Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

numéro 70 ! – il est là.

Poursuivant son petit bonhomme de chemin, Pumpernickel est maintenant dans les boîtes à lettres locales depuis quelques heures, et sera posté dans la foulée. Comme d'habitude, ces quatre heures dans les rues de Wissembourg sont l'occasion de rencontrer l'une, de parler avec l'autre, de prendre rendez-vous pour l'année prochaine, le 7 septembre 2014, ou encore de recueillir ces dons, € 5,00 par-ci ou € 10,00 par-là, autant d'encouragements à ne pas laisser tomber. Parce que, si on veut, on peut imaginer la ville sans Pumpernickel : qu'aurait-on à y gagner, qu'aurait-on perdu ? C'ets sans doute la seule question à se poser.
Grande chance que cette longue conversation avec un copain qui voulait en savoir plus sur l'état d'esprit, désillusion, découragement, d'un rédacteur qui plaçait beaucoup d'espoirs dans le changement – qui n'a pas eu lieu – et qui trouve d'autres sujets de statisfaction, innombrables, en dehors d'une politique municipale proprement désastreuse. Y a-t-il en effet une comparaison entre les diatribes pitoyables dont le conseil municipal est le théâtre et une fête réussie autour d'une artiste au magnétisme prodigieux ? De fait, on n'est pas du tout dans le même ordre d'idée, ni de réalisation, ni de projets, ni d'ambitions ou de motivation pour parler comme eux. Quoi de commun entre ces règlements de compte et un après-midi au cours duquel on parle simplement du plaisir d'être ensemble, de la découverte par les nouveaux venus de ce système sans contrainte où chacun donne ce qu'il peut comme il pense que c'est juste ? Manifestement, si les uns provoquent des aigreurs, les autres sont source de
bonheur, et c'est d'abord ça qui compte.
Bref, même s'il n'est pas toujours facile de commenter ce que l'on a déjà commenté, en répétant toujours la même chose parce que
les comportements n'ont pas évolué d'un pouce,
il paraît que le pouvoir donne le melon,
il faut soi-disant des majorités immuables, dociles et silencieuses pour prendre des décisions,
il faut empêcher par tous les moyens les citoyens de faire valoir leurs droits [ en leur imposant des obstacles infranchissables à tout recours, forcément abusif ],
lorsque l'on n'est pas d'accord avec le pouvoir, c'est que l'on est un intransigeant, un psychorigide, un malhonnête ou un ignorant,
il faut surtout se dire que parler est probablement le plus beau des cadeaux que l'on peut faire à celles et ceux qui n'ont parfois ni le temps, ni le moyen, ni l'idée de le faire, et qu'il est nécessaire, en démocratie civilisée, de soumettre le pouvoir à l'autorité du peuple devant lequel il est responsable.
C'est pour toutes bonnes raisons qu'il n'est pas question de baisser la garde, de se laisser acheter pour un plat de lentilles forcément empoisonnées, de changer quoi que ce soit à la ligne éditoriale. Et qu'importe tel rendez-vous dans un bureau avec on ne sait quel responsable de l'instant, quand l'essentiel reste à faire, changer de monture et de cavalier. Simone, sauve-nous !

Pour les afficionados, l'intégrale à télécharger : 

numéro 1, numéro 2, numéro 3, numéro 3_bis,  numéro 4 , numéro 5, numéro 6, numéro 7, numéro 7_bis, numéro 8, numéro 9, numéro 10, numéro 11, numéro 11_bis, numéro 12, numéro 13, numéro 14, numéro 15,numéro 15_bis, numéro 16, numéro 17, numéro 18, numéro 19, numéro 20, numéro 21, numéro 22, numéro 23, numéro 24, numéro 25, numéro 26, numéro 27, numéro 28, numéro 29, numéro 30, numéro 31, numéro 32, numéro 33, numéro 34, numéro 35, numéro 36 & 37, numéro 38, numéro 39, numéro 40, numéro 40_bis, numéro 41, numéro 42, numéro 43, numéro 44, numéro 45,numéro 45_jph, numéro 46, numéro 47, numéro 48, numéro 49, numéro 50, numéro 51, numéro 52, numéro 53, numéro 54, numéro 55, numéro 56, numéro 56_bis,numéro 57, numéro 58, numéro 59, numéro 60, numéro 61, numéro 62, numéro 63, numéro 64, numéro 65, numéro 66, numéro 67, numéro 68, numéro 69, numéro 70, numéro 71, numéro 72, numéro 73

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article