Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

retour sur le conseil municipal du 13 septembre 2013

reprise des hostilités !

tout avait si bien commencé ! unanimité et concorde semblaient être les maîtres mots de cette séance de rentrée du conseil municipal de rentrée. même les points dont on aurait pu penser qu’ils fussent sujets à controverse ont été traités sur le mode consensuel auquel nous sommes maintenant presque habitués, amenant à se demander quelle différence il y a entre ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui ! chacun se rappelle qu’il avait été demandé à ceux-ci de mettre plus de six ans à ressembler à ceux-là. en fait, la mue s’est faite en quelques heures sans doute, et la chenille des candidats passée par la case chrysalide, les urnes, a vite fait de se transformer en papillon, l’un oubliant qu’il avait été l’autre. on peut même parler de mimétisme jusqu’à la caricature, ce qui n’est pas sans inquiéter celles et ceux qui s’apprêtent à faire le choix de l’autre voix, de cette autre voix sans laquelle il n’existe pas d’alternative. qu’on en juge : unanimité pour les points 1, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19 et 20 ! les points 2 [ qui sera commenté ci-dessous ], 21, 22, 23, 24, 25, 26 et 27 étaient seulement informatifs et ne faisaient pas l’objet d’un vote. seul le point 13 a fait l’objet d’un débat, ou d’une sorte de joute, qui s’est terminé dans une grande confusion sur fond d’amabilité qui pourraient valoir à leurs auteurs quelques raisons d’en rendre compte.

ceux qui attendaient les écolos ou leurs représentants pour contester le passage de 800 000 à 920 000 poulettes de la capacité de "l’élevage" du schafbusch en auront été pour leurs frais. à part quelques questions marginales sur les méthodes utilisées pour distinguer un mâle d’une femelle, savoir si les règles sont respectées en matière de traitement des animaux [ imagine-t-on le promoteur de cet usine nous dire que ce n’était pas son problème et qu’il se moquerait comme d’une guigne de la façon dont les animaux supporteraient les conditions de cet élevage ? ], les nuisances olfactives [ perceptibles seulement quelques jours par an, nous assure le promoteur ], on ne peut être que satisfait de l’agrandissement de cette structure qui fournit des emplois à une quinzaine de personnes et devrait en créer deux en cas d'agrandissement. c’est vrai que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes avec ces bêtes qui ne sont pas moins d’une quinzaine par mètre carré et qui ne mangent que les céréales qui sont cultivées autour de "la ferme" comme l’appelle l’industriel. pendant ce temps-là, ceux que l’on attendaient semblaient plongés dans leurs pensées, comme absents de ce qui se disait, étrangers à tout ça, et en tout cas fort peu intéressés, puisqu’ils ont été intégralement muets, l’une et l’autre. ils n’ont fait entendre aucune musique, aucune discordance, rien qui pourrait troubler la douce torpeur à laquelle le conseil municipal semblait s’être abandonné.

rien à dire donc sur la suite, même pas lorsque le maire-délégué de la commune associée a fait une présentation tronquée du point 8. on devait avaliser la nouvelle convention d’occupation des locaux mitoyens du presbytère utilisés par le foyer rural d’altenstadt depuis trente ans, par le biais d’un bail emphytéotique. Cette fois, c’est une occupation précaire, pour une durée d’un an, reconductible tacitement qui sera la règle, et tout le monde a été d’accord. pas un petit doigt pour faire remarquer que l’on substituait la précarité à la pérennité. non, il paraît que ce montage est le fruit d’une longue négociation entre les parties, et que tout le monde s’en félicite. le hic, c’est qu’à aucun moment de son intervention le maire-délégué n’a fait allusion, même indirectement, au caractère précaire de la nouvelle situation. ceux que l’on entendra ensuite partir en croisade contre l’excessif endettement de la commune n’ont pas dû remarquer ce qui figurait depuis 48 heures sur le blog de pumpernickel. sans doute par distraction ou étourderie, à moins que ce ne soit pour ne pas déplaire au maire-délégué qui a comme prévu rejoint la majorité municipale ainsi que l’on peut le vérifier en allant consulter le site de la commune ; mais ce n’est pas grave puisqu’il effectuerait son dernier tour de piste.

