Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

pub dans le "journal" municipal,… – 3

actualitésOn en sait maintenant un peu plus sur les contours de la nouvelle mouture, "optimisée", des "nouvelles de Wissembourg, Altenstadt et Weiler". Sur les conseils d’amis, car il en a encore, Pumpernickel est allé "en mairie" comme ils disent [ alors qu’il faudrait simplement dire "à la mairie", mais ça le fait nettement moins ! ] chercher le dernier exemplaire d’un follicule intitulé "Notre Ville Durable Bas-Rhin", pour y trouver les dithyrambes consacrées à l’office de tourisme de Strasbourg [ ? ], à la ville de Wissembourg [ ?? ] et au canton de Rosheim [ ??? ]. Pour faire bonne mesure, Patrick Zana [ ???? ] rappelle, en deux pages et demie, au travers de trois mots qu’il prétend nous expliquer, ce qu’est le développement durable. Peut-on lui objecter que consacrer quinze pages à la réclame sur les quarante que compte cette "publication" est bien éloigné des économies de matière première que nous devons faire si nous voulons en laisser un peu à ceux qui nous suivent.
Au fait, qui a réalisé ce "travail" ? On s’y perd un peu, mais c’est sans doute involontaire !
Dans l’ours, "Département du Bas-Rhin" : ça doit être une publication officielle. Que nenni, car tout vient d’un groupe "Groupe Média Presse" établi à Paris. La consultation du site commence à éclairer d’une lumière particulière ce qui se cache derrière tout ça : "Collectivités locales, Actualités des Mairies valorise vos actions à travers nos supports ciblés réalisés par notre équipe de journalistes et de créatifs, sans impact sur votre budget grâce à notre régie publicitaire." On commence à mieux comprendre le point 17 de l’ordre du jour du dernier conseil municipal.
actualitésContinuons notre promenade découverte. Intéressante rubrique consacrée à "nos revues en ligne" que vous trouverez en lien [ il suffit d'un clic
], et dont ces couvertures ont été extraites : extraordinaire créativité, originalité débridée [ mais où vont-ils chercher des titres pareils, ce sont tous les mêmes ! ], où l’on constate que le durable est une valeur sûre !
Vous manquez d’imagination ? Pas de problème, "Groupe Média Presse" a réponse à tout et vous propose même un sommaire prévisionnel ! Là aussi, c’est comme à la Samaritaine, on y trouve tout et de tout, toutes options confondues, puisque chacun sait que le clivage gauche droite est complètement dépassé, d’ailleurs, ce sont toujours les gens de droite qui le disent, ce qui est bien une preuve.
Le sommaire maintenant : sécurité, environnement, tourisme, santé, logement social, formation, nouvelles technologies, développement durable, travaux publics, économie et culture. Si on osait, on parlerait d’inventaire à la Prévert, mais ce serait manquer de respect au grand Jacques !
Puisque l’on a maintenant bien compris, c’est la "culture PowerPoint" qui va nous être servie dans les prochaines éditions semestrielles des "nouvelles de…" qui ont toutes les chances de s’appeler … eh bien à vous de deviner, mais Pumpernickel a sa petite idée !
Alors maintenant, "Notre Ville Durable Bas-Rhin" :
Environ deux fautes plus ou moins graves par page, ce qui n’est pas si mal pour un truc payant réalisé par des gens payés, manifestement pas à se relire. Rappelons que Pumpernickel est réalisé uniquement sur la base du bénévolat.
On demandera au maire ce qu’il entend par "… développer le cadre de vie."
On demandera au rédacteur ce qu’il entend par "… une position géographique adéquate pour l’attractivité touristique." Même question concernant l’origine du nom de Wissembourg : Bourg Blanc ? Ah bon ! Doit-on y voir le signe d’une grande culture ?
Passons sur les fautes d’accord [ … nous sommes restés stable
 [ sic ! ] en terme de consommation, … des premières économies d’énergie ont déjà été réalisées détaille [ sic ! ] les services techniques… , page 13, au milieu d’une mer de coquilles, de faux sens, de tics de langage techno-branchouillard ], les redondances, les produits phytosanitaires qui n’ont plus la côte [ sic ! ] page 14 ou les explications emberlificotées d’évidence [ cf. brûleur à gaz qui "… provoque un choc thermique de manière à faire éclater les cellules végétales des plantes sans pour autant les brûler." ]. Doit-on pousser la cruauté plus loin ? Ce ne serait pas charitable.
Pages 16, 17, 18 & 21, interview d’Aurélie Picher [ est-ce la même que celle qui s’appelle Aurélie Fischer dans les déhaina du mardi 10 avril ? Voir plus bas ] qui nous parle de Natura 2000 : il va y avoir un grand truc en juin prochain pour sensibiliser les Wissembourgeois autour de cette grande idée, dont on dira tout de même que la directive qui la définit date de … 1992 [ ! ] et que la France est l’un des pays européens le plus en retard pour sa mise en application. Vingt ans plus tard, on en est encore à organiser des weekends de sensibilisation sur le sujet ! Tout commentaire est par conséquent superflu.
Voilà à quoi on dépense l’argent, qu’il soit public ou privé par le biais d’annonceurs, chaudement remerciés par les villes de Wissembourg et de Rosheim et le "Groupe Média Presse" qui tiennent à préciser qu’ils encouragent les lecteurs de ce follicule à leur faire confiance [ ? ] ! Tout cela est simplement désastreux, puisque nous voilà ramenés aux pires heures de l’ancien équipage quand Monsieur D. Alexandre [ non, il ne s’agit pas du beau Sacha ! ] tenait les rênes de l’irremplaçable gazette si souvent brocardée ici.

