Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

tarnac tourmente "le monde"

Le quotidien vespéral des marchés en remet une couche sur ce qu’il appelle l’affaire de Tarnac, et qui est surtout l’affaire “ Madame M. Alliot-Marie ” ou encore l’affaire “ Monsieur A. Bauer ” ou encore l’affaire “ sous direction anti-terroriste ”, ce qui revient à peu près au même.

Le dimanche 25 janvier 2009, l’union rationaliste, dans le cadre de son émission mensuelle, invitait Madame E. Perreux, présidente du syndicat de la magistrature. Elle s’est abstenue de raconter l’histoire, brièvement résumée par l’animateur de l’émission, pour préférer s’en tenir au point de vue du droit. S’agissant d’une juriste, magistrate de son état, ce n’était guère étonnant, et avait un peu plus de consistance que les incantations d’un “ criminologue ” autoproclamé, qui, à l’époque, chuchotait encore à l’oreille de l’encore président de la République.

Vous trouverez la transcription de cette émission d’un clic sur le lien de la ate.

Rappelons-nous quelques jours auparavant le 20 janvier 2009 et le témoignage accablant de Gabrielle Hallez, traitée comme une moins que rien par des individus qui agissent au nom de la République, insigne tricolore à la boutonnière.

Autre mot sur le blog, le 18 mars 2009, avec un témoignage des inculpés de Tarnac dont quelques-uns étaient encore en préventive, histoire d’attendrir la viande comme le disent suavement des juges d’instruction qu’on pourrait préférer mieux inspirés.

Nouveau mot le 29 mars 2009, et toujours cette lancinante question de l’entêtement de ceux qui pensent que qui que l’on soit, on a forcément quelque chose à se reprocher. Ces méthodes donnent une image déplorable tant de la justice qui a sûrement bien d’autres choses à faire que de la police qui a sûrement bien d’autres choses à faire. Ne se murmure-t-il pas d’ailleurs que les fonctionnaires républicains en ont leur claque de servir de pare-feu aux initiatives parano-sécuritaristes d’un personnel politique dépassé par les événements ?

Et encore le 13 décembre 2009 : il s’agit là encore de la désolante litanie de ces constats quotidiens d’atteintes quotidiennes à la Liberté, et non aux libertés. Bien entendu, ce sont toujours les mêmes, ces insupportables jeunes, étrangers, colorés, mal fringués, bruyants, remuants, incorrigibles, soupe-au-lait qui nous ennuient avec l’image qu’ils nous renvoient de nous-mêmes.

Le 28 janvier 2010, le théâtre s’en mêle avec une annonce de l'équipe du Théâtre en Question qui met en scène ce qui ressemble de plus en plus, et en plus grave, à l’affaire des Irlandais de Vincennes.

Début novembre 2010, Julien Coupat, qui en est à son 526ème jour de pseudo-liberté sous un contrôle judiciaire revient sur sa détention lors d’une longue interview ainsi que sur les causes qui l’animent. On cehrceh en vain les appels à l’insurrection violente. Notons que ceux qui ont lu “ l’insurrection qui vient ” n’y ont rien trouvé d’autre que l’éloge de l’organisation en communes, du recours aux circuits courts en matière de production et de distribution en même temps que la critique résolue d’un système dont tout le monde, y compris l’encore président de la République, s’accorde à réclamer … la moralisation !

7 décembre 2010, création du fonds de dotation, avec appel aux contributions relayé sur le blog.

Il est tout de même étonnant que le journal fondé par Monsieur H. Beuve-Méry n’ait jamais trouvé cinq minutes pour faire état de tout cela, au nom de respect que l’on doit inspirer à ses lecteurs par la rigueur des articles que l’on écrit. Tout de même, “ Le Monde ”, ça n’est pas “ Le Figaro ”, que l’on sache !

Dans une ultime tentative de dénigrement, de doute et de confusion que l’on voudrait installer dans les esprits pour faire passer ceux dont l’une des raisons de la surveillance, illégale, à laquelle ils ont été soumis, était … de na pas avoir de téléphone portable [ si, c’est vrai, c’est incroyablement vrai ] pour de dangereux terroristes qui auraient mis la vie d’honnêtes citoyens en jeu pour satisfaire leurs fantasmes, ce journal, qui m’a appris à lire, qui m’a donné le goût de la réflexion, qui m’a fait aimé l’histoire, qui m’a instruit, tout simplement, mais c’était il y a si longtemps, fréquente on se sait quelle arrière-cour où se tiennent les conciliabules dérisoires de quelques insensés à la recherche d’on ne sait quel complot d’une hypothétique “ ultra-gauche ” qui n’a jamais existé que dans leur esprit tourmenté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article