nous voilà au point 12 avec le énième budget annexe qui déchaîne l’ire de l’ancien maire, manifestement hors de lui. après une rapide présentation de la réalité, sensiblement différente de ce que l’on croyait jusque-là [ ainsi a-t-on appris que le conseil général a payé le stanislas € 500 000,00 à la commune, sans que celle-ci reçoive le rossignol qui lui était promis, l’ancienne dde, une véritable affaire, pleine de toits en amiante-ciment, ce qui n’a pas empêché la vente de la maison contenue dans la parcelle ], conclue par l’annonce que la commune serait propriétaire des lieux à la mi-2014, le maire a fait part de son impatience à viabiliser pour pouvoir vendre, raison première du budget annexe. là, monsieur l’ancien est sorti de sa tranchée et a engagé, comme disent les militaires. "c’est le quatrième budget annexe pour des questions immobilières, on ne voit pas le commencement d’un logement, où que ce soit, cette pratique est faite pour masquer l’endettement de la commune, on est dans la manipulation, quel est donc le niveau de la dette tous budgets confondus ?"
très à son affaire, le maire a répondu qu’il était dans la gestion, qu’un budget annexe est alimenté par son activité commerciale, que celui de la seconde tranche de la zone des peupliers [ abusivement appelée artisanale alors qu’elle est majoritairement commerciale, ndlr ] va dégager un excédent de € 100 000,00 alors que celui de la première tranche est en déficit de € 150 000,00 [ la faute à la gestion de nos prédécesseurs dont je n’ai pas voulu faire le procès, mais puisque vous m’y forcez… ], à la pépinière ce sont vingt-huit logements qui sont mis sur le marché [ mais pas encore construits, à l’instar de la seconde tranche du clos des remparts, ndlr ], que des gens se sont laissés porter par l’émotion en criant "au loup !" à propos du steinbaechel, que l’on va pouvoir lancer les deux premiers tiers de la première tranche du gumberlé, que l’on reçoit de nombreuses demandes et "j’affirme que les nouveaux terrains du gumberlé et des 4-vents seront les premiers construits, avec réserve du steinbaechel. je suis un gestionnaire !". scrogneugneu !
monsieur l’ancien a remis le couvert en reprenant mot pout mot ce qu’il avait déjà dit, en y ajoutant néanmoins les termes de "mensonge", de "manipulation" et de "dissimulation" en mettant l’accent sur le caractère hasardeux des opérations financières basées sur des hypothèses qui ne se réalisent pas forcément ; et il en connaît un rayon, le bougre ! objectivement, on n’est pas loin de la diffamation, mais c’est son affaire.
il s’en est suivi d’un échange de propos où l’un se félicitait d’être un gestionnaire, traitant l’autre de populiste, quand l’autre demandait des comptes sur les différents budgets, se voyant reprocher d’additionner des dettes qui n’ont rien à voir entre elles.
cela amène pumpernickel à constater des points de convergence avec monsieur l’ancien, qui aurait sans doute été bien inspiré de mettre ces années d’opposition municipale à profit pour tisser des liens avec ceux qu’il a trop ignorés. Cela lui aurait permis de profiter de toutes les informations nécessaires à l’argumentation face à un pouvoir municipal sûr de lui, autoritaire et cassant. Mais il est maintenant trop tard, et l’on voit bien qu’il n’y a aucune différence entre l’arrogance des uns et la suffisance des autres, dommage pour wissembourg et ses habitants, tous ses habitants, qui méritent largement mieux que des gens qui se donnent des rendez-vous sur on ne sait quel pré pour en découdre, à nos frais.
bilan de la querelle, seul les six élus de la liste bertrand votent contre ce budget-annexe, les autres, tous les autres, votant pour. Ah, la majorité, ah, la discipline de vote, ah, l’uniformité !

le point 13 a été l’occasion pour celui qui a su [ nous faire ] prendre tous les risques de faire la morale aux propriétaires de fonds de commerce qui ne veulent pas louer. d’ailleurs, il sait, lui, qu’il y a peu de vitrines vides à wissembourg, si peu qu’il doit peiner à les voir. ah bon !

on terminera sur le communiqué de victoire quant au succès de cette école de musique que la terre entière nous envie, qui doit refuser du monde, et dont l’organisation pédagogique est modifiée à chaque conseil municipal ou presque. mais c’est comme pour les vitrines, mis en face du même objet, et selon la situation que l’on adopte, on ne voit pas tous les même choses, l’existence n’étant qu’une sorte d’empilements d’anamorphoses dont l’interprétation dépend de l’humeur de chacun. Encore un mot sur cette commission "accessibilité" dont la liste a été lue à la fin de la séance : il faudrait la mettre à jour dans les meilleurs délais, l’un des membres en ayant démissionné il y a quatre ans et continuant à recevoir les convocations.

quant au point 27, consacré aux "divers", il a consisté à nous faire part des animations prévues dans le cadre des portes ouvertes des services municipaux qui ont lieu en même temps que les journées du patrimoine, mais ce doit être une coïncidence. car pour ce qui est du patrimoine, il faut se dépêcher avant que tout ne soit vendu. cela rappelle les paroles de cette chanson de gilles vigneau : "… j’me baiss’ pour ramasser l’caillou, avant qu’tu l’vendes avec le trou…"

vivement demain !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article