Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

numéro 70 !

image 70Voilà une bonne nouvelle, une nouvelle qui va faire plaisir à tous ceux qui s'y rêvent déjà, ou qui s'y croient encore, sans oublier la revanche d'une déconvenue électorale qui a surpris tout le monde, sauf Pumpernickel qui ne se lasse pas de le répéter.
Cette fois, c'est un numéro pas tout-à-fait d'anthologie qui vous est proposé, puisqu'il n'aura que douze pages, comme les fois précédentes. Encore qu'il s'agisse plus de huit pages plus quatre pages que de douze pages. Et c'est là que cela devient intéressant, puisque, comme prévu, et parce que l'on est le 13 octobre, le supplément intérieur de ce numéro 70 de ce tract, torchon, pamphlet, follicule, canard, feuille de choux, revue, prospectus, libelle [ rayer la ou les mentions inutiles ] est intégralement consacré à la liste emmenée par Simone, ce groupe qui va bouleverser la donne politique locale, rien de moins. Elle était attendue, faisait l'objet de toutes les conjectures, inquiétait les uns [ à juste titre ], intéressait les autres [ à juste titre ] et a contraint ceux qui se prennent pour des notables indéboulonnables à sortir du bois et à occuper le terrain. Cela dit, on attend toujours d'en savoir plus sur leurs intentions réelles, eux qui sont si occupés à trouver les moyens d'interdire aux citoyens de contester les décisions prises, même et surtout quand elles n'ont fait l'objet d'aucun débat démocratique digne de ce nom [ on pense en particulier à cette coalition hétéroclite de l'intercommunalité qui vote un PLUI alors que deux PLU sont en instance de contestation, et que les décisions politiques prises au travers de ce PLUI n'ont fait l'objet d'aucun engagement lors des élections municipales de 2008 ].

Une fois n'est pas coutume, et qu'ils soient tous les deux remerciés, Pröz, que l'on connaît ici, et Alexis, dont le recueil, Plogoff, a été présenté dans le numéro 69, ont accepté d'offrir ces illustrations qui vous manquent tellement, chers lecteurs. Elles sont autant drôles que respectueuses vis-à-vis de ce qui nous entoure, savourons-les immodérément.

Celles et ceux d'entre vous, un tiers de nouveaux parmi les 107, qui assistaient à la journée du 8 septembre trouveront quelques photos de ce si bel après-midi ensoleillé et chaleureux, sans doute le plus beau depuis que toutes ces bonnes personnes se rassemblent le premier dimanche de septembre qui suit le 4 septembre.
On ne se lasse pas non plus de cette réflexion de Tata Tartine, qui a écrit dans le numéro 1, selon qui "à voir la tête de tous ceux qui sont là, on sent tout de suite qu'on est à la bonne adresse" ou encore d'une autre amie qui est toujours émerveillée de constater que malgré l'absence de tout contrôle, tout le monde verse son écôt, sans barguigner. Eh oui, le modèle qui nous est imposé par ailleurs est largement perfectible.
Comme cela fait aussi partie de la vie, un mot également sur la disparition d'un ami de Pumpernickel, qui nous manque, mais pourquoi le répéter à nouveau ?

Comme c'est la règle, Pumpernickel a essayé de n'épargner personne parmi tous ces porteurs de cocardes chamarées, jamais avares de leçons de morale, soucieux d'organiser la surveillance, quand ce n'est pas le flicage, de celles et ceux qui ont eu la maladresse de leur confier, pour un temps toujours interminable, les clefs d'un pouvoir qu'ils exercent sans partgage et qu'ils confondent avec l'autorité.

Bref, il y en aura pour tout le monde, selon ses mérites !

Ce journal est toujours un plaisir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article