Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Wissembourg, leader du capteur solaire thermique !

Voici ce que vous auriez pu lire dans les déhaina si ça avait été vraiment autrement et ensemble.

Voilà maintenant 18 mois que la ligne robotisée de fabrication des capteurs solaires à tube sous vide fonctionne dans les anciens locaux de l’entreprise de pots d’échappement fermée pour cause de restructuration libéraliste fin 2007. Mais cela ne s'est pas fait tout seul, et un brin de rappel est indispensable.

Comment les choses se sont-elles  passées : le maire d’alors, qui ne manquait jamais de vanter les bonnes relations qu’il entretenait avec la gent patronale, convoqua dans son bureau, début septembre 2007, le chef de file de l’opposition [ comme ne l’appelait pas encore les déhaina ] pour le mettre au parfum des ennuis qui allaient frapper les salariés de Wimétal. Ensuite, Monsieur envoya une “ lettre ”, reprise par les déhaina, dans laquelle il exprimait son expression, ce qui lui valut la proposition de Pumpernickel [ voir n°51, p. 4 de janvier 2008 ] de suggérer une suggestion, de proposer une proposition ou encore de lire une lecture. Il ne s’est trouvé que le président d’une ADIRA, Monsieur F. Grignon, sénateur de son état, complètement décalé, pour se féliciter, dans un numéro d’anthologie de février 2009, de la mutualisation des moyens lorsque plusieurs restructurations sont engagées en parallèle sur un même bassin d’emploi. Et on ne vous fait pas grâce du reste du verbiage, car, comme l’a rappelé naguère le linguiste Alain Bentolila, l'utilisation d'une langue épurée est l'une des premières marques de respect que l'on donne à ses interlocuteurs ; écrire n'importe quoi n'importe comment, c'est mépriser ceux qui vous lisent.
“ Un système de mutualisation des fonds de revitalisation peut être mis en place afin d’éviter une concurrence entre les différentes conventions de revitalisation. La mise en commun des contributions légales de plusieurs entreprises présente l’avantage d’atteindre une masse critique afin de faire intervenir un partenaire financier pour démultiplier le fonds, de «rationaliser» les comités de suivi et d’engagement et d’intervenir sur des périmètres plus larges par une solidarité et une collaboration des territoires impactés. ” On se croirait plongé dans l’édition virtuelle du bon usage de ce bon Maurice Grevisse, version 2050 !

Après bien des hésitations et des atermoiements, une solution a tout de même été trouvée et un fabricant français de capteurs solaires thermiques s’est installé, qui a utilisé le savoir-faire et l’expérience des employés de Wimétal. Cette solution a été préférée à celle d’une usine de capteurs photovoltaïques car le rendement de cette filière est largement sujet à caution. Si l'on prend en compte les nuisances liées à la fabrication, les problèmes de recyclage à l'issue d'une utilisation de 25 ans au maximum, ainsi que les aléas des prix de rachat de l'électricité produite, on s'aperçoit rapidement de l'impasse dans laquelle on s'engage. D'ailleurs, à part des effets d'aubaine, on est rarement dans le durable, et ce qui est présenté comme un premier pas est la plupart du temps le dernier. Sachant qu’un cinquième de la facture énergétique d’un ménage est consacrée au chauffage, acheter une installation photovoltaïque a autant de sens qu’acheter un aspirateur pour aller le matin au travail !

Bref, après un lancement qui s’est fait en douceur, et le démarrage de la mise en place des équipements sur les premières maisons de la commune [ dont on rappellera que l’objectif général est de réduire de moitié, en une mandature, l’intégralité de sa consommation d’énergie, tous partenaires confondus ], c’est à une véritable envolée des commandes que l’on a assisté, Wissembourg devenant la référence en la matière. On était loin des élucubrations des uns et des autres et de ces improbables plans tirés sur d’inaccessibles comètes qui nous promettaient des emplois à condition qu’il y ait des logements, sur fond de déluge de propagande vantant les mérites de la “ production de 50 logements par an ”, complaisamment relayées par une presse régionale qui n’a pas tardé à rectifier le tir.

