Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Quel cinéma pour défendre la diversité culturelle ?

Appel à soutien

Quel cinéma pour défendre la diversité culturelle ?
Les cinémas Studio défendent leur indépendance et le diversité culturelle, le groupe CGR combat pour protéger ses intérêts financiers. Nous ne sommes donc ni amis ni ennemis. Nous ne considérons même pas comme son concurrent. Nous maintenons notre ambition de satisfaire ou de susciter une curiosité du public à l’égard d’autres cultures, d’autres cinématographies plus rares faites de fictions mais aussi de courts métrages ou de documentaires. Dans le domaine de l’"Art et Essai", les films qui font le plus d’entrées, dits "films porteurs", sont considérés comme des marchés à conquérir par les grands circuits d’exploitation qui cherchent toujours plus de croissance économique et de rentabilité. Parmi les 455 films que programment annuellement les cinémas Studio, une vingtaine d’entre eux assurent à eux seuls, plus du tiers des recettes. Cela permet de mettre en œuvre la diversité de la programmation, les manifestations culturelles et toutes les activités liées à l’éducation à l’image. Les grands groupes font pression sur les distributeurs pour être les seuls à diffuser ces porteurs en sortie nationale. Ils tarissent ainsi l’approvisionnement en films des salles "Art et Essai" et indépendants. À Tours, avec une trentaine d’écrans face au Studio, Ciné Alpes comme CGR montrent leur intention de s’accaparer un territoire cinématographique qu’ils estimaient peu rentable jusqu’ici et qu’ils délaissaient, celui des films médiatisés. Cette "offre supplémentaire", purement tactique, n’existera pas que le temps de nous faire disparaître. Ensuite, c’est l’appauvrissement de l’offre et de la diversité qui se profile dans l’agglomération de Tours. En fêtant en mars prochain nos cinquante ans d’expérience et d’indépendance, nous affirmons notre volonté de pérenniser notre place dans le paysage culturel de l’agglomération tourangelle, paysage que nous contribuons à enrichir par nos manifestations et nos partenariats avec les réseaux associatifs et culturels de la cité et qui, sans peser sur les finances publiques, profitent grandement au rayonnement et à l’image de la ville de Tours. Par exemple, nous développons avec Ciné off l’idée d’un projet de pôle culturel de l’image ambitieux [ voir ci-dessous ]. Les Studio ne travaillant pas dans le même domaine que les grands groupes d’exploitants, les enjeux, s’ils sont aussi commerciaux, sont principalement culturels et politiques.

Nous vous appelons tous, spectateurs, amis, abonnés des Studio à manifester votre soutien :

en faisant connaître votre attachement aux cinémas Studio autour de vous,
en y venant assidûment,
en signant cet appel à soutien aux cinémas Studio [ déjà signé par plus de six mille personnes, dont près de deux sur trois n'ahbitant pas à Tours ] pour qu’ils poursuivent leur travail et leur action en toute indépendance.

Signez cet appel à soutien soit à l’accueil, soit par Internet sur le site des Studio [ www.studiocine.com ], soit en envoyant au Studio par courrier cet imprimé signé [ Cinéma Studio, 2 rue des Ursulines, 37000 Tours ]

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Les cinémas Studio et Ciné off proposent un pôle culturel de l’image à Tours Nord

L’implantation d’un multiplexe à Tours Nord et la concurrence qui en résultera auront un effet dévastateur sur l’offre de films des cinémas Studio. Cet exploitant supplémentaire sera amené à prendre des films "Art et Essai" porteurs à fort potentiel commercial. C’est grâce à ces films que les cinémas indépendants classés "Art et Essai" comme les Studio maintiennent leur équilibre financier et proposent des films moins médiatisés, plus rares. Rappelons que l’accès et la diffusion d’un film ne dépendent que de la volonté du distributeur qui, percevant 50% de la recette, sélectionnent les exploitants qui pratiquent les prix de place les plus élevés et possèdent  le plus grand nombre de salles. La mise en place d’un observatoire local, tel qu’il a été annoncé, n’y changerait absolument rien, car il sera dépourvu, en l’absence de loi, de tout pouvoir contraignant.
Partant de ce constat, les cinémas Studio et Ciné off, soutenus par de nombreux partenaires culturels et institutionnels, ont été amenés à communiquer en décembre, à la municipalité de Tours et au conseil général d’Indre et Loire leur idée d’un projet pour un pôle culturel de l’image à Tours Nord, lieu évolutif à dimension départementale et régionale.

Un lieu de diffusion de 3 à 6 salles de cinéma [ grand public et "Art et Essai" ] avec une programmation diversifiée sans oublier la diffusion alternative [ multimedia, vidéo, web, … ].
Un lieu de rencontre de tous les publics, quels que soient leurs goûts, leur budget, leur culture.
Un lieu d’animations multiples autour d’un musée du 7ème Art et d’expositions avec de vraies ambitions envers le public jeune.
Un bar-restaurant, une halte-garderie, …

studioAncrés dans le tissu social, les cinémas Studio et Ciné off sont au service du 7ème Art, depuis respectivement cinquante et trente ans. Ils développent une activité économique et culturelle sans recherche de profit, prouvant leur savoir-faire de gestionnaires et de programmateurs. L’aménagement de Tours Nord doit-il répondre à une logique marchande ou développer un projet culturel pluraliste de proximité.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Hulot 08/02/2013 21:28


Le Studio, situé rue des Ursulines à Tours (dont le nom fait écho à un autre Studio, au 10 rue des Ursulines dans le 5ème arrondissement parisien), est le cinéma où j'ai découvert et aimé le
cinéma. Des films anciens, des films confidentiels, des films étrangers ou même étranges, des films venus du bout du monde qui m'ont permis de voir, pour un prix le plus souvent modique, des
oeuvres dont je n'aurais pas entendu parler. Qui a vu "le cabinet du docteur Caligari", qui a vu ce "Roi Lear" dans sa réalisation soviétique, ou même le "Cuirassé Potemkine" grâce auquel j'ai
appris mon prmier mot de russe - frère.


Penser qu'il ne se trouvera peut-être personne, dans ces hautes sphères où on décide de tout et de nous, pour assurer la sauvegarde et la pérennité des cinémas "Studio" est pour moi
insupportable. Penser que ce que n'a pas osé faire la droite dure des "années Royer" pourrait se faire sous la gauche molle des "années Germain" relève à mes yeux de la trahison.


Il n'est pas, pourtant, déraisonnable d'espérer.