Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

retraites_couple_blabla_etc.

Serge Halimi pressentait bien le coup en pronostiquant, dans la dernière livraison du monde diplomatique que le “ débat ” sur la burqa portée par 367 femmes allait éclipser celui sur les retraites visant à paupériser des dizaines de millions de travailleurs à l’issue de leur vie professionnelle. La comédie commence dans quelques jours, et nous ne tarderons pas à voir émerger ces questions soi-disant fondamentales qui vont occuper notre attention et surtout la détourner de l’organisation du formidable hold-up en cours.

Soit dit en passant, après la réussite de l’euro qui a été pour tous les spéculateurs proches des dirigeants politiques, et donc financiers, d’Euroland une inimaginable et incommensurable occasion de vendre un peu plus de vent, il serait dommage de se gêner, en ne transformant pas l’essai qui consiste à prendre encore quelques centaines de milliards supplémentaires dans la poche de ceux à qui on fait croire que les caisses sont vides.

Etat Mais il y avait une opération que Serge Halimi n’avait pas prévue, c’est l’histoire ridicule et grotesque de la légende autour des problèmes de couple de celui qui ne se rappelle qu’il est président de la république que lorsque ses intérêts personnels sont en jeu. Ou quand il affecte de se rappeler qu’un peu d’honneur est attaché à une fonction qui vis-à-vis de laquelle il semble un peu perdu. Entre nous, qu’est-ce que ça peut bien nous faire si Monsieur Untel marié avec Madame Unetelle, ou si Madame Unetelle mariée avec Monsieur Untel lui fait ou non des infidélités ? Est-ce bien cela le problème ? Quant à avoir une opinion sur le rôle réel ou présumé de tel ou telle à qui on aurait signifié sa disgrâce et qui se vengerait en faisant courir les plus improbables bruits sur la conduite des uns et des autres, on est là à un niveau qui n’est pas à l’avantage de celles et ceux qui entretiennent un pseudo-suspense en se confiant à des obligés déguisés en “ journalistes ”. S’agit-il de la conduite des affaires de l’État ou de potins, ragots et cancans dont les 15 millions de Français vivant au-dessous du seuil de pauvreté n’ont que faire.

De deux choses l’une, ou bien le siège du gouvernement abrite des Hommes d’État dont les préoccupations coïncident avec l’intérêt général [ et là, il est normal qu’il y ait divergence sur ce que ce terme signifie, c’est discutable, c’est le vrai débat politique ], ou il s’agit d’une sorte de champ-clos à l’intérieur duquel des ambitions des médiocres le disputent aux appétits des combinaisons, sur fond d’escamotage institutionnel pour le plus grand bien des courtisans du pouvoir. Il suffirait de le dire, cela aurait le mérite de la franchise.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article