Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Wissembourg : grève dans les écoles

Aujourd'hui, mardi 31 janvier 2012, J moins 82 pour le 1er tour, J moins 96 pour le second tour !

En présentant ses vœux aux " forces vives " de la ville, le maire de Wissembourg a déclaré, selon les Dernières Nouvelles d’Alsace du 19 janvier dernier, que les opposants à la politique municipale en matière de regroupement des cycles d’enseignement à l’école primaire obéissent à " des raisons dictées par des intérêts personnels très éloignés de l’intérêt général ". Ces récalcitrants égoïstes se montreraient en outre incapables de comprendre les " décisions courageuses " prises " au service des générations futures ".

Tel pourrait être, en adaptant à peine le texte distribué par les " amis du Steinbaechel ", le rappel des propos tenus par le maire de Wissembourg aux parents délégués de St Jean - Ohleyer il y a quelques mois. Est-il vraiment la seule personne à défendre " l’intérêt général " parce qu’il serait vraiment la seule personne à en connaître les contours ?
Soit dit en passant, ne serait-il pas plus juste de parler de l’intérêt collectif ?

Alors que les enseignants sont en grève pour protester contre les 14 000 suppressions de postes dans le ministère de l’Instruction publique [ grève probablement peu suivie pourra certainement écrire le petit reporter de la P2R ], les questions restent entières à Wissembourg, où, si l’on est en passe de réussir à dynamiter les solidarités et à casser la cohésion, les apprentis-sorciers de la déstructuration pédagogique ne sont pas au bout de leur peine. Il reste maintenant l’essentiel à faire, cette fameuse répartition, dont tout porte à penser qu’ils s’en déchargeront sur ceux-là mêmes pour qui ils n’ont que peu de considération.
C’est maintenant tous les ans qu’il va falloir répartir dans les différentes classes. On n’ose pas parler de trier puisqu’il s’agit d’enfants, de familles, de frères et sœurs, d’êtres qui doivent recevoir cette fameuse instruction dont Danton disait qu’elle est, après le pain, le premier besoin du Peuple. Mais qui a encore idée de qui est ce Danton ?
Doit-on conseiller à tous ceux qui ne seraient pas contents de s’adresser à la mairie, de préférence au maire, et pourquoi pas à son âme damnée, ce directeur de cabinet qui est à la source de tous ces ennuis, de toutes ces contrariétés, de tous ces désagréments dont on nous assomme au jour le jour ?

Tous ceux qui ont une expérience même modeste de ces répartitions d’élèves, …

parlons plutôt de la façon dont les enfants vont se retrouver avec leurs amis, leurs repères, leurs habitudes, leurs jeux, leur tendresse, leur innocence, leurs manques, leur maladresse, leurs regards, leurs appréhensions, leurs interrogations, leurs incompréhensions, leur créativité, et les comptes qu’ils ne manqueront pas, à juste titre, de nous demander quand ils feront leur vie, qui leur appartient,

…, savent que les prévisions sont faites pour être fluctuantes au gré des arrivées, des changements de pied et des hésitations compréhensibles et légitimes des parents qui veulent d’abord le meilleur pour leur progéniture.
Les inscriptions en CP doivent se faire au plus vite, pour savoir où l’on en est des monolingues et des bilingues, pour éviter toue surcharge " excessive ". Quand connaîtra-t-on le nombre d’enfants venant des communes alentour qui fréquenteront les deux cursus, en profitant d’une structure périscolaire déjà en surcharge ?
Pour l’instant, ces données ne sont pas disponibles, donnant à la répartition en cours un caractère provisoire qui n’a que peu de rapport avec les objectifs invoqués pour justifier la démolition d’un système certes perfectible mais qui ne donnait pas que des mauvais résultats.

Vient en plus la question des RASED, déjà évoquée ici. Au-delà des arguties des uns et des autres, leur survie n’est même plus à l’ordre du jour. Les attaques fusent de toutes parts, recourant à la manipulation de statistiques invérifiables, sur fond de RGPP, c’est-à-dire qu’il faut en faire plus avec moins de possibilités. Remarquons que l’essentiel de l’offensive vient de celles et ceux que l’on n’a jamais vu donner gratuitement cinq minutes de leur temps personnel pour venir en aide aux plus démunis et vulnérables d’entre nous, ces enfants laissés à leur désarroi qui traduiront comme ils le peuvent les tensions internes qui les étreignent, en s’engageant, malheureusement, dans la voie dramatique et sans issue de la délinquance par exemple.
Localement, le secteur Haguenau Nord est sur la sellette et Wissembourg, de son côté, n’échappe pas à la nouvelle règle. Ceux qui y officient ne se font malheureusement plus d’illusions, étant entendu que la défense des enfants de miséreux n’est pas vraiment un créneau porteur en termes de communication, pour parler comme ces zélateurs des comptes en équilibre, de la croissance indéfinie et de la " responsabilisation " des consommateurs. Cela fait plusieurs années que maîtres spécialisés et psychologues scolaires préviennent, tirent la sonnette d’alarme, sonnent le tocsin pour s’entendre répondre qu’ils exagèrent, que tout ce qu’ils disent n’est pas possible, n’est pas raisonnable. Eh bien, ça y est, aujourd’hui même, tout est mis en place pour qu'à la prochaine rentrée on ne puisse plus revenir en arrière ! Vous pouvez  
télécharger le 4-pages préparé par le collectif ou, d'un clic, agrandir les quatre images. Il est recommandé d'envoyer un mot à M'sieur l'président d'la République pour lui signifier notre avis.

rased 1rased 2rased 3rased 4

Tout cela s'inscrit dans ce grand mouvement que nous n'avons pas vu venir. Il s'est traduit localement, et même le député de la circonscription, et artisan actif de cette désagrégation du tissu social et sociétal, est obligé de la convoquer lorsqu'il veut faire croire que la fermeture dela base aérienne de Drachenbronn l'affecte. Citons-le, quand il parle le " Pumpernickel " dans le texte : " … dans un arrondissement durement éprouvé ces dernières années : fermeture de Wimétal, perte du tribunal d’instance, de l’ONF, de la DDE, et on est en train de se battre pour la survie de l’hôpital … " Il a d’ailleurs oublié le CIO [ c'est fait ], l’inspection primaire [ c'est presque fait ], la sous-préfecture [ c'est en cours ], la recette perception [ c'est à venir ], l’hôtel des impôts [ c'est à venir ] et le bureau de la sécurité sociale [ c'est à venir ] ; le pire, c’est que lorsque l’on écrit cela, ça paraît tellement vraisemblable qu’il faudra plus d’un démenti pour le contredire !

Même si l’on peut raisonnablement espérer qu’un possible changement de régime soit à l’origine d’une amélioration de la situation, il est urgent, absolument nécessaire que ces réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté soient sauvés, quoi qu’il arrive.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article