Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
pumpernickel

pumpernickel

commentaires satiriques de l'actualité wissembourgeoise

la ville de nantes en fait des tonnes

De la part de Régis Hulot, visiblement contrarié :

Il y a quelques heures, alors que l'armée française ferraillait contre ce que le président de la République a appelé des terroristes (le mot, qui sert à désigner tout et n'importe quoi, finira par ne plus servir à rien) tant dans le désert nord-malien qu'en Somalie, le premier ministre était à Marseille pour fêter la ville promue capitale européenne de la culture 2013. On est bien heureux pour les marseillais, qui vont profiter d'événements culturo-culturels certainement très intéressants, et à l'occasion de ces "subventions" qui font le bonheur des "administrés" que nous sommes tous, même contre notre gré.
On le sait, le premier ministre fut, naguère, maire de Nantes. A ce titre, il s'est démené pendant des semaines et des mois pour obtenir, pour sa ("sa" ?) ville, le titre follement envié de "Capitale verte de l'Europe 2013". Nantes, une de ces villes dont la rumeur publique dit qu'il y fait bon vivre, est en effet largement pourvue en parcs et jardins, dispose d'un cadre naturel agréable, et a réalisé un certain nombre d'investissements qui font penser que la préoccupation environnementale n'est pas absente de l'esprit de ses édiles. Mais ce n'est pas parce qu'on peut s'enorgueillir de la plus grande installation photovoltaïque sur le toit d'un hypermarché intra muros - qui sera évidemment dépassée par la concurrence dans les mois à venir - , ou du plus long (à vérifier auprès de Montpellier et de Strasbourg) réseau de tramway parcourant une ville, ou de la multiplicité des bandes cyclables (fort mal entretenues, fort peu respectées, et souvent étrangement aménagées) qu'on devient une ville "écologique".
Qu'importe, il ne faut pas mépriser les efforts réalisés.
Le plus intéressant demeure dans l'idée que semble se faire de cette distinction l'ancien, et peut-être l'actuel, maire de Nantes. Tout au plus un produit d'exportation, qu'il faut nommer en anglais sur les multiples panneaux dits d'information qu'on trouve partout en ville, mais certainement pas une occasion d'une visite, ou d'une inauguration, puisqu'on ne croit pas avoir entendu parler de la chose… On savait bien qu'il s'agissait d'un hochet, aujourd'hui bien peu efficace pour gommer la sinistre image donnée par celui qui fera tout pour que lui soit offert son joujou aéroportuaire.
Sans illusion, donc, on ne pouvait être déçu.
Et maintenant, photo [ clic pour agrandir ] :

  green year

Là où ça devient drôle, c'est quand on lit "Ouest-France" :
"Happy Green Year" : le slogan s'étale un peu partout actuellement en ville, sur des grandes affiches, sur des bâches. Il barre aussi les 230 000 cartes de vœux qui sont adressées aux Nantais dans les 197 500 boîtes aux lettres de la ville. Et aussi hors de Nantes.
"Happy green Year", ces trois mots fâchent des puristes qui estiment qu'un élu français ne peut souhaiter bonne année à ses concitoyens qu'en français. Patrick Rimbert serait même hors la loi selon Jean-Marie Perret un lecteur, qui rappelle "la loi dite Toubon, relative à l'emploi de la langue française." Une pétition circule à ce sujet sur internet (mesopinions.com) pour exiger du maire "qu'il présente des excuses pour s'être adressé en anglais aux Nantais." "Ces trois mots anglais c'est une accroche qui nous a paru tout à fait logique pour rappeler le titre de "Nantes Green capital, 2013" que nous a décerné (en anglais "of course") la commission européenne", rappelle Mathieu Barradeau, directeur de la communication de Nantes ville et de Nantes métropole Et de rajouter. "Ce n'est qu'une expression. Et la carte de vœux ne prête à aucune confusion puisque tout le reste est bien écrit en français". Notamment cette phrase : "Bravo à tous les Nantais. En 2013, Nantes est capitale verte." Chaque année, les vœux nantais s'appuient sur les valeurs du territoire et sur des visages. Pour cette année 2013, des Nantais ou habitants de la région, rémunérés comme il se doit, ont prêté leurs traits. Il y a un grand-père au sourire généreux, une belle jeune femme symbole de la diversité et d'ouverture, un jeune père de famille avec son enfant accroché à son cou, et une jeune femme au joli sourire avec une petite fille sur son dos.
Pour cette campagne de vœux, comme les années précédentes, Nantes a collaboré avec une agence de communication à savoir "Double Mixte". Coût de cette campagne : 52 000 € tout compris, de la conception à la mise en page, en passant par la rémunération de l'agence, du photographe, des modèles, la fabrication des affiches et des cartes, etc. Nantes diffuse aussi un agenda en papier, totalement financé par la publicité. Il est fabriqué à 100% en papier recyclé pour la couverture et les pages intérieures (une première à Nantes). Il utilise aussi une encre végétale et pas de vernis. Normal en cette année de Nantes capitale verte. Ph. G. Ouest-France

