Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

conseil d'alsace, ou le désordre maximal – § 8

Il aura suffi de quelques heures pour que le bestiaire politique régional donne une image plus conforme à la réalité des sentiments qui animent ses membres. Rappelons-nous ce samedi historique avec la victoire, que dis-je le triomphe du boulangisme alsacien avec ce vote à plus de 85% en faveur de la réunion des trois collectivités territoriales régionales. Et voilà que lundi soir, une unanimité se forme autour d’un texte de Monsieur R. Grossmann, l’homme qui commet ce genre de commentaire : "Christian Bach, défendre Strasbourg capitale de l'Alsace n'est pas un luxe. Notre ville menacée en permanence dans son statut de siège du Parlement Européen donnerait un magnifique argument à ses détracteurs si ceux ci pouvaient arguer du fait qu'on ne la veux même pas comme siège de l'éxécutif régional. Logique et bon sens, pas luxe… J'ajoute que cela n'est d'aucune manière une mise en cause de Colmar qui doit en effet s'y retrouver dans le futur Conseil Unique seulement après ce vote que l’on a qualifié d’historique", fautes d’orthographe et d’accord comprises, sûrement dans le feu de l’action d’écriture… !
Que dit cette motion, adoptée rappelons-le à l’unanimité, c’est-à-dire que parmi ceux qui ont voté comme ci avant-hier sont ceux qui ont voté comme ça samedi, ça fait bougrement sérieux, et en dit long sur les convictions qui les animent. Attendons-nous à un vote en conseil de C.U.S. bientôt qui confirmera ceci parce qu’il infirmera cela ? Que le siège du nouveau C.U.A. [ conseil unique d’Alsace ] doit de trouver à Strasbourg si l’on veux [ pour écrire comme Monsieur R. Grossmann, l’homme qui a massacré la façade de la gare de Strasbourg ] donner à la "capitale de l’Europe" [ mais l’Europe le sait-elle ? ] une place et un rang indiscutables. Mouais, pourquoi pas ? Mais alors, pourquoi ne pas être sorti du bois lorsqu’il en était encore temps à l’occasion de la seconde session de ce qui a été appelé "congrès d’Alsace" l’autre jour ? Manque de temps, défaut de réactivité, insuffisance de préparation ou simplement absence de courage, quand il faut affronter le Boulanger, les yeux dans les yeux ? L’avenir nous le dira probablement, mais pour l’instant, la belle aventure qui consiste à faire élire, enfin, un ministre-président dans ce qui serait une sorte de dix-septième Land allemand a manifestement du plomb dans l’aile. Sans oublier que si le Boulanger veut vraiment imiter les Allemands qu’il semble révérer, ou les Suisses dont il paraît vouloir s’inspirer, il va falloir qu’il s’accommode de la proportionnelle, des électeurs à deux voix et des contrats de mandatures négociés après les élections sur la base des résultats électoraux. Autant de procédures trop démocratiques pour complaire à ceux qui n’acceptent de l’expression démocratique que lorsqu’elle leur est favorable.
Ne doit-on pas avoir aussi à l’esprit le désordre né d’une élection que l’on peut qualifier de truquée d’un président de parti de droite dont on ne sait plus s’il est forte, dure, sociale, inflexible ou décomplexée pour expliquer les atermoiements d’élus qui ne savent à quelle mamelle s’abreuver ? Lire que sept d’entre eux rejoignent les sécessionnistes au nom de la fidélité à un homme sans que les conditions de l’expression démocratique des militants de leur parti paraissent au centre de leurs préoccupations. Merci pour les militants.

Pendant ce temps, l’occupation se poursuit à Notre-Dame des Landes où le pouvoir, empêtré dans ses contradictions, son orgueil et sa psychorigidité affecte dimanche de vouloir discuter pour montrer lundi qu’il continue à bastonner. Il ne redoute pas d’utiliser les bonnes vieilles méthodes d’infiltration en déguisant des fonctionnaires de police en agents provocateurs, histoire de réaliser quelques flagrants délits pour justifier la présence d’une force vécue comme une armée d’occuaption. N’hésitez pas à consulter le site ouèbe de la ZÀD  et de manifester votre soutien à ceux qui vont faire dégager Vinci et toute sa clique.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article