Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

notre-dame-des-landes : ayrault et valls s'énervent ! – 3/n

Mais il n'y a pas qu'eux. Les élus écologistes, canal EELV, se réveillent, et tentent de se rappeler au bon plaisir d'un parti socialiste, en plein congrès, qui a sans doute bien d'autres chats à fouetter. C'est ainsi que Pumpernickel a été destinataire de deux courriers de Jean-Louis Piquard, adjoint au maire sans étiquette de Wissembourg.
Premier courrier le dimanche 28 octobre 2012 à 09h37 :
"La proportionnelle n'existant pas en France pour les élections législatives (ce que les Verts regrettent), un accord électoral a eu lieu entre Europe Ecologie-les Verts : EELV) et le Parti Socialiste. A ce titre, EELV a mentionné son désaccord avec le PS sur le projet de construction de l'aéroport de Notre de Dame des Landes. Cependant, le PS a opté pour l'abandon du Grand Contournement Ouest de Strasbourg (en espérant que cette décision tienne). EELV fait ce qu'il peut avec le peu de poids électoral qu'il a, avec des plus et des moins.
Deuxième courrier le dimanche 28 octobre 2012 à 10h08 :
Aéroport Notre-Dame-Des-Landes, lettre ouverte aux députés et sénateur bas-rhinois de la Majorité présidentielle, Messieurs Armand Jung, député de la Première circonscription du Bas-Rhin, Philippe Bies, député de la Seconde circonscription du Bas-Rhin, et Roland Ries, Sénateur du Bas-Rhin.
Chers collègues,
Mardi 16 octobre les forces de l’ordre ont procédé à une évacuation par la force de la ZAD de Notre Dame des Landes. La violence de ces expulsions, l’importance des moyens utilisés (militaires, policiers, CRS et gardes mobiles), la précipitation dans laquelle l’opération s’est déroulée et les destructions d’habitations ont choqué bon nombre de nos concitoyens. À l’heure de restrictions budgétaires importantes et d’une crise sociale d’une extrême gravité, la tenue d’une telle intervention, dans le seul but de protéger les terres dévolues à un opérateur privé, l’entreprise VINCI, nous interroge en tant qu’élus écologistes et en tant que citoyens ayant placé de grandes espérances dans le changement opéré au printemps dernier. Écologistes et socialistes font partie de la même majorité de gouvernement au niveau national. En Alsace, nous travaillons de conserve à construire une alternative crédible au niveau régional et départemental, à Strasbourg et au sein de la Communauté urbaine, nous gouvernons ensemble en respectant nos différences. Cette communauté de destin se traduit d’ailleurs localement sur des dossiers difficiles comme l’abandon du GCO ou le démantèlement de Fessenheim. Pourquoi une telle violence, alors qu’écologistes et socialistes ont su faire la preuve qu’ils pouvaient travailler ensemble sans se renier pour autant ? Pourquoi ce qui serait possible en Alsace ne le serait-il pas en Pays-de-Loire ?
Pour mémoire, le projet de nouvel aéroport de Notre-Dame-Des-Landes est contesté localement depuis de nombreuses années parce qu’il est à la fois inutile, excessivement coûteux et écologiquement désastreux. Inutile, car l’aéroport Nantes Atlantique est aujourd’hui loin d’être saturé et que des aménagements sont possible pour éviter le survol de Nantes. Excessivement coûteux, puisqu’il nécessiterait des investissements à hauteur de 600 M€ pour le site et de 1 500 M€ pour les dessertes. Et enfin écologiquement désastreux car le site de Notre-Dame-des-Landes est une des dernières grandes zones humides bocagères du grand Ouest et que les promoteurs du projet n’ont rien prévu pour compenser sa destruction. À l’heure des arbitrages financiers, cet aéroport nous apparait plus que jamais comme un choix d’un autre temps. Un choix d'avenir serait d'investir dans les transports pour le plus grand nombre, comme le ferroviaire, les TER ou les transports urbains. Un choix d’avenir serait de penser des transports interconnectés pour tous les usagers, socialement abordables et non pas réservés à quelques privilégiés. Alors que plusieurs procédures sont actuellement en cours devant la justice administrative, Europe Écologie Les Verts demande donc l’arrêt des expulsions et réaffirme sont souhait devoir émerger une solution politique respectueuse des enjeux de notre siècle. Loin de pouvoir être réduit à sa dimension locale, le dossier de Notre-Dame-Des-Landes est en train de devenir bien malgré lui un symbole national, le symbole de l’urgence de cette transition écologique responsable que nous nous sommes engagés à réussir ensemble au cours de l’actuelle mandature. Notre-Dame-Des-Landes ne doit pas devenir le symbole du renoncement. Nous attendons donc de vous, Messieurs les Députés et Monsieur le Sénateur, en tant que parlementaires de la majorité présidentielle et soutiens du gouvernement, une prise de position aussi courageuse sur ce dossier d’ampleur nationale que celles que vous avez su prendre sur le GCO ou sur Fessenheim. Nous attendons aussi, que vous relayiez sans attendre, auprès du Premier Ministre et du Président de la République, notre demande et celle de la Coordination des associations s'opposant à la construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes de renoncer à l’usage de la force contre nos concitoyens et de stopper immédiatement les expulsions, et les destructions en cours…
En espérant vous voir à nos côtés pour manifester votre indignation, vendredi 26 octobre
On ne sait trop quoi penser de tout cela. Les socialistes, hégémoniques à tous les niveaux de décision, envisagent-ils une seconde de prêter l'oreille aux incantations environnementales de ceux qui sont eux-mêmes empêtrés dans leurs circonlocutions de langue de bois ? Il suffit de les écouter parler pour comprendre qu'il est bien loin le temps des cerises, et qu'il est important avant tout "d'en être", même si l'on se pique de garder des habitudes de quand on était militant.