On ne rappellera jamais assez que les besoins peuvent couverts gratuitement dans des proportions allant de 30% à 80% selon les saisons, pour des surfaces installées de 8 m² à 15m², selon les besoins exprimés par l’acquéreur. Au bout du compte, tout le monde s’y est retrouvé, en particulier les abonnés au gaz qui assistent, goguenards, aux gesticulations des “ fournisseurs d’énergie ”, nouveaux fermiers généraux, ex-entreprises publiques, gavant jusqu’à la nausée des actionnaires sans scrupule, faire la roue pour tenter de les séduire avec des abonnements toujours à la baisse. Belle revanche que celle de l’altruisme et de la solidarité sur l’égoïsme et la cupidité. On passera sous silence les mouvements de menton de quelque architecte dit des bâtiments de France qui a voulu s'interposer au nom du respect que l'on doit au pâtrimoine historique. Étant incapable de produire le permis de construire des deux églises wissembourgeoises, il a fini par se rendre à l'évidence, et à promouvoir, auprès du fabricant des produits qui sont plus en phaseavec le caractère de notre ville.

Tout cela n’aurait pas été possible sans la mise en place d’une société coopérative ouvrière de production locale groupant les utilisateurs [ qui ne sont plus des consommateurs ! ], les ouvriers [ qui possèdent leur entreprise ! ] et la puissance publique [ qui a congédié les oiseaux de malheur qui vantaient les mérites du profit et de l’enrichissement égoïste ! ].
Cerise sur le gâteau, l’écoquartier au sud des voies ferrées dont le cahier des charges élaboré par ses futurs habitants vient d’être adopté par le conseil municipal unanime a signé une convention avec la nouvelle entreprise, assurant du même coup, l’autonomie énergétique des nouvelles habitations et du travail aux ouvriers.
Comme on le constate, même si la crise frappe durement l’ensemble de nos concitoyens, des solutions intelligentes permettent à toute une commune de reprendre espoir et de se projeter positivement dans le futur.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Régis Hulot 03/01/2012 18:44






Je suis assurément tombé dans le panneau. Mais j'ai une excuse, j'ai suivi les conseils qui m'ont été donnés par un de mes correspondants.


Et que je vous communique.


Koâ Kil An Soi, il n'en reste pas moins que la création d'une industrie dans ce domaine serait forcément une très, très bonne nouvelle, et pas seulement pour les ouvriers (voir ici -
ce lien - pour quelques
détails).


 


Faites de beaux rêves.


 


Chers amis, dans
ces temps où la morosité semble être de rigueur, combattons-là!






Je vous transmets
ce petit renseignement sur une thérapie nouvelle et véritablement efficace, parce que pour moi ça a marché d’une manière totalement inespérée l' année dernière....




A la télévision
j’ai regardé un reportage des plus sérieux et particulièrement captivant, dans laquelle un docteur peu connu, par ailleurs, affirmait que pour obtenir la paix intérieure nous devions
toujours finir ce que nous avions commencé, et qu’à cette condition nous bénéficierions davantage de calme dans nos existences.






J’ai regardé
autour de moi, j’ai fait le tour de la maison pour trouver les choses que j’avais commencé sans les terminer, et j’ai fini une bouteille de rosé de Provence, une bouteille de
Châteauneuf du pape, une vouteille de bodka, un buteil de rom, le rest de lexmil, et 1 bpoit de choccccla. Wou nimagginné pa com jem sens achemen mieu mintnan. Psasse el mssage a tou
ceux con bsoin de paix intrieur, é di leurrke jeu lé zém.



moa




ps: très
bonne fAiiite de fin d'année et bon foiiiiie gras !!!!







Régis Hulot 02/01/2012 20:11


Voilà en effet une excellente nouvelle, et on voit à quel point il est (relativement) facile d'arriver à des résultats qui, à défaut d'être spectaculaires, sont incontestablement positifs.


Il me paraît également très important de rappeler que la filière du photovoltaïque, du moins sous sa forme "12 m2 sur le toit de chaque particulier", est loin de répondre à la réalité des besoins
et aussi d'offrir un rendement en rapport avec les investissements consentis.


Bonne année à tous.


Salut et fraternité, concorde et prospérité, et faites de beaux rêves.


RH