Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Magda Goebbels

Comment évoquer en quelques lignes la vie d'une femme dont, il y a encore peu, on ne savait rien de ce côté-ci du Rhin, mais qui, ayant épousé le sinistre Joseph Goebbels, représenta, pendant la dizaine d'années d'existence du Troisième Reich, le "femme allemande" dans la mythologie hitlérienne. Comment évoquer, au fond, une femme qui partagea, au sein du cercle très fermé des hauts dignitaires nazis, la vie luxueuse des dirigeants, mais ne semble avoir en rien, ou presque, influencé même son mari.

Comment parler d'une ambitieuse qui semble avoir été le jouet du destin, abandonnée par son père, élevée par son beau-père, familière à travers lui du judaïsme puis du sionisme quand elle tombe amoureuse, épouse d'un riche industriel dont elle divorcera, puis subjuguée tant par un Joseph Goebbels au charisme dévastateur (c'est un coureur de jupons infatigable) que par Adolf Hitler qui incarne une idéologie qui lui offre la voie vers une réussite sociale inespérée.

 

Anja Klabunde est avant tout réalisatrice de documentaires, et son écriture s'en ressent. On est loin de la biographie classique, qui n'aurait certainement pas convenu à un tel personnage. En effet, ce qui frappe, c'est de constater à quel point Magda Goebbels est peu actrice de sa propre histoire, mais semble mue par des forces qui la dépassent, tout en adhérant passionnément au national-socialisme. On est donc emmené de scène en scène, de paysage en événements, de personnages en évocations – car il faut avouer que les sources fiables sur la vie quotidienne de cette femme sont rares.

Qu'importe, très vite les lumières s'allument, la vie s'empare de ces personnages et de cette histoire dont nous connaissons surtout la grande Histoire.

 

Reste la question centrale, celle qui restera sans doute sans réponse. Les dirigeants nazis avaient décidé de la guerre et de l'élimination totale et définitive de leurs ennemis, mais que savaient vraiment, ou que ne voulaient pas savoir, ceux qui les côtoyaient ? En ce qui concerne Magda Goebbels, il est à peu près certains qu'elle n'a jamais voulu rien savoir ni des méthodes, ni de l'ampleur de l'extermination, et que cela assurait sa tranquillité.

 

Magda Goebbels, Anja Klabunde, Tallandier éditeur, juillet 2006, traduction de l'allemand de Suzanne Bénistan.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article