Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

Bel article de Monsieur J.-G. Fredet …

… dans l’édition électronique du nouvel observateur, ce journal qui est bien de gauche puisque le rédactionnel est sur la page de gauche quand la publicité est sur celle de droite, qui nous fait le portrait de cette Pologne nouvelle qui va remplacer la Hongrie, possédées des vieux démons xénophobes et nationalistes, à la tête de cette troïka qui "gouverne" l’Europe.
Pour écrire son article, Monsieur J.-G. Fredet a rencontré une petite dizaine personnes représentatives de cette Pologne nouvelle qui tourne délibérément le dos à cas vieux clichés dont Monsieur J.-G. Fredet pense qu’ils nous habitent : un architecte-décorateur qui était allé se vendre en 2004 lorsqu’il y avait du gras à faire dans un Royaume-Uni à la prospérité spéculative, le blogueur le plus célèbre du pays [ ? ], patron de Mediapolis, un site dédié [ consacré ? ] aux entreprises, un ancien journaliste de la "Gazeta Wyborcza", l'organe de Solidarnosc, reconverti dans le porte-parolat gouvernemental, le politologue de service [ qui est badé de tous les diplômes et titres qui font de lui LA référence intellectuelle de l’article ], plus encore quelques autres sommités qui devraient achever de nous convaincre du sérieux avec lequel sérieux avec lequel "notre envoyé spécial à Varsovie" a travaillé.
Peut-être aurait-il pu consulter ses fiches avant de se lancer dans des comparaisons qui ont du mal à résister à la réalité :
… “ Inventé en 2005 par les partisans du non à la Constitution européenne, le "plombier polonais" qui venait "voler le travail des européens" et casser les prix grâce au dumping social retourne chez lui. ”… ne craint-il pas d’écrire pour tenter de remettre à l’endroit ce que ses amis oui-istes ont mis à l’envers. Pour mémoire, et au risque de contrarier Monsieur J.-G. Fredet, l’histoire du plombier polonais, si c’est bien Monsieur P. de Villiers qui a utilisé cette métaphore, en référence à la directive pondue par Monsieur F. Bolkestein, chantre de la démolition sociale et de la mise en concurrence de tous et de chacun, de préférence des enfants et de leurs parents, ce sont surtout les partisans d’un "oui" minoritaire à 45% qui se sont emparés de cette image, en particulier Monsieur F. Bolkestein lui-même, dans le journal "Libération", en avril 2005, invoquant comme justification du projet de directive, la difficulté qu'il a à trouver un plombier pour les aménagements de sa résidence secondaire à Ramousies dans le Nord, comme on peut le lire en lien.

Dans la suite de l’article, et pour faire son intéressant, il affecte de citer ce ministre de Louis-Philippe dont on aime à dire qu’il aurait conseillé de s’enrichir. Signe que Monsieur J.-G. Fredet est un homme qui aime vérifier ses sources, il n’est même pas allé sur le site herodote.net, qui n’est pas connu pour les erreurs qu’il recèle, histoire de se demander si c’était bien vrai tout ce qu’on racontait dans les journaux, y compris celui qui le nourrit. Mais les lecteurs de Pumpernickel pourront le faire, et remettre les importants, ou ceux qui voudraient avoir l’air et qu’ont pas l’air du tout, à leur petite place.

Autrement, dit, on espère que le reste de l’article fait référence à des trucs sérieux, parce que si sur les deux ou trois choses que nous sommes nombreux à savoir, Monsieur J.-G. Fredet parvient à se tromper, qu’en est-il du reste ?
Observons tout de même qu’il n’a pas eu un mot de soutien à l’égard de ses confrères malmenés par le pouvoir pour l’instant autoritaire en place à Budapest, ce qui en long sur l’idée que Monsieur J.-G. Fredet se fait de la solidarité en général et de la confraternité en particulier.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article