Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

relais, photovoltaïque, énergie

Autant en parler tout de suite, puisque cela fera sans doute une grande partie des informations de la presse.com dans les prochains jours : on est en train d'installer les panneaux solaires photovoltaïques sur le toit du relais culturel nouveau. Ça va sûrement faire plaisir au ci-devant adjoint aux permis de construire, et historien autoproclamé de la commune, lui qui n’en finit pas de rouspéter contre toutes les initiatives d’une municipalité qu’il ne parvient pas à accepter. Il faut dire que c’est une référence en la matière, puisque le chapeau de clown dont il a affublé la tour romane de l’abbatiale, c’est son initiative, sur la foi d’une reproduction de gravure du XIXème siècle qui nous a donné, entre autres, Viollet-le-Duc dont chacun peut apprécier le bon goût et le sens de la mesure en allant traîner ses guêtres à Carcassonne. Pour notre infortune, il n’avait pas en architecture le talent de son ami Prosper Mérimée en littérature… Attendons-nous par conséquent à ces cris d’effraie dont il est coutumier.

Pour ce qui est de ces panneaux, certes il s’agit d’une énergie renouvelable et disponible à profusion qui bénéficie pour quelques années encore de généreuses subventions sous forme de majoration du prix de rachat du kWh produit. Il n’est pas pour autant interdit de s’interroger sur le rendement réel de ce type d’installation en les comparant à l’énergie qu’il est possible de retirer d’une part des économies d’énergie [ c’est le plus vaste gisement existant ] et de la production d’eau chaude solaire d’autre part. Dans son édition du 10 août 2010, lapresse.com-Alsace nous parle de La Réunion où on a trouvé le moyen d’installer 100 000 chauffe-eau solaires pour une population de 800 000 habitants

[ au passage, on mentionne cette idée d’une filiale de l’ancienne entreprise publique EdF qui installe gratuitement des chauffe-eau solaires pour ensuite percevoir une redevance sur le fonctionnement ! Cela rappelle cette réflexion que l’on se faisait en Chine du temps des empereurs, quand les impôts de toutes sortes réduisaient le peuple à la misère : il n’y avait que les pets qui n’étaient pas imposés ! ]

Toutes choses égales par ailleurs, et transposé à la métropole, cela voudrait dire que pour la moitié sud du pays, et une population d’une petite trentaine de millions d’habitants, il y aurait près de quatre millions de chauffe-eau solaires, auxquels il conviendrait d’en ajouter deux ou trois millions pour une moitié nord qui dispose d’un certain potentiel. Et pour continuer, il resterait à couvrir les toits de ces installations hideuses qui défigurent les entrées des villes que l’on nomme zone d’activité commerciale, artisanale ou industrielle, façon de donner un peu de sens et un peu d’utilité sociale à ces collections d’horreurs. Générant des quantités d’eau chaude basse température, on ne manquerait alors pas de susciter des vocations chez les physiciens pour utiliser toute cette énergie gratuite.
Mais comme on a tout compris, on s’engouffre dans la voie étroite du photovoltaïque [ qui se justifie essentiellement dans les zones reculées et inaccessibles… est-ce déjà le cas de Wissembourg ?] pour produire une énergie qui a déjà un premier mérite : celui de n’être disponible qu’après installation d’un compteur !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article