Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Monsieur M. Draghi, plus qu’un nom d’emprunt !

C’est en écoutant Monsieur N. Dupont-Aignan interrogé par BFM-TV aborder le cas du nouveau président de la BCE que l’idée est venue d’aller consulter ce que dit Monsieur Internet de ce personnage. En fait, c’est plutôt chez nos amis d’Attac qu’il faut aller chercher de l’information, et c’est ce qu’il vous possible de faire, d’un   clic sur le lien .

Si l’on comprend bien, Monsieur M. Draghi remplace Monsieur J.C. Trichet, un autre homme qui gagne à être connu. C’est lui dont Madame É. Cresson, une femme qui a été une sorte de précurseur puisqu’elle a été aussi nulle comme premier ministre que Madame R. Dati l’a été comme garde des sceaux, disait, en parlant incidemment du scandale du Crédit Lyonnais, dont le renflouement n’en finit pas de plomber les comptes de l’État puisque nous continuons à payer les 170 milliards de francs que ça a coûté : “ … Monsieur Trichet, Trichet, ça ne s’invente pas ! … ”. Vous pouvez aussi aller consulter le blog de Francis Wurtz s’il faut encore vous pincer pour y croire.

Bref, tout cela se passe comme si, après avoir trouvé quelque sinécure à celle qui a été aussi nulle à l’économie que l’autre l’a été comme garde des sceaux en la faisant nommer à la direction de fonds monétaire international, on continuait cette espèce de ronde infernale qui consiste à trouver une porte de sortie à tous ceux qui ont échoué pour qu’ils continuent à nous pourrir la vie en nous abreuvant de leurs sottises, de leurs lieux communs et de leur normativité.

Tous ces “ messieurs qu’on nomme grands ” se rendent-ils compte de l’absurde de la situation ? À l’évidence, non, sinon s’échineraient-ils à donner presque au quotidien des preuves de la pertinence, pour parler comme eux, du principe de Peter, qu’il est bon et salutaire de rappeler : dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence. Ainsi que son corollaire : avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité.

Nul doute que dénicher une occupation à la hauteur de l’incapacité du futur ex-président de la BCE ne va pas être chose facile. À moins qu’à l’instar du fossoyeur du socialisme britannique [ actuellement à la tête d’une fortune d’une cinquantaine de millions d’euros, qui s’est fendu en juin 2008 et avril 2009 d’une visite à … Mouammar Kadhafi et qui est le parrain … de la dernière fille de Rupert Murdoch ( ces informations sont disponibles de radio-France International ! ) ], il ne se trouve une fonction de conseil dans un pays proche du Kazakhstan que l’on définit comme autoritaire et où, selon Amnesty International, les brutalités policières seraient monnaie courante au Kazakhstan et la torture généralisée au sein du système judiciaire, et ce dans la plus grande impunité.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Régis Hulot 01/11/2011 23:52



Bien difficile d'écrire quelque chose d'intelligent au sujet de cette initiative de M. Papandréou (qui appartient, il faut tout de même le dire, à une lignée, à un clan de politicien grecs qui ne
valent pas beaucoup plus cher que leurs adversaires) qui remet entre les mains des Grecs une décision que les dirigeants européens ont bien du mal à assumer. Encore plus étrange, cette décision de faire le ménage dans l'armée, de renouveler une bonne partie, voire la plus grande partie de l'état major de l'armée. Crainte d'un coup d'état? Ou préparation
d'autres décisions encore plus surprenantes?


 


Quoi qu'il en soit, ce sera encore une fois au peuple d'être plus intelligent que ses dirigeants, plus avisé, plus généreux. Après le refus (réitéré) des Islandais de rembourser les épargnants
britanniques et néerlandais qui avaient cru qu'ils pourraient gagner 15% l'an quand la croissance globale est de 2%, après le vote des Français sur le fameux TCE (dont nous gouvernants ont oublié
ces principes fondamentaux qu'ils voulaient nous imposer à tout prix), les Grecs vont devoir dire s'ils considèrent comme normal que ce soit les peuples qui paient pour les malhonnêtetés des
puissants.


 


Espérons tout de même que, pour ramener à la raison ces quelques millions de spéculer en rond, on ne leur envoie pas notre porte-avion snucléaire pour les ramener à la raison...



pumpernickel 02/11/2011 00:02



on peut aussi penser que le geste de monsieur papandréou est celui qui sait qu'il n'a pas les moyens politiques de faire ce qu'il a + ou - promis aux autres. il peut donc aller jusqu'au bout de
la crise et, en démissionnant, remettre le pouvoir à la droite comme cela s'est passé au portugal à la faveur d'élections anticipées. celle-ci n'ayant aucune envie de recourir à un referendum
qu'elle sait perdu d'avance, elle peut qu'y renoncer prenant alors le risque d'apparaître aux côtés de ceux qui refusent de  donner la parole au peuple. papandréou pouraait alors faire
figure de héros national et redorer une image passabelemnt ternie. après tout, la grèce, c'est aussi la porte de l'orient qui a inventé le jeu d'échecs. et face à eux, nous ne pesons pas très
lourd.