Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

jean gabin_l'europe_et toutes ces sortes de choses…

Écoutez le discours de Jean Gabin en président du Conseil, c'est drôlement lucide ! (La dernière métaphore sur les "patrons de gauche" est délicieuse)

Stéphane

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Regis Hulot 29/11/2009 16:36


Il est vrai que, comme d'habitude, Michel Audiard (dialoguiste du film d'Henri Verneuil) s'est offert, dans un genre qui ne lui est pas si familier, quelques bonnes saillies de derrière les fagots.
La remarque sur les "patrons de gauche" aussi représentatifs du patronat que les poissons volants du reste des habitants des mers ne manque pas de charme. A noter qu'il manque, dans cet extrait,
une partie de la tirade où le futur ex-président du conseil fait la liste des activités privées des députés qui l'entourent (on en a un seul exemple avec ce conseil juridique d'une grande
entreprise), et cette litanie n'a pas pris une ride, même si les noms sont de fantaisie.

Comme le dit Wikipédia, il y a du Clémenceau dans cet Emile Beaufort, et de l'homme de gauche dans ce conservateur tout vibrant de le grandeur française. Mais ce film, tiré d'un ouvrage de Georges
Siménon, est avant tout le boulevard offert à un Gabin déjà âgé mais en pleine forme qui trouve là l'occasion de montrer qu'il peut absolument tout jouer, ce rôle-là comme celui du vieil escroc qui
s'offre un dernier "coup" dans "Le cave se rebiffe" la même année.

Sans oublier le contexte politique de l'époque. Depuis la fin 1958, De Gaulle est revenu au pouvoir, "dans les fourgons de l'Algérie française" peut-on affirmer sans risque d'erreur, en profitant
des erreurs et des errements de la IVème république, de ce qu'il a appelé le régime des partis. Or, c'est bien ce que semble ici dénoncer ce "président", ce régime des partis, partis qui ne sont
eux-mêmes que des syndicats d'intérêts. Hymne au gaullisme ou à De Gaulle, alors? Certainement, mais pas tout à fait. Gabin ne passait pas pour un homme de gauche, mais il évoluait dans un milieu
qui se voulait progressiste, et qui comptait dans ses rangs un grand nombre de "compagnons de route" qui avaient également leur carte syndicale en poche. L'occasion était trop belle d'utiliser le
portrait retouché de Clémenceau pour stigmatiser une droite qui commençait une reconquête pas encore achevée de nos jours, et toujours en cours.

RH