Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

monsieur le président, les amis de pumpernickel vous font une lettre…

… que vous lirez peut-être, si vous en avez le temps. Non, il ne s'agit pas d'un appel à la désertion, bien au contraire. C'est de justice fiscale, donc sociale que l'ami de Pumpernickel veut parler à Monsieur le président de la République en attirant son attention sur les sollicitations dont nous sommes l'objet à l'approche de la fin d'année. Pumpernickel se joint évidemment à cette initiative qui a la vertu de nous remettre en plein dans cette vie des 99%, loin des ors et des palais, loin des intrigants et des ambitieux, loin de la médiocrité et des prébendes. Vous pouvez bien sûr relayer cette lettre qui a l'avantage de pouvoir être envoyée en franchise postale, profitons-en !

Monsieur le président de la République,
Comme chaque fin année, nos boites à lettres sont plus que jamais encombrées d'appels divers et variés pour soulager autant que faire se peut la "misère du monde", pour reprendre le titre d'un bel ouvrage paru jadis sous la direction de Pierre Bourdieu – cette misère du monde dont un ancien premier ministre socialiste avait dit que la France ne pouvait toute l'accueillir, mais qu'elle devait en prendre toute sa part. Nul doute que vous gardez à l'esprit, dans un monde impitoyable avec les pauvres mais si complaisant avec les riches, cette belle obligation morale dont la gauche demeure plus que d'autres l'héritière.
Comme chaque année, je vais répondre à ces sollicitations, et bénéficier, selon la nature des dons et dans les limites légales, de réductions d'impôts de 66 ou 75% ; ce qui n'est pas étranger à l'importance de ce geste.
Cependant, vous savez que la moitié environ (moins cette année que l'an dernier) des foyers fiscaux n’est pas imposable. Ce qui fait que ces foyers fiscaux, qui ne sont pas les moins généreux ou les moins solidaires, ne sont ni incités à donner aux œuvres qu'ils souhaitent soutenir, ni récompensés quand ils le font. Et pourtant, ils sont sollicités comme les autres. On a le sentiment de "deux poids, deux mesures", d'un traitement différent que rien ne justifie.
C'est pourquoi je me tourne vers vous pour vous demander de donner instruction à votre gouvernement, et plus particulièrement à votre ministre des finances, pour que soient modifiées les dispositions légales actuelles. Il serait ainsi permis à ceux qui, du fait de la faiblesse de leurs revenus, ne sont pas imposables sur leurs revenus de bénéficier d'un "crédit d'impôt" rétablissant l'égalité fiscale dans ce domaine.
On doute que l’État y perde beaucoup, lui qui se décharge sur l'initiative privée de tâches qui lui incombent, sauf à prendre le risque de graves troubles dans une société plus fragile et plus incertaine que jamais.
Vous remerciant par avance des dispositions qui seront prises sous votre autorité, je vous prie des croire, Monsieur le président de la République, à ma plus haute considération.

Monsieur François Hollande,
Président de la République,
Palais de l’Élysée
55, rue du Faubourg-Saint-Honoré
75008 Paris

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article