Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

une date à garder en mémoire

Permettez-moi de vous rappeler cette date :

3 octobre 1940 : Le régime de Vichy promulgue un statut particulier pour les juifs, auxquels la fonction publique et les professions libérales sont désormais interdites.

Monsieur le Maréchal,

J’ai lu le décret qui déclare que tous les israélites ne peuvent plus être officiers, même ceux d’ascendance strictement française. Je vous serais obligé de me faire dire si je dois aller retirer leurs galons à mon frère, sous-lieutenant au 36ème régiment d’infanterie, tué à Douaumont, en avril 1916 ; à mon gendre, sous-lieutenant au 14ème régiment de dragons portés, tué en Belgique en mai 1940 ; à mon neveu, Jean-François Masse, lieutenant au 23ème colonial, tué à Rethel, en mai 1940. Puis-je laisser à mon frère la médaille militaire gagnée à Neuville-Saint-Vaast, avec laquelle je l’ai enseveli ? Mon fils Jacques, sous-lieutenant au 62ème bataillon de chasseurs alpins, blessé à Soupir, en juin 1940, peut-il conserver son galon ? Suis-je enfin assuré qu’on ne retirera pas rétrospectivement la médaille de Sainte Hélène à mon arrière-grand-père ?

Je tiens à me conformer aux lois de mon pays, même quand elles sont dictées par l’envahisseur.

Pierre Masse, sénateur de l’Hérault, au Maréchal Pétain.

Pour mieux identifier “ les autres ”, juifs et musulmans en particulier, on met en place le N.I.R. [ Numéro d’Identification au Répertoire national d’identification des personnes physiques ] : c’est le numéro à 13 chiffres qui n’est autre … que notre actuel numéro de Sécurité Sociale !

Il y en a eu une autre, le 7 octobre, toujours en 1940, et vous pouvez trouver d'un clic sur le lien à quoi elle renvoie.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Régis Hulot 03/10/2011 20:32



Une lettre qui est restée célèbre.


Et qu'auraient pu écrire un grand nombre de Français, de confession israëlite en l'occurrence, ou appartenant à une famille dont beaucoup de membres se reconnaissaient dans cette confession, qui
avaient, au fil du temps, combattu pour la France. Tout comme avaient combattu des Normands catholiques, des Savoyards protestants, des Poitevins agnostiques, des Picards musulmans, voire des
Alsaciens athées...


 


A voir et entendre ce qui se passe autour de nous, on se dit qu'on n'en a pas fini avec ceux qui, sous le moindre prétexte, cherchent à diviser, et jeter les uns contre les autres, dans le seul
but de garder le pouvoir pour eux seuls.


Qu'importe, nous ne manquons pas de courage et de volonté.


 


RH