Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

quel beau samedi pour la saison !

Aujourd'hui, jour faste ! Comme il pleuvait et que la distribution de tracts n'est plus possible, les "candidats" nous ont épargné cette présence à la limite de l'insupportable qu'il nous avait infligée ces dernières semaines. Nous n'avions plus besoin de slalomer entre les bonimenteurs qui voulaient à tout prix nous vendre le vent de leurs moulinets et les illusions de leurs fulgurances.
Tiens, il ne leur est même pas venu à l'idée qu'ils pouvaient tout simplement être là et faire leurs courses comme tout le monde, attendre leur tour pour être servis, et peut-être profiter d'une réflexion pour engager ce qui aurait pu être une conversation. C'est un peu comme s'ils se sentaient démunis sans leur paquet de papier sous le bras, cette espèce d'appendice qui leur donne une contenance, sans lequel il leur est impossible d'être tout simplement eux-mêmes.
Parce que c'est peut-être aujourd'hui qu'ils auraient été le plus intéressant, réduits à leur vraie personne, à leur réelle personnalité, sans s'abriter derrière des formules de préférence creuses mais, qui répétées à l'envi, finissent par leur donner un semblant de consistance et, pourquoi pas, un peu de sens.
Quoi qu'il en soit, en se refusant à une visite même de simple courtoisie sur un marché qu'ils ont occupé souvent comme des mal-appris, interpellant, accostant, bloquant le passage, ils ont donné une image qui n'est pas excessivement favorable de leur petite personne. Ah, on est loin des fanfaronnades et des effets de manche quand on est en représentation à vouloir en mettre plein la vue, à monopoliser la parole ou à rester affalé sur sa table tellement on s'ennuie de la compagnie imposée de tous ces gens qui vous plombent avec leurs hésitations, leurs doutes mais aussi leurs espoirs et leur bonne volonté.
Nous ont-ils manqué ce matin sur le mar'ché ? En fait pas du tout, d'autant qu'ils ont repris leurs habitudes qui consistent à n'apparaître que ponctuellement, une fois tous les six ans, à faire semblant de croire que cela suffit à compenser leur absence chronique, sauf quand une caméra ou un appareil photo est dans le coin.

Alors demain, est-ce le premier acte des formalités de départ, avec transformation de l'essai dimanche prochain. On  ne peut que l'espérer pour qu'un semblant de concorde revienne et qu'une parenthèse, qui aurait dû ou pu être si belle soit refermée.
Laissons à un ami de 32 ans de Pumpernickel le soin de conclure: "– je me suis trompé il y a 6 ans, mais cette fois-ci, je ne recommencerai pas !"

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article