Peut-on convoquer Jean Ferrat ?
"… Bien sûr on dira que c´est des sottises
Que mon utopie n´est plus de saison
Que d´autr´ ont chanté le temps des cerises
Mais qu´ils ont depuis changé d´opinion

Moi si j´ai connu des années funestes
Et mes cerisiers des printemps pourris
Je n´ai pas voulu retourner ma veste
Ni me résigner comme un homme aigri …" [ les cersiers ]

Ce n'est hélas pas du côté de celles et ceux qui se précipitent pour un
pathétique ruban rouge ou un dérisoire strapontin au sein d'un groupe de travail "conseil unique d'Alsace" que les opposants à l'ayraultport de Notre-Dame-des-Landes trouveront un éventuel secours. À force d'avaler les couleuvres, de voter pour alors qu'on claironne que l'on est contre, il n'est même pas besoin de l'absence de proportionnelle pour être relégué à la dernière place. "EELV" ferait bien de méditer ce qui est arrivé à leurs amis de Groen-Links lors des dernières élections générales néerlandaises : à force d'avoir ciré les pompes de la droite austéritaire en votant tous les programmes de ces fameuses économies [ il y a encore 15 milliards prévus dans le prochain accord de gouvernement, signé par la droite … et les socialistes, soit un équivalent d'au moins 60 milliards ramené à la France ], ils ont vu fondre leur représentation à la chambre, et ne jouent même plus un rôle de second plan ! À l'évidence, seule la construction du rapport de force, surtout avec les alliés, peut avoir une quelconque influence sur la suite des événements. Il serait plus hardi d'exiger la constitution d'une commission d'enquête parlementaire qui ferait la lumière sur les contreparties financières de la construction de ce hangar à avion. Tout comme il serait utile pour l'information des Alsaciens, électeurs ou non, qu'ils en sachent plus sur ce fameux GCO qui est loin d'être enterré, si l'on s'en tient au forcing conjoint de la droite et du patronat. Voilà malheureusement un discours absent des décalarations d'intention d'un courant "réaliste" d'une écologie politique qui a choisi de mettre ses pas dans ceux d'une classe politique qui tourne à vide. Dommage, ce n'est pas de cela dont nous avions rêvé !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article