Mais ce n 'est pas fini quand on apprend qu'il y a quelques années, on parlait déjà d'un
"Happy green Year". Manifestement, cette agence "Double Mixte" ne manque pas d'imagination quand il s'agit de recycler … les idées des autres.

green year g[ image : clic pour agrandir ] À nouvelle année, nouvelles résolutions. Alors pourquoi ne pas attaquer 2009 du bon pied avec une tenue mode complète éthico-écologiquement à son goût ? Ideo et les quatre partenaires de Happy Green Year - les marques d’accessoires Cruselita (bijoux éthiques) et Deux Filles en fil (sacs en cuir recyclé), Eco-Sapiens (le guide d’achat éthique en ligne) et Le Marché Citoyen - offriront ainsi à quatre gagnants leur premier look post 2008 et vous feront découvrir une mode très "green". Le concours est ouvert aux femmes comme aux hommes qui choisiront parmi deux tenues celles dans laquelle ils se verraient le mieux pour cette nouvelle année. Le tirage au sort désignant les gagnants aura lieu à l’issue du concours courant février [ 2009, soit il y a quatre ans, ndlr ].
A propos d’Ideo
Fondée en mars 2002 par deux femmes visionnaires, la marque IDEO est née de la volonté de conjuguer mode, écologie et éthique. La collection est conçue en France par Antoinette Giorgi, styliste et co-fondatrice de la marque. Les pièces sont réalisées dans des matières écologiques (coton bio, soie alpaga). Les matières premières tout comme la confection sont développées par de petits producteurs situés en Inde, au Cambodge et au Pérou travaillant dans des conditions éthiques (salaires décents, engagements sociaux…). La marque est distribuée par 200 points de vente en France -référencés sur Le Marché Citoyen - et une cinquantaine à l’étranger. Elle a ouvert sa première boutique en propre en septembre 2007 à Nantes.

On comprendra que Pumpernickel préfère la dérision et le détournement. Les voici par conséquent, avec tous nos vœux aux courageux occupants de la zone à défendre de Notre-Dame des Landes.
photo [ clic pour agrandir ] :

green year egreen year f

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Régis Hulot 14/01/2013 22:01


Merci à Pumpernickel d'avoir publié le texte que je lui avais confié, mais surtout de l'avoir substantiellement enrichi de cette référence à l'article de Ouest France dont j'ignorais l'existence.


Mais il me coupe un peu l'herbe sous le pied! Le détournement final, je l'avais déjà en tête en prévoyant de publier une belle photo de ces barricades de grillages, doublées de camions garés à se
toucher, et leurs haies de robocops  sous le titre de "Nantes, capitale bleu-marine de l'Europe 2013".


Sans oublier que bleu marine, cela rappelle hélas quelque chose, ou quelqu'un.