Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Monsieur Richert_500 000 €_ARF_AERF

Pauvre Monsieur Richert ! Il est obligé de “ monter ” son association parallèle partisane pour contrer l’association des régions de France que la droite dominait quasiment sans partage jusqu’en 2004. et il s’en explique : il s’agirait d’une machine de guerre contre le gouvernement, dans laquelle aucune place ne serait faite à la majorité présidentielle. Lui, il aurait bien aimé une présidence de commission, eu égard à son rang d’ultra-minoritaire qui ne se remet pas de voir que 23 régions sur 26 sont dirigées par des gens qu’il n’aime pas. Alors, puisque c’est comme ça, il ira apprendre les bonnes manières démocratiques [ pour les gens de droite, réactionnaires et conservateurs, la démocratie n’est intéressante que lorsque le peuple sait leur réserver la première place, il n'y a qu’à les voir à l’œuvre ] avec des gens qui lui ressemblent. Citons-en quelques-uns : Benoist Apparu [ qui s’occupe de logement au sein du gouvernement, ou du moins de ce qu’il en reste ], Bruno Lemaire [ qui s’occupe d’agriculture au sein du gouvernement, ou du moins de ce qu’il en reste ], Nadine Morano [ qui s’occupe des bonnes manières au sein du gouvernement, ou du moins de ce qu’il en reste ]. Nora Berra [ qui s’occupe des personnes âgées au sein du gouvernement, ou du moins de ce qu’il en reste ], Valérie Pécresse [ qui s’occupe du démantèlement de l’enseignement supérieur au sein du gouvernement, ou du moins de ce qu’il en reste ] et Franck Louvrier [ qui s’occupe de la parole du président de la République, ou du moins de ce qu’il en reste ]. C’est avec des militants de cette envergure que Monsieur Richert va pouvoir préparer comme il sied la campagne des cantonales [ qui devraient être perdues si les pronostics se vérifient ], puis le renouvellement partiel du sénat [ qui devrait être perdu si les pronostics se vérifient ], assemblée que ce pauvre Monsieur Richert avait promis de quitter au cas où il serait élu à la présidence de la seule région métropolitaine conservée par la droite crispée, revancharde et rétrograde. Mais ce pauvre Monsieur Richert est bien obligé de reporter cet “ engagement ” puisqu’il avait pris la précaution de dire qu’il ne quitterait la maison de retraite du palais du Luxembourg qu’une fois la “ réforme ” des collectivités territoriales adoptée. En attendant, il deviendra “ président ” de cette association des rancœurs, des haines et de l’amertume, de celles et ceux qui passent leur temps à modifier les règles du jeu en cours de partie pour qu’elles ne cessent pas de leur être favorables. Et là, il ne s’agira certainement pas d’une “ machine de guerre ” au service du gouvernement ou de ce qu’il en reste. Diable, faut-il que la situation soit difficile pour qu’ils ne trouvent que ce type de général pour prendre la tête de leurs armées en déroute !

Ah oui, ce pauvre Monsieur Richert n’a vraiment pas de chance. Aujourd’hui, ce sont maintenant les fous du volant, ces mauvais exemples de l’inconduite routière, ces traîne-sabres de l’industrie automobile finissante, ces héros de pacotille déguisés en autocollants qui utilisent les routes régionales comme terrain de jeu pour assouvir des fantasmes pervers. Alors que l’on n’en finissait pas de nous ennuyer avec cette étape française et alsacienne du championnat du monde des rallyes, et que tout allait être encore plus beau que merveilleux, et qu’en plus ça allait être le sacre d’un Haguenovien, voilà que les organisateurs veulent une rallonge … de 500 000 €, mon cher. Nous qui croyions aux discours des amis de Monsieur Richert et de Monsieur Bigot et de Monsieur Ries et de Monsieur Kennel et de Monsieur Buttner et de Monsieur Bockel et de Monsieur Meyer [ on essaie de n’oublier personne ], etc ; qui nous disaient que tout était en autofinancement et que l’Alsace allait se payer sur les retombées économiques, que la notoriété de la région allait être décuplée, que ça venait en complément de cette merveilleuse réussite du pavillon à l’expo de Shanghai, patatras, tout se dégonfle ! On manque d’argent, et si vous voulez le rallye l’an prochain, Mesdames et Messieurs, il va falloir cacher au bassinet.

Qu’elle doit se sentir bien représentée la terre alsacienne avec des gars pareils !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Hulot 06/11/2010 18:25



La cas "rallye automobile" est un peu particulier.


On sait à quel point l'industrie française est "tirée vers l'avant" par l'activité "bagnole", et combien tout gouvernement est amené, sous la pression du discours "des subventions ou je
licencie", à financer, directement ou indirectement, les comptes de résultat des constructeurs (c'est l'affaire de la prime à la casse, système de fuite en avant d'une terrible efficacité en
bourse, et dans le budget de l'Etat).


 


Qu'un jeune alsacien se couvre de gloire (et peut-être d'argent) en allant tirer la mort par la barbichette, la sienne ou celle des insensés qui auront voulu admirer ses exploits, c'est une
chose, mais que des élus, qui savent la passion d'un certain premier ministre pour la compétition automobile, coutumier des pointes de vitesse sur le circuit de la Sarthe, voire d'ailleurs,
trouvent par là le moyen de se faire remarquer aux frais du contribuable, c'est tout à fait autre chose. Or, dans cette affaire, il semble bien que tout ce joli monde soit tombé d'accord:
assurons le succès d'un conducteur local, associé à une marque voisine (je ne compte pas les hectares du publicité qui recouvrent les voitures et les pilotes), et le grand distributeur
d'investitures (et des subventions qui vont avec) sera plus que compréhensif à notre égard.


 


Berlusconisation, ou ribérisation des moeurs ?


 


Si le pire n'est jamais sûr, il est souvent probable.