruxelles située en Flandre mais où vivent de nombreux francophones. Comme numéro 2, elle a choisi Ludo De Becker, un ancien membre du Vlaams Belang (l'Intérêt flamand, ex-vlaams blok) qui a récemment rejoint les rangs du parti indépendantiste flamand N-VA (Nouvelle alliance flamande). Ludo De Becker s'était distingué en 2008 en reprenant sur son blog le slogan "franse ratten, roll uw matten" [ "Rats français, roulez vos paillasses", avec comme variante "waalse ratten, roll uw matten !","Rats wallons, pliez bagages" ], typique des groupuscules extrémistes qui luttent contre la présence francophone en périphérie de Bruxelles, notamment à Rhode-Saint-Genèse. L'actuelle maire de Rhode-Saint-Genèse, la francophone Myriam Delacroix-Rolin, s'est émue du recyclage de cet ancien du Belang sur la principale liste néerlandophone de la commune. Dans un communiqué, Mme Van Rompuy a indiqué mardi que les autres membres de sa liste avaient condamné les anciens propos de M. De Becker, qui lui-même les juge à présent inacceptables. Son blog n'était d'ailleurs plus en ligne mardi.
Prompt à défendre les valeurs de l'Union européenne sur la scène mondiale, Herman Van Rompuy est perçu comme proche des milieux flamands par un certain nombre de francophones. Il a ravivé cette image en participant début septembre au “Gordel” [ “ceinture” en néerlandais ], une randonnée politico-sportive annuelle autour de la capitale par laquelle les Flamands entendent réaffirmer le caractère néerlandophone de la périphérie bruxelloise.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article