Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Wingen, son maire, ses thuriféraires, et Monsieur le S.T.C.

Il était vraiment bien cet article de l’agence locale du plus grand, plus beau, plus déontologue, meilleur, premier et tutti quanti quotidien d’Alsace qui nous raconte l’inauguration du sentier forcément transfrontalier entre Wingen et Nothweiler. Il y avait là tout le ban et l’arrière-ban des soutiens de Monsieur le S.T.C. [ comprendre “ subjonctif territorial conditionnel ” ] qui en aura lors de la prochaine consultation des cantonales en 2011 [ qui auraient dû se tenir cette année, mais pour la 3ème fois, il a droit à une année de rab : la 1ère, c’était aux cantonales de 1992 qui auraient dû avoir lieu en 1991 et la 2de pour les municipales reculées en 2008 ; il y en a qui les collectionne ! ].
Le plus drôle, c’est le jeu mi-enfantin mi-sérieux du porte-plume qui met tout son talent de cire-pompe à reproduire les fortes sentences naturellement historiques de ces personnages dont on se demande s’ils ont pris une fois le temps de s’écouter. Dans cet exercice de haute flagornerie, il faut n’oublier personne sous peine de se faire morigéner par le hobereau local, contrarié de ne pas retrouver ses propos, en plus de sa bobine, dans ce qui sera la lecture matinale d’un peuple qu’il convient de convaincre qu’on est vraiment proche de lui.
Passons sur le zizaneur municipal de Wingen qui est parvenu, en quelques mois, à dresser une partie de la communauté contre l’autre en lançant la commune dans un projet dépourvu de sens parce que démeusuré.
Glissons sur le président de la communauté de communes qui n’est là que pour apporter le coup de pouce à celui qu’il ne faut pas laisser tomber, des fois qu’il irait au Sénat comme il l’espère secrètement [ ça rappelle la zizanie, quand Abraracourcix dit à Bonemine que Jules César lui a proposé un poste de sénateur, et qu’elle va ensuite le raconter à ses copines, puis que les porteurs du chef ne l’appellent plus que “ Sénateur ”, on est en pleine dérision ].
Evacuons les propos du maire allemand qui ne dit que des banalités, pour s’intéresser à Monsieur le S.T.C. qui, on ne sait trop pourquoi, prend fait et cause pour les itinéraires cyclables. D’ailleurs, il prend bien garde de ne pas dire cyclistes, parce que cyclable, ça veut que l’on peut aussi faire du vélo sur cet itinéraire. Mais au fait, ce personnage, cette individualité n’a-t-elle pas été maire de Wissembourg pendant une petite vingtaine d’années ? Et pendant tout ce temps-là, il a fait quoi pour améliorer la circulation des vélos dans la ville ? Et on parle bien des vélos de déplacement, ceux que l’on prend pour aller faire ses courses, ou pour accompagner les enfants à l’école ? Rien, ou si peu, ou alors à chaque fois qu’il y avait quelques dizaines de mètres de piste, c’était que la force gendarmée municipale allait en remettre une couche dans la répression à l’encontre de ces dangereux deux-roues qui prennent les sens interdits [ que même parfois il y a des voitures qui ont fait des écarts vers la gauche pour faire peur aux vélos, si, si, c’est arrivé, même le matin à 7h30, rue de l’Ordre-Teutonique ]. Il a même fait donner la force gendarmée municipale pour faire dresser un procès-verbal de 90 € pour circulation d’un véhicule en dehors de la chaussée, pour un mètre cinquante sur la place de la République. Ça venait quelques temps après que le dresseur de P.-V. avait expliqué à sa futur victime que les contre-sens cyclistes étaient dangereux ! la preuve qu’il ne faut jamais remettre en question les vérités émanant des représentants de la force gendarmée municipale, c’est que depuis deux ans que la municipalité issue des élections perdues par Monsieur le S.T.C. a mis un contre-sens cycliste rue Nationale, il n’y a eu aucun accident. Et même que les seules qui soient inconscients, ce sont les automobilistes qui font des écarts pour éviter les beignets écrasés, dits coussins berlinois, que la municipalité nouvelle a fait installer pour ralentir la vitesse des voitures.
Bref, le couplet sur la promotion des itinéraires cyclables par celui qui n’a eu de cesse, tout au long de ses interminables de faire la chasse aux cyclistes ne pouvaient on ne peut plus mal tomber. Et tout à l’honneur du correspondant local [ qui s’était déjà illustré dans un “ article ” sentencieux, malveillant, partial et incomplet à propos de la pseudo-manif soi-disant spontanée des partisans du méga-hôtel de Wingen ] de rapporter ce genre de réflexion de miroir.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article