Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

solidarité avec Gérard Filoche

Pendant que la queue de comète médiatique affecte de gloser sur les déboires d'un ancien directeur général du FMI, la justice, ou l'administration judiciaire, continue de faire son devoir. Jusques et y compris lorsqu'il s'agit de régler défintivement la "question Filoche", cet inspecteur du travail qui ne se résoud pas à voir le code du travail mis en pièces, détricoté et dynamité alternativement par les amis de Madame L. Parisot et de Monsieur le président de la République. Le volià maintenant convoqué au tribunal !

Je vous invite, comme mon ami Dédé qui m'a envoyé tout ça, à lire ce qui suit et à casser votre tirelire pour lui donner un coup de main.

de Gérard Filoche, 85 rue Rambuteau, 75001 Paris, gerard.filoche@wanadoo.fr
le 3 juillet 2011
Objet : solidarité filoche

Paris, le 1er juillet 2011

Chères amies, chers amis,

Je vous écris à la veille de mon procès du 6 juillet parce que vous faites partie des 38 650 signataires de la pétition pour me soutenir [ www.solidarite-filoche.fr ] et aussi, pour un certain nombre d'entre vous, vous avez généreusement contribué à me soutenir financièrement. 1660 d'entre vous m'ont aussi laissé des messages chaleureux sur le site. Des centaines m'ont fait parvenir des chèques à « solidarité Filoche ». Les petites rivières font de grands fleuves, même si de l'argent est encore nécessaire. Ça m'a vraiment fait chaud au cœur de constater, venue de toute la France, cette sympathie concrète, incarnée y compris financièrement. Je ne m'y attendais pas à ce point. J'en ai été très ému.

Ce soutien magnifique, divers, pluraliste m'a permis de tenir pendant ces dernières années. Je vous le dis avec reconnaissance à la veille du jugement. Ce n'est pas seulement moi qui suis en cause, mais au-delà de ma personne l'exercice indépendant des missions de l'inspection du travail dans la défense des droits des salariés, et, en l'occurrence des femmes de retour de congé maternité.

Après sept années de procédures, je vais passer en première audience le mercredi 6 juillet 2011 devant la 31ème chambre correctionnelle du Palais de justice de Paris (M° Cité) à 13h30. Il y aura une conférence de presse unitaire en face du Palais de justice à partir de 12 h00. Vous y êtes conviés de même qu'au procès. Votre présence m'encouragera. Il faut venir tôt, muni d'une carte d'identité, afin de passer le filtrage, de traverser le Palais et d'accéder à la 31ème.

Je suis accusé « d'entrave au Comité d'établissement » CE de l'entreprise Guindé Mary Cor, 1 rue de la Paix, 75002 Paris. J'encours un emprisonnement d'un an et une amende de 3750 euros (article L.2328-1 du code du travail).

Je vous communique sur mon blog, l’essentiel de ce que sera ma défense.

L’ensemble de la procédure coûte très cher au total. C’est pourquoi nous avons dû et devons encore faire appel à vous. Il me reste, chères amies, et amis, à vous remercier encore pour cette longue lecture, qui, je l’espère, aidera à votre compréhension détaillée du procès et
de ses enjeux qui me dépassent largement.

Que celles et ceux d’entre vous qui le peuvent, continuent jusqu’au bout le soutien qu’ils ont engagé pour une relaxe complète et définitive :

par des chèques encore nécessaires : à l’ordre « Solidarité Gérard Filoche » – adressés à : Gérard Filoche, 85 rue Rambuteau, 75 001 Paris
par leur présence au procès le 6 juillet à 12 h en face du Palais de justice M° Cité et à 13 h devant la 31ème chambre…
en diffusant cette défense et les informations qu’elle contient auprès du maximum de personnes, il y va du droit du travail en général
au-delà de l’affaire elle-même : consultez et alimentez le site qui y est consacré : www.solidarite-filoche.fr.

Cordialement à toutes et tous, Gérard Filoche

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article