Mardi 10 avril, les déhaina rendent compte de la rencontre autour des lauréats du concours de fleurissement de l’an passé pour une réunion se sensibilisation à une gestion durable des espaces verts. On y apprendra que l’on ne dit plus "mauvaises herbes", ni "herbes accompagnantes" comme chez les biodynamiques, mais que l’on préférera "herbes spontanées". On n’imagine pas tout ce qui se cache derrière la posture du développement durable !
On nous annonce une mesure qui ne peut que réjouir tous ceux qui sont indisposés par l’usage intensif des tondeuses, débroussailleuses, souffleuses et autres aspirateurs forcément bruyants et dispendieux, c’est l’arrivée des moutons sur les remparts et aux abords de la Walck. C’est un moyen de bon sens, déjà abondamment développé et présenté ici, utilisé dans de nombreuses communes [ les contreforts de la citadelle de Bitche sont ainsi entretenus depuis de longues années par des moutons ] qui n’exige aucune expérimentation. À moins qu’il s’agisse d’inventer l’eau tiède, dans ce cas expérimentons, puis créons une commission d’experts qui évaluera si les objectifs sont atteints, puis qui publiera un pré-rapport d’étrape suivi d’un bilan au travers d’une remise de conclusions avant que ne statue le comité de personnalités issues de la société civile en vue de la mise en pratique de cette mesure.
Ceux qui n’auraient pas bien compris peuvent se référer à la chanson de Fréderik Mey, "le formulaire", qui date de …1979 :
"Jadis, l’administration me semblait sans enchantement,
Ce qui n’était dû qu’au fait que je manquais d’entraînement.
Aujourd’hui, je suis chez moi dans tous les services publics
Et je me balade, sûr de moi, sur la voie hiérarchique.
Et ceci depuis qu’un très officiel office exigeait
Par lettre recommandée: «Veuillez envoyer sans délai
Un formulaire demandant l’obtention du questionnaire
Sur la nécessité de la remise d’un formulaire
Dont copie conforme confirme que le destinataire
A rayé les mentions inutiles de la circulaire.» …"
À part ça la vie est belle, Aurélie Fischer-Picher est toujours aussi motivée que dans les colonnes du support à publi-reportage, et “nous allons nous battre pour les trois fleurs ! ” Ouf, on s'occupe enfin de l'essentiel.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article